spot_imgspot_img

Gabon: l’opposition veut une conférence nationale

Par RFI
L’opposition radicale gabonaise appelle à la mobilisation pour contraindre le pouvoir d’Ali Bongo Ondimba à accepter une seconde conférence nationale afin de déverrouiller le système politique. Les anciens barons du régime d’Omar Bongo, passés à l’opposition, ont tenu samedi 21 juillet un meeting pour presser le gouvernement de tenir cette conférence nationale dès septembre prochain.

C’était le plus grand rassemblement politique de l’été. L’Union nationale, parti de l’opposition dissout, met ainsi la pression sur le gouvernement. Le régime doit accepter une nouvelle conférence nationale, a martelé Zacharie Myboto.

« Pour nous, la seule solution, c’est de tenir une conférence nationale souveraine qui réunira tous les Gabonais. S’il n’y a pas de conférence nationale, nous n’arriverons pas à résoudre les problèmes du Gabon ».

Le 4 juillet dernier, alors que François Hollande s’apprêtait à recevoir, pour la première fois, son homologue gabonais, Ali Bongo Ondimba, l’opposition a remis à l’Elysée un mémorandum suggérant au pouvoir de faire sa propre révolution. Il exige notamment la dissolution du Parlement, l’abrogation de la Constitution et l’instauration d’une transition d’un an.

Ce n’est pas la solution, estime Faustin Boukoubi, secrétaire général du parti au pouvoir : « Ce dont les Gabonais ont besoin, ce n’est pas la poursuite des discussions, voire des disputes. Ce dont le peuple a besoin, c’est la prise en compte de ses préoccupations ».

Le bras de fer ne fait que commencer.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES