spot_imgspot_img

CAN 2012: La fête doit continuer !

En dépit de la sortie de l’équipe nationale en quarts de finales de la 28ème édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), le public gabonais ne doit en aucun cas déserter les stades. Les férus du ballon-rond doivent au contraire se mobiliser et continuer à affluer dans ce magnifique et majestueux complexe qu’est le stade de l’Amitié sino-gabonaise d’Angondjé, afin de soutenir les équipes des autres nations encore en compétition. Et que nous avons invitées en terre gabonaise en acceptant de co-organiser cette 28ème édition de la CAN avec la Guinée-Equatoriale. C’est aussi cela l’hospitalité africaine dans toute sa dimension légendaire et historique.

La fête se poursuit et des affiches alléchantes sont annoncées pour les demi-finales qui se disputeront demain : Zambie-Ghana et Côte d’Ivoire-Mali. Là encore, il s’agit de rencontres indécises, riches en émotions et en rebondissements, qu’aucun amoureux du ballon rond ne voudrait rater. Ce n’est pas tous les jours que la CAN s’invite dans un pays. L’Afrique centrale a dû attendre 40 ans pour pouvoir accueillir de nouveau la crème du football africain, tellement les candidats se bousculent au portillon. Jusqu’en 2017, pratiquement, la caravane de la CAN sait dans quelle région du continent elle doit poser son baluchon. Le public gabonais, qui ne mesure certainement pas sa veine, se doit donc de savourer jusqu’à la dernière miette le spectacle qui lui est gracieusement offert à domicile. Plutôt que de se laisser abattre par un échec qui, en fait, n’en n’est pas un. Car il y a défaite et défaite. Celle concédée par les Panthères lundi soir devant les Aigles du Mali fait plutôt partie des défaites qui ont une réputation. En outre, la défaite fait partie d’un scénario que tout sportif doit intégrer et accepter avec fair-play. « Cela ne devrait pas nous empêcher de priser le beau jeu en allant remplir les stades et apprécier le talent des athlètes des autres équipes pour leur apporter notre chaleur fraternelle », avait dit le président Ali Bongo Ondimba, dans son discours à la Nation à l’occasion du nouvel an. Les Gabonais doivent être fiers de leur équipe nationale parce qu’elle n’a pas démérité.

Un rêve s’est brisé mais d’autres attendent de se réaliser

Elle a fait un parcours exceptionnel en ne lâchant pratiquement rien en quatre matches, contre le Niger (2-0), le Maroc (3-2), la Tunisie (1-0) et même le Mali qui a dû recourir aux tirs au but (1-1, 4 tab à 5) pour venir à bout de ces vaillantes Panthères, entraînées par Gernot Rorh. En Afrique du Sud en 1996, l’Azingo National du Gabon était, certes, parvenu au stade des quarts de finale de la 20ème CAN mais après voir perdu son premier match de poule contre le Liberia de Georges Weah (2-1). Assurément, un rêve s’est brisé lundi soir au stade de l’amitié sino-gabonaise. Mais d’autres rêves attendent de se réaliser, dans un avenir plus ou moins proche. A condition de continuer à y croire et à travailler dans la sérénité. Car en sport comme en toute chose, la récompense est au bout de l’effort. Le public gabonais ne doit pas se sentir orphelin parce que les Panthères ne sont plus en piste. Il doit continuer à donner de la voix pour manifester sa présence, afin de montrer à l’équipe nationale que son douzième homme a un cœur de fauve, un courage intrépide et une volonté farouche qui ne se laisse pas abattre aussi facilement. Par leur prestation qui a été suivie dans toute l’Afrique et au-delà, les Panthères du Gabon ont montré qu’elles étaient une grande équipe de football. Les spécialistes et autres commentateurs, qui les rangeaient dans la catégorie des petits poucets, se sont rapidement ravisés, au fil de la compétition, devant la qualité du spectacle offert par l’équipe nationale, en quatre sorties dans cette 28ème édition de la CAN, après voir épinglé à son palmarès deux formations maghrébines. Et pas des moindres, le Maroc et la Tunisie. Le football gabonais ne sera plus jamais traité avec condescendance mais avec appréhension et crainte. Il y aura désormais un avant et un après CAN 2012.

Lucien MINKO

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES