spot_imgspot_img

Lebondo Le-Mali : « 3 milliards de FCFA suffisent pour chasser la corruption hors du Gabon »

Tweet
Le président de la Commission de lutte contre l’enrichissement illicite du Gabon (CNLCEI), Vincent Lebondo Le- Mali a déclaré ce mardi, lors d’un point de presse dans le 13è arrondissement de Paris, «qu’il faut 3 milliards de FCFA à la Commission pour chasser la corruption hors du Gabon » et sortir le pays de la zone endémique au prochain classement de Transparency International.
« Le combat contre la corruption est bien organisé au Gabon, sauf qu’il nous manque suffisamment des moyens en hommes et en argent. La lutte est intense, ceux qui sont versés dans ce fléau occulte ne sont pas des enfants de chœur. Alors, 3 milliards de FCFA suffisent à la Commission dont j’ai la charge aujourd’hui, pour chasser la corruption hors du Gabon », a déclaré le président de la CNLCEI, Vincent Lebondo Le- Mali.
M. Lebondo Le-Mali a reconnu tout de même les efforts fournis par les plus hautes autorités du pays pour sortir le Gabon, qui jusque là était le meilleur élève dans la lutte contre la corruption en Afrique centrale, de la zone de corruption endémique.
« Le président Gabonais, Ali Bongo Ondimba, veut d’un pays exempt de corruption. En 2003, la Commission avait un budget annuel de 25 millions de FCFA. Après, il est passé à 800 millions de FCFA. Depuis que le président Ali Bongo est arrivé au pouvoir en 2009, notre budget est passé à 1,6 milliards de FCFA . En 2013, il va atteindre 1,9 milliards de FCFCA. Notre budget est donc en constance évolution », a précisé M ; Lebondo Le-Mali.
Parlant des pressions internes ou externes à l’action de la Commission, le président de la CNLCEI a rassuré la presse nationale et internationale qu’il n y avait aucune pression ou intimidation de la part des présumés détourneurs de biens publics et même des dirigeants du pays.
« La Commission n’est pas sous les ordres de quelqu’un au Gabon. Récemment, on a auditionné et bloqué les comptes d’un ministre en fonction actuellement», a affirmé M. Le- Mali, sans citer le nom du membre du gouvernement gabonais trempé dans la corruption et l’enrichissement illicite. Depuis 2003, les Nations-unies et l’Union africaine ont décidé de lutter contre la corruption qui gangrène les économies et favorise la pauvreté dans plusieurs pays d’Afrique.
Selon les déclarations officielles de la Banque mondiale et la Banque africaine de développement, plusieurs pays africains perdent 25% de leur budget annuel du fait de la corruption.
Le Gabon qui avait un budget de 2000 milliards de FCFA l’année dernière a donc perdu près 500 milliards de FCFA.
Pour le président de la CNLCEI, il faut injecter 10% du budget annuel de l’Etat gabonais dans la lutte contre la corruption.
Créée en mai 2003, la CNLCEI a pour mission de traquer les criminels financiers au Gabon. A ce jour, 94 dossiers sont en cours d’examen. Outre la saisie de nombreux véhicules administratifs volés par des agents de l’Etat gabonais, la Commission détient des dossiers dans lesquels il y a des chiffres qui ont neuf zéros.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES