spot_imgspot_img

« Brainforest », incite la société civile à s’engager dans la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite au Gabon

Au sortir du séminaire de restitution des résultats du projet d’appui à la lutte citoyenne contre la corruption, organisé par l’ONG Brainforest à Libreville, les représentants de la société civile au Gabon, incitent tout citoyen à s’engager véritablement dans la lutte citoyenne contre la corruption.

Comme un seul homme, la coalition nationale de la société civile au Gabon, a une fois de plus exprimé sa volonté de mettre les bouchées doubles, notamment par une large sensibilisation des populations, sur la nécessité pour chaque citoyen Gabonais de s’intéresser et de suivre l’exécution du budget, en vue d’être édifié sur la gestion du budget du pays par nos différentes institutions.

Il est à noter que cette volonté clairement exprimée par la société civile, résulte de la décision prise de commun accord par ces ONG en décembre 2010, décision qui recommandait aux membres de la coalition nationale de suivi budgétaire de la lutte contre la corruption, de produire des rapports spécifiques de suivi budgétaire de leurs administrations respectives pour l’année 2011.

Aussi, cette coalition qui entend s’investir sur ce dossier en vue de parvenir à des résultats concrets, s’est dans un premier temps orientée vers certaines institutions de notre pays, dont le rôle en matière de suivi budgétaire est spécifié par les lois et règlements ; pour l’exercice 2010.

Pour le responsable de l’ONG Brainforest, Marc Ona, cette démarche résulte de la volonté des membres de la coalition nationale de la société civile à lutter efficacement contre le fléau de l’enrichissement illicite et la corruption qui gangrène dangereusement la société Gabonaise.

« Une catégorie de citoyens mandataires de l’Etat dans la gestion des finances publiques s’enrichit de manière excessive sans qu’elle soit en mesure de justifier la provenance de leur richesse. Pourtant il existe des institutions susceptibles de veiller à la bonne gestion des fonds publiques, mais hélas », a déclaré Marc Ona Essangui.

Toutefois, il a souligné qu’il apparait donc nécessaire pour la société civile, dont le rôle consiste en la défense des intérêts des citoyens, de faire du suivi budgétaire, un objet primordial.

Cette nouvelle mission serait utile pour la société civile Gabonaise, pour identifier les problèmes de détournement de fonds publiques, associés souvent à la corruption, au manque de mécanismes de reddition des comptes et à l’inefficacité du contrôle des derniers publiques au Gabon.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES