spot_imgspot_img

Où l’on reparle d’un New York Forum Africa à Libreville

Après une première édition, satisfaisante selon les organisateurs et le président Gabonais, Ali Bongo Ondimba, décevante d’après la plupart des observateur, parmi lesquels les journalistes de gabonreview, le second acte du New York Forum Africa (NYFA), qui se veut être le grand rendez-vous annuel des opportunités d’affaires entre opérateurs économiques du Nord et du Sud semble prendre racines à Libreville.

C’est désormais connu, la deuxième édition du New York Forum Africa, initiative de Richard Attias & Associates et du président gabonais Ali Bongo, se tiendra de nouveau dans la capitale gabonaise, Libreville, du 10 au 13 juin 2013.

Le président Ali Bongo Ondimba et les organisateurs se sont félicités de cette première édition qu’ils ont jugée bénéfique pour le continent africain et pour le Gabon. Selon le cabinet du numéro un Gabonais, en 30 heures de discussion au cours de la précédente édition, des contrats dans des domaines aussi importants que le logement, les infrastructures, l’énergie, l’eau, les mines et les finances ont été signé avec plusieurs grands groupes d’opérateurs économiques qui prenaient part à ce rendez-vous. Ainsi, le groupe marocain Addoha spécialisé dans les logements sociaux, la construction, la cimenterie, a ainsi signé avec le gouvernement gabonais. Signé quoi… mystère.

Il convient de souligner que les participants, mais surtout les gabonais, attendent toujours la publication de l’ensemble des conclusions et propositions du Forum. Des recommandations initialement annoncées après soumission de ces dernières au G20 au Mexique (18-19 juin 2012) ainsi qu’au sommet de Rio+20 (20-22 juin 2012).

Au cours de sa première édition du New York Forum Africa, Ali Bongo Ondimba avait invité les jeunes Africains de la diaspora à venir participer aux changements qui s’opèrent sur le continent : «vous devez revenir sur le continent et nous, les leaders comme moi, devons mettre en place les moyens nécessaires pour que ce retour soit profitable», avait-il déclaré.

Le New York Forum Africa a été créé selon la conviction que le monde des affaires est arrivé à une croisée des chemins. Il est apparu indispensable à ses organisateurs d’envoyer un message d’optimisme fort concernant l’avenir de l’économie mondiale, de travailler pour redéfinir la gouvernance d’entreprise, de créer de la valeur à long terme et de réinventer les modèles d’entreprise en réunissant l’ensemble des acteurs de l’économie. L’objectif se concentre sur le renforcement du lien entre croissance économique et création d’emplois, sur l’importance des villes en tant que moteurs essentiels de dynamisme et d’innovation, sur les défis qu’il incombe aux chefs d’entreprise d’affronter dans un contexte de volatilité et d’incertitude, et sur les opportunités distinctes créées par la croissance des économies émergentes. Ce qui, en langage profane, s’appelle de la «langue de bois». Il faut espérer qu’avec un peu de maturité, cette grand-messe finira par déboucher sur des propositions concrètes, et surtout des résultats mesurables permettant d’en apprécier la rentabilité.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES