spot_imgspot_img

1re édition du diplôme d’université en gestion des aires protégées

Ouverte depuis le 22 octobre dernier, avec la participation des professionnels de la conservation de la sous-région, la première édition du diplôme d’université en gestion des aires protégées de l’université Senghor d’Alexandrie, organisée au complexe éducatif Dr Alphonse Mackanga Missandzou (CEDAMM) au Parc national de Lopé, s’est clôturée le 13 décembre 2012 avec plusieurs réussites.

Parc de la Lopé © D.R.

Ils sont 15 professionnels de la conservation, ressortissants de 5 pays de la sous-région, notamment du Cameroun, du Congo, de République Centrafricaine, de République Démocratique du Congo et du Gabon, à avoir réussi à la première édition du diplôme d’université (DU) en gestion des aires protégées de l’université Senghor d’Alexandrie, opérateur direct de la Francophonie.

Durant huit semaines, ces auditeurs, toutes et tous professionnels de la conservation dans la sous-région, ont suivi un ensemble de formation structuré en huit modules traitant de divers thèmes tels que : les politiques de conservation ; la planification et l’évaluation de la gestion des aires protégées ; des notions d’écologie pratiques ; les approches participatives; les techniques d’inventaires et des notions de SIG ; le droit de l’environnement et du développement durable ; l’économie de l’environnement et les sorties de terrain pour une mise en application des différents outils qui ont été acquis.

Cette sortie ciblait en particulier l’apprentissage de techniques de suivi écologique, d’inventaires, des notions de lutte antibraconnage, de diagnostic de situations conflictuelles et d’identification des acteurs impliqués dans les conflits et la mise en place de cadres de concertation.

Selon le communiqué de presse du WCS Gabon «cette formation répond à un véritable besoin de renforcement des capacités pour les gestionnaires d’aires protégées et cadres de la conservation dans la sous-région. Elle participe également à l’effort de création et de dynamisation de réseaux de professionnels pour l’ensemble des acteurs de la conservation».

Le but était de doter les gestionnaires des aires protégées (et leurs partenaires) d’outils et de compétences techniques et scientifiques spécifiques pour améliorer leurs modes de gestion des parcs et inscrire leur action dans la durabilité.

Désormais, ils seront capables de mettre en œuvre une planification adaptée à la gestion durable des ressources environnementales. Leurs compétences en suivi écologique, en résolution des conflits homme/faune, en conciliation et concertation locale sont renforcées. Leur connaissance des outils généraux (conventions, droit de l’environnement, instruments de gestion, normes, etc.) sont également améliorées, ce qui les rendra plus opérationnels pour proposer et réaliser des politiques de conservation

Organisée conjointement par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et Wildlife conservation society, grâce à des financements de l’UICN et de l’Union Européenne via le programme Ecofac5 du Rapac, cette première édition spéciale Afrique centrale a fait naître beaucoup d’intérêt et une volonté de pérennisation auprès de l’ensemble des partenaires.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES