spot_imgspot_img

L’hydroxychloroquine est «inutile» contre le Coronavirus, selon un essai clinique majeur

«Ce n’est pas un traitement contre le COVID. Cela ne marche pas», estime Martin Landray, professeur à l’Université d’Oxford et codirecteur de l’étude RECOVERY.

Une équipe de chercheurs britanniques a annoncé vendredi 5 juin avoir mis fin à une vaste étude sur l’utilisation de l’hydroxychloroquine, un traitement antipaludéen, chez les patients atteints du COVID-19, la maladie provoquée par le nouveau coronavirus, les premiers résultats n’ayant apporté aucune preuve d’efficacité.

«Nous avons examiné les données et conclu qu’il n’y avait aucune preuve d’un effet bénéfique de l’hydroxychloroquine chez les patients hospitalisés avec le COVID et nous avons décidé d’arrêter de recruter des patients pour la partie hydroxychloroquine avec effet immédiat», a dit Martin Landray, professeur à l’Université d’Oxford et codirecteur de l’étude RECOVERY. «Ce n’est pas un traitement contre le COVID. Cela ne marche pas», a-t-il ajouté.

«Ces résultats devraient changer les pratiques médicales à travers le monde», a-t-il insisté. «Nous pouvons maintenant arrêter d’utiliser ce traitement qui est inutile.» Ils ont précisé qu’ils avaient décidé de rendre publics ces «résultats préliminaires parce qu’ils ont des conséquences importantes pour la prise en charge des patients et la santé publique».

Doutes

Recovery est un essai clinique contrôlé et randomisé (patients choisi par tirage au sort), méthode d’expérimentation considérée comme la plus solide pour tester des médicaments. Il est mené au Royaume-Uni sur plus de 11.000 patients de 175 hôpitaux pour évaluer l’efficacité de plusieurs traitements contre le Covid-19. Les tests sur les autres pistes de traitement continuent. La partie hydroxychloroquine a concerné 1542 patients ayant reçu la molécule, comparés à 3132 patients ayant bénéficié d’une prise en charge standard.

L’hydroxychloroquine est au coeur d’une vaste polémique à travers le monde quant à son efficacité potentielle contre le COVID. Cette polémique a connu un nouveau rebondissement jeudi lorsque trois des auteurs d’une étude parue dans la revue médicale The Lancet, qui avait conclu à une augmentation du risque de décès en cas d’utilisation de ce traitement antipaludéen chez des patients atteints par le COVID-19, ont retiré leur signature à cet article en raison de doutes sur les données utilisées.

Le quatrième auteur de l’étude du Lancet est Sapan Desai, le directeur général de Surgisphere, l’entreprise ayant fourni les données sur lesquelles s’est basée cette étude. Surgisphere a refusé de fournir un accès complet à sa base de données pour les soumettre à un examen indépendant après l’émergence de doutes sur leur fiabilité.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES