spot_imgspot_img

Lettre d’Encouragement du Dr. Daniel Mengara au Pr. Alexandre Barro Chambrier

A L’ATTENTION DU TRÈS HONORABLE PR. ALEXANDRE BARRO CHAMBRIER
Député, Parti Démocratique Gabonais (PDG)

Honorable,

Il me plaît de constater, finalement, que des voix comme la vôtre aient enfin commencé à dire tout haut ce que l’on n’ose encore point s’avouer publiquement dans les sombres arcanes du parti-Etat où se complote depuis près de 50 ans la machination bongoïste, une machination qui vise à la prise en otage perpétuelle du Gabon par une seule famille, un seul clan.

Votre démarche a un nom. Elle s’appelle « courage ». Car le véritable courage des pédégistes ayant véritablement à cœur la sauvegarde de leur parti, de leur « héritage et modernité », ne consiste point à démissionner pour aller encombrer inutilement, PUIS DISPERSER, les rangs de l’opposition. Le véritable courage consiste, comme vous le faites, à s’attaquer, de l’intérieur, au virus du bongoïsme, ce nom que je donnai, jadis, aux maux que vous évoquez dans votre message du 4 septembre 2015, celui-là même par lequel vous appelez le PDG aux réformes démocratiques durables que le Gabon attend depuis 1967.

Le patriotisme n’étant ni la propriété ni la prérogative exclusive de l’opposition, rien n’empêche un digne fils du pays qui soit pédégiste de se battre pour le « minimum commun » dont vous parlez, un « minimum commun » de valeurs partagées que seules des institutions fortes, mais aussi justes et équitables envers tous, permettraient de préserver. Autrement dit, le changement peut venir tant de l’intérieur que de l’extérieur du PDG, pourvu que les initiateurs de ce changement soient sincères et ne procèdent pas par calcul. Mais il leur faut aussi comprendre pleinement la nature non seulement des enjeux, mais aussi des impératifs, qui doivent guider nos pas vers l’affirmation sans fards de la souveraineté nationale.

N’écoutez surtout pas ceux qui vous demandent de démissionner. Je pense, comme je l’avais déjà dit de par le passé, que les grands ténors du PDG qui considèreraient la démission seraient plus efficaces à monter, de l’intérieur, une remise en question des Bongo Ondimba et du bongoïsme et, pourquoi pas, chercher à obtenir, de l’intérieur, qu’Ali Bongo ne fût point candidat en 2016. Il me semble que tant qu’un Bongo Ondimba sera au pouvoir, aucune velléité de changement démocratique ne sera permise en dehors de celle qui serait imposée par le pouvoir démocratique de la rue. Le nom des Bongo Ondimba, il me semble, doit faire l’objet d’une mi-temps politique de 50 ans au moins, le temps que les dignes fils de la nation enfin réconciliés puissent recoller les morceaux de ce pays par trop traumatisé par 50 années de déchirures bongoïstes sur tous les plans.

Si ceux qui sont sortis du PDG avaient eu la même présence d’esprit que vous, c’est de l’intérieur du PDG qu’ils auraient dû monter cette INSURRECTION, c’est-à-dire exprimer, comme vous le faites désormais, ce refus des arbitraires qui ont empoisonné le climat politique et social national, et partant, compromis l’avenir de TOUS nos enfants, qu’ils soient du PDG ou d’ailleurs. Par une telle insurrection pacifiquement et démocratiquement fomentée depuis l’intérieur, Ali Bongo aurait été plus facilement, et sans bain de sang, contraint à la démission.

Autrement dit, Ali Bongo Ondimba serait dehors aujourd’hui si le parlement gabonais, mené par des patriotes pédégistes comme vous, en avait voulu ainsi. Tout ce que cela aurait demandé, c’est la dose de courage qui exigeait que ce débat fût posé de l’intérieur du PDG plutôt que du dehors. Surtout que des précédents existent de par le monde : ne voilà-t-il pas Otto Perez Molina, président du Guatemala, qui vient d’être destitué par le Parlement, puis jeté en prison, pour une affaire de corruption et de fraude, choses que nous reprochons nous-mêmes déjà à notre imposteur national, dont vous remettez implicitement en cause, et à juste titre, la légitimité, voire la légalité ?

Mais qu’à cela ne tienne, vous, au moins, tenez le bon bout et les Gabonais qui, de l’intérieur du PDG comme de l’extérieur, aspirent à un changement véritable ne peuvent que vous encourager dans votre démarche. Et je me félicite de constater que ce que vous demandez ressemble fortement à ce que je demande depuis 1998, et à ce que la majorité des membres du Front, de l’Union Nationale et de l’opposition non-électoraliste demandent depuis 1990 au moins: la transparence PRÉ-ELECTORALE qui viendrait conforter la légalité et la légitimité de nos institutions et, partant, de ceux que le Peuple aura librement choisis pour conduire la destinée de notre nation en devenir.

Rien, en effet, n’empêche qu’un PDG réformé puisse gagner des élections crédibles dans un Gabon où le Peuple aurait confiance en la capacité de son gouvernement à organiser des élections transparentes. Mais pour que cette confiance puisse s’établir, il faut une remise à plat totale des procédures constitutionnelles et institutionnelles. Sur ces plans, nous sommes en parfaite harmonie, il me semble.

Le seul bémol à introduire ici, néanmoins, Honorable, est le suivant : que ferez-vous quand vous aurez FRONTALEMENT interpellé le clan des Bongo Ondimba sur l’impératif des réformes et que, comme à leur habitude, ils vous auront fait la sourde oreille ?

Je crains bien, hélas, qu’un jour, la maxime du BONGO DOIT PARTIR ne finisse par vous rattraper vous aussi et, donc, ne finisse par vous mener aux procédures insurrectionnelles qui relèvent de votre sacerdoce, sacerdoce qui ne vous donne, dans ce cas, en tant que député PDG, qu’une seule arme, celle de la DESTITUTION. C’est bien là l’étape suivante de votre démarche. Vous y déroberez-vous, à ce devoir, quand le moment de vérité vous interpellera ?

Pour le reste, je suis entièrement d’accord avec vous. Ne décevons plus le Peuple gabonais. Ensemble, construisons le Gabon Nouveau que tous attendent avec impatience.

Vous voudrez donc bien agréer, Honorable, mes salutations les plus patriotiques.

Dr. Daniel Mengara
Président, Bongo Doit Partir-Modwoam

Bongo Doit Partir-Modwoam
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, New Jersey 07052
Tél: 973-447-9763
Site: https://www.bdpmodwoam. org
Adhésions: http://www.bdpmodwoam.org/adhesions/devenir-membre/
Donations: http://www.bdpmodwoam.org/donations/

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,852FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES