spot_imgspot_img

Déplacements interprovinciaux : Le Copil s’étonne de la ruée vers les centres de dépistage

En réhabilitant la circulation interprovinciale, le gouvernement a conditionné chaque déplacement par la présentation d’un test de négativité au Covid-19. Entre manque de réactifs dans l’hinterland et difficulté de se soumettre à un test à Libreville, plusieurs personnes ayant forcé le chemin se sont retrouvées bloquées. Un état de fait qui n’émeut pas le Copil qui s’étonne de la ruée vers les centres de dépistage de masse.

Au Gabon, l’épicentre de l’épidémie de Coronavirus est Libreville et le virus circule toujours de manière active malgré la tendance baissière du taux de contamination. En réhabilitant la circulation interprovinciale, le gouvernement a conditionné chaque passage par la présentation d’un test de négativité au Covid-19. Depuis l’autorisation de ces déplacements, un engouement en termes de trafic a été observé notamment sur la nationale 1 (RN1) avec un hic : plusieurs personnes sinon la plupart, ne disposent pas du précieux laissez-passer.

Entre manque de réactifs dans l’hinterland et difficulté d’obtenir un test à Libreville, elles ont pour ainsi dire été bloquées à des postes de contrôle. Pour le Comité en charge de la riposte (Copil), «le fait d’avoir ouvert les déplacements ne signifie pas que le Copil n’insiste plus sur les déplacements non essentiels». «Pour l’instant, l’heure n’est pas à aller passer les vacances au village parce que l’épidémie du Covid-19 circule encore de manière active dans notre pays et il faudrait protéger les autres en adoptant des comportements responsables», a déclaré le porte-parole du Copil.

Le Copil s’étonne de l’engouement

Si plusieurs véhicules ont été bloqués sur la RN1 le 6 juillet faute desdits tests, Guy-Patrick Obiang estime que «le rôle du gouvernement c’est de protéger la population. Les embouteillages ne gênent pas». «S’il faut des files d’attente pour protéger la population de l’arrière-pays, il faut le faire» a-t-il insisté, soulignant que les populations ont été peu informées sur les mesures prises en matière de déplacements. A ce sujet, a-t-il indiqué, le ministre des Transports et le Copil organiseront ce 8 juillet un point presse sur ces mesures relatives au déplacement des populations aussi bien à l’étranger qu’à l’intérieur du pays.

«Lorsqu’il y a eu le lancement du dépistage massif il n’y a pas eu cet engouement. Et lorsqu’il s’agit de lever un certain nombre de mesures, il y a un fort engouement et tout d’un coup le test devient une nécessité parce que les gens veulent aller à l’intérieur du pays», s’est étonné Guy-Patrick Obiang. «Mais nous restons dans la même logique. Libreville est l’épicentre et nous voulons limiter l’importation massive à l’intérieur du pays parce que les autres provinces sont encore des clusters où le virus peut encore être maîtrisé. Nous sommes tous satisfait de la courbe baissière de l’épidémie mais l’épidémie est encore là», a-t-il soutenu.

Cependant, a-t-il expliqué, le manque de réactifs dans l’hinterland est dû à un problème de transport. «Le Copil est également victime de certaines mesures restrictives. L’acheminement d’un certain nombre de produits ne peut se faire lorsqu’il n’y a pas de trafic. Mais ce problème est en train d’être résolu», a-t-il dit. Pour ce qui est des tests au niveau de Libreville, a-t-il fait savoir, à partir de ce 7 juillet, ceux qui veulent effectuer des déplacements à l’intérieur ou à l’extérieur du pays pourront se rendre au laboratoire Pr Gahouma où un espace sera aménagé pour les tester afin que le délai de 48h soit tenu.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES