spot_imgspot_img

Les sénateurs sollicités pour lutter efficacement contre le paludisme au Gabon

Les docteurs Fortune Barondi et Etienne Nzengue respectivement responsables du Programme Elargi de Vaccination (PEV), et du Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP), étaient ce vendredi, face aux sénateurs dans le but de solliciter leur concours dans l’intensification de la lutte contre le paludisme et l’importance de la vaccination au Gabon.

Pour les responsables du PEV et du PNLP, les sénateurs doivent désormais être de véritables relais de leurs stratégies de lutte, d’une part auprès des populations qu’ils représentent, et d’autre part leurs ambassadeurs pour mener les plaidoyers nécessaires en faveur de la lutte contre le paludisme, et l’intensification de la vaccination, auprès du gouvernement et des institutions en vue d’accroître les ressources de ces deux programmes.

Sur le volet de la vaccination, le Dr Fortune Barondi, qui a loué les efforts du gouvernement en la matière, a sollicité une meilleure vulgarisation des activités de vaccination auprès des populations.

Démarche hautement saluée par le premier vice président du Sénat Gabonais, Léonard Andjémbe, qui a qualifié cette rencontre de très enrichissante dans la mesure où elle a permis aux sénateurs d’être édifiés sur la situation réelle de la lutte contre le paludisme et de la vaccination au Gabon.

« Nous sommes plus que satisfaits de cette démarche que viennent de mener ces médecins, qui ont tenu à nous expliquer tant techniquement que financièrement, la situation qui prévaut dans ces domaines. Nous relevons à cet effet qu’il y a beaucoup de manquements et nous allons nous atteler à renforcer la lutte auprès de nos populations mais aussi, relayer cela au niveau du gouvernement », a déclaré Léonard Andjémbe.

Cette rencontre s’inscrit dans le prolongement de la célébration couplée de la semaine Africaine de vaccination et de la journée mondiale de lutte contre le paludisme, commémorée la semaine écoulée en vue de l’élimination du paludisme, ainsi que d’autres pathologies qui surviennent lors du manque de suivi de vaccination.

Sachant que le paludisme constitue encore un problème de santé publique au Gabon, l’objectif de cette démarche vise l’élimination de cette pathologie classée principale cause de morbidité, d’hospitalisation et de mortalité au Gabon. Les enfants de 0 à 5 ans et les femmes enceintes constituent les personnes les plus vulnérables.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES