spot_imgspot_img

Vers une harmonisation des objectifs de la CEEAC et de la CEMAC

La Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) ont décidé d’harmoniser leurs objectifs pour une réelle intégration dans la zone Afrique centrale.

La vision a été partagée ce lundi, à Libreville, entre le secrétaire général de la CEEAC, le tchadien, Nassour Guelengdouksia et le président de la commission de la CEMAC, le congolais, Pierre Moussa.

‘’Nous allons relancer l’intégration à travers deux piliers : la volonté politique et économique affirmé des Etats puis, l’amélioration de la bonne gouvernance’’, a déclaré, M. Moussa au sortir de l’audience que lui été accordé par M. Guelengdouksia Ouaîdou.

L’autre aspect sans lequel aucune intégration n’est possible a ajouté le diplomate congolais, l’appropriation du concept d’intégration par les populations du cru.

‘’Cette intégration doit être vécue et désiré par toutes les forces vives (citoyen, ONG ; associations, les politiques…) de l’Afrique Centrale’’, a-t-il souligné.

La présence du président de la Commission de la CEMAC à Libreville fait suite à sa visite de travail avec les autorités gabonaises.

M. Moussa est porteur d’une feuille de route structurant l’action du président en exercice de la CEMAC, Ali Bongo Ondimba durant son mandat (2012-2013).

Selon lui, cette feuille de route contient certains points relatifs à la question de cette intégration régionale tant souhaitée. Il avait remis le document au président du Conseil des ministres de la CEMAC, Luc Oyoubi qui le transmettra au chef de l’Etat gabonais.

« Nous allons revitaliser les bases de l’intégrations de ces deux sous ensembles », a déclaré pour sa part, M. Guelengdouksia Ouaîdou.

En 2005, un accord tripartite avait été signé entre la CEEAC, la CEMAC et l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC). Ce mémorandum devait définir et identifier les priorités des Etats afin d’assurer la coordination des programmes de développement, l’harmonisation des projets et la solidarité des pays membres au profit d’autres pays défavorisés.

La région de l’Afrique centrale est l’une des régions le moins intégrée économiquement du continent. La libre circulation des personnes et des biens demeure au stade des intentions, indique-t-on.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES