spot_imgspot_img

La Conasysed annonce la couleur

Les enseignants membres de la Convention nationale des syndicats de l’éducation nationale (Conasysed) annoncent la tenue d’une assemblée générale le 29 septembre prochain pour décider du ton à donner à la rentrée scolaire 2012-2013, prévue pour le 1er octobre prochain.

Selon le site d’informations en ligne gabonactu.com, les enseignants gabonais réunis au sein de la Conasysed ont lancé un avertissement au gouvernement Raymond Ndong Sima pour le payement des mois d’arriérés de salaires dû à neuf leaders syndicaux ayant exigé du gouvernement le respect de ses engagements contenus dans le protocole d’accord signé avec la Conasysed le 13 janvier 2009.

«Si le gouvernement ne donne pas un chronogramme de liquidation de ce litige, l’assemblée générale décidera de la conduite à tenir», a averti un membre, concerné, du directoire de la Conasysed, relayé par gabonactu.com. Ayant choisi de s’exprimer sou le couvert de l’anonymat, il a poursuivi : «le bras de fer sera engagé dès le premier jour de la rentrée scolaire prévu le 1er octobre prochain, si le gouvernement ne décide rien pour apurer ces arriérés de salaire».

Ces acteurs de l’éducation avaient par le passé tenté de se faire entendre des dirigeants à travers une grève de la faim illimitée le 2 septembre 2011 dans l’enceinte de la cathédrale Notre-Dame de l’assomption de Libreville. Deux semaines plus tard à la veille de la rentrée scolaire 2011-2012, la grève de la faim a été levée suite à une médiation de l’archevêque de Libreville et leurs salaires avaient été annoncés rétablis

Pourtant, les salaires suspendus d’autres enseignants, ceux des membres du Syndicat des enseignants contractuels de l’État gabonais (Seseg) qui étaient eux aussi entrés en grève ont été rétablis. Mais, un an après la suspension de la grève pour privilégier l’intérêt supérieur de la nation et l’avenir des enfants, les autorités gabonaises n’ont toujours pas rétabli les neuf leaders dans leur droit. Il s’agirait notamment de Clémence Akele Ovono, Jules Bibang Obounou, Désiré Alfred Engone, Simon Ndong Edzo, Louis Patrick Mombo, Alain Mouagouadi, Fridolin Mve Messa, Léa Isabelle Ozoumey et Calvin Tomo Tomo qui ont vu leurs salaires suspendus depuis le 25 janvier 2011.

A l’annonce du rétablissement théorique de leurs salaires, le syndicat avait toutefois condamné une sortie du ministre de l’Éducation nationale sur la RTG au cours de laquelle il avait manqué de respect à l’archevêque de Libreville et à Paul Biyoghé Mba. La Conasysed avait alors posé une question au président de la République : «Les syndicats que nous sommes peuvent-ils continuer à cohabiter avec un ministre qui appelle chaque jour de tous ses vœux à la mort des leaders syndicaux ?» Séraphin Moundounga qui semble avoir la dent dure contre la Conasysed en avait-il pris ombrage ?

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES