spot_imgspot_img

Concertation des Diasporas Gabonaises Libres du 22 septembre 2012 : déclaration finale


RENCONTRE DES « DIASPORAS GABONAISES LIBRES » -… by LeCollectifAUSAR


RENCONTRE DES « DIASPORAS GABONAISES LIBRES » -… by LeCollectifAUSAR

A l’attention du Peuple gabonais

Concertation des Diasporas Gabonaises Libres

DECLARATION FINALE


Lire le texte complet des résolutions sur ce lien:
Résolutions des Assises des Diasporas Gabonaises Libres du 22 septembre 2012 à Paris
https://www.diasporaslibres.org/2012/09/30/resolutions-des-assises-des-diasporas-gabonaises-libres-du-22-septembre-2012-a-paris/


Se sont réunis ce jour, samedi 22 septembre 2012 à Paris :

  • Des associations et groupes politiques de la diaspora signataires, dont Diaspora Gabonaise Unie (DIAGAU), le Mouvement Gabon Debout (MGD), le Mouvement Conscience Gabonaise-France (MOCOGAFR), le mouvement Bongo Doit Partir-Modwoam (BDP-Modwoam) ;
  • Des compatriotes de la diaspora plurielle ;

Avec les déclarations de soutien d’organisations de la diaspora absentes, mais signataires, dont la Plateforme Citoyenne (USA) et le Collectif des Gabonais de l’Etranger (CGE), et de partis politiques gabonais, dont l’Union Républicaine pour la Démocratie et le Progrès (URDP) avec son Secrétaire Exécutif Dr Guilou Bitsutsu-Guielessen (présent) et du Mouvement de Redressement National (MORENA) du Président Luc BENGONE NSI (absent) ;

En vue de fédérer et mutualiser les différentes entités adhérentes de la diaspora plurielle dans une plate-forme d’action et d’initiatives communes dénommée « Diasporas Gabonaises Libres » (DGL).

A ainsi été adoptée, à l’unanimité, la Charte constitutive dudit groupe, qui se donne pour objectif de fédérer les diasporas gabonaises libres et plurielles dans le but de lutter ensemble contre la dictature et d’ancrer la démocratie dans notre pays.

Au cours de ces assises, l’actualité du Gabon a fait l’objet d’une analyse profonde.

Ainsi :

Considérant la situation de blocage politique, économique, social et culturel qui prévaut dans le pays ;

Considérant le désir du peuple gabonais de voir son droit à l’autodétermination respecté et sa dignité et souveraineté rétablies ;

Considérant le non-respect et la caducité du chronogramme de sortie de crise proposé fin juin 2012 à Paris par l’opposition, chronogramme dont la recommandation phare était l’exigence de la tenue d’une Conférence Nationale Souveraine fin septembre 2012 ;

Considérant qu’aucune Conférence Nationale ne peut être souveraine au Gabon avec Ali Bongo Ondimba toujours au pouvoir et le système qui le maintient en place toujours en exercice.

Les Diasporas Gabonaises Libres affirment :

  • l’impérieuse nécessité d’un changement immédiat, profond et durable au Gabon ;
  • l’urgence d’un dialogue national qui garantisse au peuple gabonais une rupture totale d’avec le système Bongo-PDG qui tient le Gabon et son peuple en otage depuis près d’un demi-siècle de dictature déshumanisante ;
  • qu’une Conférence Nationale Souveraine avec valeur constituante demeure l’outil le plus à même de rétablir le peuple gabonais dans sa souveraineté et sa dignité.

Toutefois, suite au refus du pouvoir actuel de saisir l’opportunité d’une sortie honorable, comme en atteste le « non » catégorique d’Ali Bongo Ondimba exprimé le 12 septembre 2012 devant les deux chambres du Parlement et rejetant toute idée de Conférence Nationale Souveraine au Gabon, Nous, Diasporas Gabonaises Libres, prenons nos responsabilités et invitons les organisations de la diaspora, les acteurs politiques de l’opposition, les acteurs de la société civile, les syndicats, les acteurs religieux et les représentants des organisations estudiantines à se réunir à Paris du 26 au 28 octobre 2012 dans le cadre d’une concertation sincère, claire et unitaire des forces patriotiques et démocratiques en vue d’adresser, ensemble, un ultimatum exigeant la tenue d’une Conférence Nationale Souveraine au Gabon qui aura pour conditions non négociables :

  • la démission immédiate d’Ali Bongo Ondimba (Président illégitime), Marie Madeleine Mbourantsuo (Présidente de la Cour constitutionnelle), Rose Francine Rogombé (Présidente du Sénat) et de Guy Nzouba Ndama (Président de l’Assemblée nationale) ;
  • la dissolution des deux Chambres du Parlement et le transfert de leur autorité à une Assemblée constituante du Peuple lors de la tenue de la Conférence Nationale Souveraine ;
  • le transfert total et inconditionnel du pouvoir gouvernemental à une Autorité De Transition (ADT) neutre et inclusive qui aura à charge de liquider les affaires courantes pendant la durée de la transition (six mois maximum), d’assurer la sécurité des personnes et des biens, d’assumer, entre autres, le contrôle de l’armée et de la police, d’organiser la Conférence Nationale Souveraine et de préparer le pays à la tenue d’élections générales libres et transparentes suite à une refonte démocratique des textes fondamentaux conformément aux desideratas de l’opposition et de la société civile.

Ces conditions non négociables devront être acceptées par le régime Bongo-PDG avant la tenue de la Conférence Nationale Souveraine.

Par ces conditions non négociables et l’impératif stratégique d’un ultimatum lancé depuis Paris au bout duquel le régime devra accepter ces préalables ou risquer la destitution pure et simple, les Diasporas Gabonaises Libres expriment leur attachement à l’objectif d’un changement immédiat et durable et appellent le peuple à rester vigilant et attentif aux événements et actions à venir, pour éviter que les objectifs de la Conférence Nationale Souveraine ne soient détournés au profit d’intérêts ou objectifs obscurs qui auraient pour conséquence de pérenniser le système Bongo-PDG au Gabon.

Fait à Paris, le 22 septembre 2012

Les Diasporas Gabonaises Libres

PARTICIPANTS SIGNATAIRES

  • Diaspora Gabonaise Unie (DIAGAU)
  • Mouvement Gabon Debout (MGD)
  • Mouvement Conscience Gabonaise – France (MOCOGAFR)
  • Mouvement Bongo Doit Partir-Modwoam (BDP-Modwoam)
  • Société civile de la diaspora plurielle

PARTICIPANTS ABSENTS SOLIDAIRES

  • Plate-forme Citoyenne USA (déclaration lue)
  • Collectif des Gabonais de l’Etranger (CGE)

ORGANISATIONS POLITIQUES SOLIDAIRES

  • Mouvement de Redressement National (MORENA ; déclaration lue)
  • Union Républicaine pour la Démocratie et le Progrès (URDP ; présent)

 

Source: Diasporas Gabonaises Libres

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES