spot_imgspot_img

Iboga : Une levée de fonds de 13 milliards CFA en dehors du Gabon

Confiné à une utilisation initiatique au Gabon, l’Iboga, souvent appelé «Bois Sacré», poursuit sa révolution médicinale, scientifique et économique en Occident, sans retombées concrètes et économiques pour le peuple gabonais et sans que les dirigeants du pays ne songent à en tirer profit. Le leader de IDRC-Africa en a le blues.

Alors que les autorités gabonaises tâtonnent sur la définition d’un cadre juridique pour la valorisation et la commercialisation de la Tabernante Iboga, des firmes pharmaceutiques occidentales se servent de cette ressource génétique dans le développement des médicaments contre les crises des opioïdes et lèvent des fonds pour des recherches approfondies.

De l’argent à se faire

La dernière prouesse en date est la levée de 24 millions de dollars (environ 13,9 milliards de francs CFA) sur le marché financier américain et l’entrée en bourse de la société Mind Medicine (MindMed), Inc, par le biais d’une prise de contrôle inversée de Broadway Gold Mining sur le NEO Exchange, basé à Toronto. Ce tour de financement servira selon le co-fondateur de la startup, JR Rahn, à développer ce qu’il espère devenir «l’antibiotique pour la dépendance», basé sur un dérivé non hallucinogène de l’ibogaïne, un composé psychoactif utilisé depuis plus de 50 ans pour traiter la dépendance.

«Ce jour marque un grand pas en avant dans notre capacité à accéder à davantage de capital institutionnel pour financer nos essais cliniques révolutionnaires et notre mission consistant à établir le pipeline le plus convaincant de médicaments inspirés des psychédéliques. NEO a tracé une route claire et efficace pour une inscription au tableau principal de sa place boursière de qualité institutionnelle. Les médicaments psychédéliques offrent une possibilité de s’attaquer à d’importants problèmes sociétaux, comme la crise des opioïdes, et la cotation publique de MindMed pourrait contribuer à accélérer la découverte d’une cure», a déclaré JR Rahn, relayé par le Wall Street journal.

Interpellation des dirigeants du Gabon

Pour le coordonnateur de l’ONG Initiative développement recherches conseils africa (IDRC-Africa) Hervé Omva, cette réussite américaine devrait interpeller les dirigeants du Gabon, à s’investir réellement pour dépénaliser les vraies choses, à mettre en place un programme sérieux sur les opportunités pour le Gabon de commercialiser l’iboga à l’international, la domestication de cette plante étant désormais réelle.

«C’est une preuve que nos dirigeants n’ont pas une connaissance des réalités de notre pays. Parce que s’ils étaient conscients des réalités, du potentiel économique de notre pays, on ne serait pas à trainer pour discuter sur la valorisation économique de l’Iboga. Cette entreprise ne travaille pas sur l’Iboga naturel, mais sur de l’Iboga synthétique», a indiqué Hervé Omva.

MindMed développe des médicaments dérivés des psychédéliques en vue de répondre à d’importants besoins médicaux non comblés. Actuellement, il prépare 18-MC, son principal programme de développement de médicaments, pour un essai clinique de Phase 2, dont le démarrage est prévu au quatrième trimestre 2020. 18-MC est un candidat médicament sans effet hallucinogène basé sur la substance psychédélique ibogaïne qui, dans le cadre d’études précliniques approfondies, s’est avéré prometteur pour aider à réduire les addictions.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES