spot_imgspot_img

Communiqué : La diaspora gabonaise des Etats-Unis en concertation politique le 28 juillet à Washington

Meeting de présentation de la Plateforme Citoyenne à Atlanta le 16 juillet 2011

Communiqué : La diaspora gabonaise des Etats-Unis en concertation politique le 28 juillet à Washington

Suite à la rencontre Ali Bongo–François Hollande à Paris ce 5 juillet 2012, et suite à la tenue, à Paris également, d’un forum du 30 juin au 3 juillet entre certains membres de la diaspora de France, certains membres de l’opposition et certains représentants de la société civile, la diaspora gabonaise politiquement active des Etats-Unis se concertera à Washington, D.C. ce samedi 28 juillet en vue non seulement d’échanger sur l’actualité politique nationale, mais aussi de prendre position sur l’évolution politique actuelle au Gabon.

Convoquée à l’initiative de la Plateforme Citoyenne, organisation inclusive de toutes les tendances politiques de l’opposition gabonaise exilée aux Etats-Unis, ladite concertation verra la diaspora gabonaise résidant dans ce pays monter au créneau pour proposer ses vues sur les orientations et actions politiques qui s’imposent désormais au peuple au moment où la nation tout entière, plus que jamais, aspire à tourner définitivement la page des Bongo Ondimba et du système PDG au Gabon.

Ouverte à toutes les Gabonaises et à tous les Gabonais des Etats-Unis et du Canada qui souhaitent une fin immédiate du régime des Bongo, la concertation de la diaspora politique gabonaise à Washington vise à étudier les modalités devant permettre à cette diaspora de peser de tout son poids dans les débats politiques nationaux qui s’annoncent, et ce dans le but de permettre ou de contribuer à l’avènement d’une alternance politique immédiate au Gabon.

Parmi les Participants :

  • Représentants « Plateforme Citoyenne »
  • Représentants « UPG Amérique »
  • Représentants « Union Nationale »
  • Représentants mouvement « Bongo Doit Partir – Modwoam »
  • Représentants Société Civile et Autres

Programme

9h00-11h00 : Rapports Divers et Déclarations

11h00-13h00 : Travaux

13h00-14h30 : Déjeuner

14h30-17h00 : Travaux

17h00-18h : Lecture des Résolutions

18h30 : Fin des Travaux

Un programme plus détaillé sera publié le lundi 23 juillet 2012

Informations Pratiques

Date : Samedi 28 juillet 2012
Lieu : Crowne Plaza Hotel, 8777 Goergia Ave, Silver Spring, MD 20910

Infos Logement

Tarif des chambres au Crowne Plaza Hotel : 99 dollars US/nuit.

Pour ceux souhaitant résider à l’hôtel même, veuillez contacter directement l’hôtel pour réservation au Tél: 1-301-589-04800- FAX: 1-301-589-4791

Pour participer, contacter M. Allhen Allhan Ambamany : (1) (646) 744-5633

 

Exprimez-vous!

  1. STOP! STOP! STOP! STOP! STOP! STOP! STOP! STOP!

    DISONS TOUS OUI A LA CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE CAR C’EST LA SEULE ISSUE DES GABONAISES ET GABONAIS DE PRES OU DE LOIN POUR RENVERSER LA DICTATURE DU PARTI DÉMOCRATIQUE GABONAIS (P.D.G), LE RÉGIME IMPOSTEUR D’ALI BONGO-ONDIMBA.

    BATTONS-NOUS POUR LES GÉNÉRATIONS FUTURES ET NON POUR DES INTÉRÊTS PERSONNELS.

    VIVE LE GABON, VIVE LA DÉMOCRATIE!

    DR. JEAN AIME MOUKETOU.

  2. Ah bon !

    Lorsque ça vient des grosses têtes de l’opposition diasporique des « STATES » on traite les compatriotes de France et du Gabon de manière hautaine en les qualifiant de « certains membres de ….. »
    Mais lorsque l’on parle de SOI, c’est-à-dire de celui qui sait tout, on dit « la diaspora politiquement active des USA… »

    Encore une fois, l’humilité n’a pas fait partie de l’éducation de base de certains gabonais qui prétendent vouloir diriger le Gabon.

    NB:
    ILS ONT ENCORE CERTAINS FONDAMENTAUX MORAUX À INTÉGRER DANS LEURS REPÈRES AVANT DE BRIGUER LES RESPONSABILITÉS À L’ÉCHELLE D’UNE NATION.

    ENCORE UNE NOUVELLE ERREUR DE STRATÉGIE.

    • Et nous revoilà partis avec les insultes et les attaques personnelles. C’est à croire que tu ne sais plus dormir la nuit sans penser à te préoccuper de ce que je fais, non? Mon pauvre Doctor Tsir-Ella Bruno, il y a, je crois, et hélas, quelque chose qui te ronge, une forme de complexe d’infériorité qui te fait ramener tout à des questions personnelles quand le débat est ailleurs. D’Où ta tendance à comparer, voire cette maladive tendance à vouloir te comparer à moi, à parler de Mengara qui se croirait meilleur ou le seul capable, alors même que cela n’a jamais été ma prétention. Et si tu me crois assez fou pour penser que je pourrai un jour devenir le président du Gabon, surtout à un moment où le système en place a ficelé et pris en otage les leviers de l’alternance démocratique, c’est que tu n’as certainement pas encore compris la nature de mon combat, et cela ne m’étonne pas d’ailleurs car nous ne partageons pas les mêmes valeurs, c’est tout. Et te voilà qui parle d’erreur de stratégie? Sur la base de quoi, de tes fantasmes? Woh!

      Sache simplement que, pour rêver d’être président du Gabon, il faut un système permettant une telle possibilité. Seul un fou pourrait se croire capable de gagner par les urnes au Gabon aujourd’hui. C’est dire qu’avant que de penser à devenir président, le seul et vrai combat consiste d’abord à imposer les règles de la démocratie au Gabon, et c’est cela mon seul combat pour le moment. Les questions de présidence et d’élections restent symboliques pour moi, c’est-à-dire des contextes de combat politique sans aucune autre prétention, en dehors du miracle, évidemment…

      Il faut juste que tu t’enfonces quelque chose dans la tête: Soutenir son opinion ou sa conviction, même fortement, n’a jamais été chez moi une question d’être meilleur que qui que ce soit. Je me contente de poursuivre ma voie, c’est tout, sans autre prétention que celle de ma conviction, laissant aux autres le soin de poursuivre la leur. Ton incapacité à comprendre ce petit peu est effarante. Tu te fais de plus en plus petit quand on aurait pu attendre de toi la grandeur qui aurait dû être en adéquation avec tes envolées moralisatrices. On se rend compte que c’est le vide total, à la fin. C’est de la petitesse d’esprit au sens le plus restrictif. Le pire c’est quand tu accuses les autres de ce que toi-même tu représentes au centuple, c’est-à-dire une personne sans humilité aucune et incapable de supporter la contradiction. Tu sembles souffrir de quelque chose, mon vieux, mais je ne peux rien pour ta souffrance, hélas, et ce n’est certainement pas ici que tu viendras trouver le remède à la maladie qui te ronge. Dans tous les cas, l’humilité ne semble pas être ton fort, non plus. Si tu en avais, tu ne viendrais pas ici me lancer des insultes personnelles (c’est la deuxième fois), pour si peu. Tout ce que tu aurais dû faire, c’est aller répondre à Bendome ou au BDP par une analyse de fond qui présenterait tes vues sur ce que tu penses des processus politiques au Gabon, sans que cela ne devienne des attaques personnelles, surtout quand personne ne t’a visé à titre personnel. Or, sur ce plan ZERO. Comme un gamin, tu sembles briller par la bassesse d’insultes personnelles déversées par pseudos interposés sur des sites, incapable même de le faire à visage découvert. Où sont tes articles de fond sur le Gabon? RIEN. Même pas un seul article sur comment on peut améliorer la dent du Gabonais, et pourtant tu es dentiste. Quelle légèreté de caractère!

      Autrement dit, ce n’est pas parce que tu te retrouves dans le camps de Mba Obame que le BDP devrait arrêter de dire son opinion. Tu te retrouves dans le collimateur du BDP pas parce que c’est toi (on s’en fout de qui tu es), mais plutôt parce que tu te retrouves par effet indirect dans le camps que le BDP a toujours critiqué pour certaines de ses positions, et ce par des critiques constructives qui ne visent qu’à leur suggérer des manières de mieux faire, comme le ferait n’importe quel citoyen. Ne te donne donc pas une importance que tu n’as pas à nos yeux. Que tu aies été dans la photo de l’Elysée ou pas, et que tu aies été dans des réunions ou pas, n’a aucune importance ici car ce n’est pas toi en tant que tel qui est visé. Tu personnalises tellement cela que tu oublies que rien n’a changé dans la ligne politique du BDP. Hier, nous critiquions certaines actions de l’opposition quand elles ne semblaient pas cadrer avec les attentes du peuple, et demain nous continuerons à le faire, et ce sans malveillance, car notre but est de les encourager à faire mieux, même quand on les critique fortement. Mais nous faisons aussi parfois des déclarations en soutien à leurs actions quand celles-ci cadrent avec une démarche cohérente. Et c’est notre droit. Tu sembles donc te donner la grosse tête en croyant, bizarrement, que nos critiques de l’opposition commencent avec ton rapprochement de Mba Obame et toute la clique de l’UN. Détrompe-toi, nous n’avons strictement rien à foutre de ta seule et unique personne. Ne personnalise donc pas quelque chose qui concerne, plutôt, le camp dans lequel tu te retrouves, un camp dont nous nous réservons le droit de nous distancer quand ses actes ne sont pas conformes avec notre idéologie, comme cela a toujours été le cas à l’époque même où tu étais encore avec nous. Ce n’est donc pas avec tes accointances avec l’UN que notre idéologie commence, et ce n’est pas parce que tu t’y retrouverais que nous arrêtions de faire ce que nous avons toujours fait, sauf si tu es allé là-bas dans l’espoir de nous museler en croyant que nous arrêterions d’être nous-mêmes juste parce que tu te seras associés aux autres.

      Encore que, nous n’avons strictement rien contre les gens de l’UN. Comme c’est le cas dans tout pays, nous travaillerons ensemble là où nos idéologies s’accorderont et nous le ferons séparément là où ces idéologies ne s’accordent pas. Or, sur ce plan, tu semples incapable de comprendre qu’il soit de notre droit, en tant que structure politique, de dire la position de notre structure, en soutien ou en opposition à ce que d’autres structures feraient. Nous avons le droit de nous distancer de certains actes ou de nous associer à d’autres actes, et ce conformément à nos convictions politiques. En quoi cela doit-il donc te blesser au point de te secouer autant? Appartenir à l’opposition veut-il dire qu’il faut un parti unique de l’opposition? Pourquoi, dans ce cas, ne vas tu pas insulter les gens de l’ACR, par exemple, d’avoir créé l’ACR au lieu de fusionner avec les autres? Et pourquoi n’avoir pas dit au CPPA de fusionner avec l’ACR? Ou A Mba Obame et Myboto d’adhérer au MORENA de Bengone NSI au lieu de créer un nouveau parti? Tu sembles même ignorer que l’existence de toutes ces composantes politiques expose, en fait, des nuances naturelles dans les idéologies des uns et des autres, ce qui est normal dans une société saine parce que plurielle. Or, toi et le camps auquel tu t’es inséré semblez vouloir imposer une pensée unique de l’opposition qui nierait la latitude des uns et des autres de poursuivre les voies qu’ils se sont tracées. En quoi tout le monde doit-il se soumettre au dogme que tu défends et qui imposerait la pensée unique à tous? Ce que tu fais, tu es libre de le poursuivre, mais il ne t’appartient pas de venir ici t’attaquer personnellement à moi avec des insultes personnelles parce que je ne partagerais pas ton opinion ou ta démarche. Et ce alors même que, moi, je ne suis allé sur aucun site t’attaquer personnellement. Le BDP et moi-même donnons simplement et OFFICIELLEMENT notre position sur l’actualité politique nationale et nous le faisons directement sur notre site par des communications officielles comme nous le faisons depuis plus de 10 ans. En quoi es-tu piqué au vif par cela? Que se passe-t-il donc dans ta tête, Dr. Tsir-Ella Bruno? Si ton combat n’est pas, justement, de créer les conditions qui permettront demain aux Gabonais de justement se sentir libres de leurs opinions et, donc, de s’opposer aux autres par la simple confrontation des idées, si ton objectif est de créer le dogme de la pensée unique dans l’opposition, en quoi es-tu différent des Bongo ou, même, des anciens bongoïstes avec lesquels tu t’associes aujourd’hui alors même qu’ils furent chantres de la pensée unique qui a plongé le Gabon dans la dictature? Tu es, certes, libre de t’associer à ces anciens pilleurs du patrimoine gabonais si telle est ta conviction, mais cela ne te donne pas le droit de venir m’insulter parce que j’aurais fait le choix de ne pas m’associer à eux en les formes que tu sembles poursuivre. Non, mon cher, soyons simples et soyons cohérents.

      Du coup, en prenant note de ton incapacité chronique à respecter les opinions des autres, même quand elles sont divergentes des tiennes (cela semble te ronger comme un acide, signe de faiblesse mentale), nous nous retrouvons bien là dans le domaine même de l’intolérance qui fait les pire dictateurs. Si tu ne peux déjà pas supporter qu’un site comme le nôtre dise son opinion ou publie un article d’une dame donnant son opinion sur votre réunion, alors que tu n’as même pas été visé ni remis en cause à titre personnel par qui que ce soit, on se retrouve vraiment devant quelque chose de chroniquement dangereux. Et tu parles de travailler pour la démocratie au Gabon? Ne me fais pas rire, mon vieux. Mais cela ne m’étonne pas. Quand on passe toute sa vie au biberon des pédégistes et bongoïstes en tous genres, du beau-père jusqu’au beau-frère, on ne peut certainement pas savoir ce que c’est qu’un débat d’idées donnant à chacun le droit de rester sur ses positions sans que cela ne devienne une guerre ouverte qui dénote d’une mentalité excessivement tournée vers la pensée unique. Quand on n’est pas d’accord avec vous, c’est la guerre, carrément. Woh! Woh! Woh!

      Je te laisse donc à tes petites querelles personnelles, et à tes démons, mon vieux, car j’ai l’impression que les euros que la rumeur dit que Mba Obame t’aurait donnés pour rameuter les gens à Paris te pèsent sur le cerveau, je ne dirais pas la conscience car il faut en avoir une pour pouvoir respecter le sens même d’un débat démocratique en faveur de l’intérêt commun des Gabonais. Tu sembles bouillir d’une rage et d’une haine devenues, pour toi-même, dangereuses. Attention à la crise cardiaque… à ton âge et au mien, cela arrive facilement. Va te reposer, et dors un bon coup. Tu en as bien besoin, je pense. Peut-être qu’après une bonne cure de sommeil tu te rendras tout simplement compte que tu as autant droit à tes opinions que moi et que, par conséquent, il n’y a aucun mal à ce que tu poursuives ta voie et moi la mienne, sans que cela ait à devenir une faute pour l’un ou pour l’autre. Contente-toi de poursuivre ta conviction et vois où elle te mène. Cela ne fait pas de moi ou de toi quelqu’un de plus intelligent que l’autre.

      Ayant donc la conscience tranquille, je dors bien, les poings fermés. Il me semble à moi, hélas, que ta conscience de ronge, te brûle, te torture. Je n’ai rien à voir avec ça, cher ami. Va chercher ailleurs l’origine de tes tourments ou va au village voir les sorciers pour qu’ils te purifient la tête. C’est le seul conseil que je peux te donner en tant que frère. Pour le reste, bien le bonjour!

      Je reste néanmoins quelque peu choqué de te voir si désemparé, si désarçonné, si fébrile, pour si peu…

      Daniel Mengara

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES