spot_imgspot_img

Saturation des hôpitaux : quand le Dr Obiang Ndong contredit Ali Bongo

Sur le Plateau spécial de Gabon 24, le mercredi 17 février, le ministre de la Santé, Dr Guy Patrick Obiang Ndong, a affirmé que seulement deux mois après le début de la seconde phase de l’épidémie de coronavirus au Gabon, les structures sanitaires publiques et privées sont déjà en «début de saturation». Une semaine plus tôt, le chef de l’État avait pourtant assuré que les hôpitaux dont la qualité des plateaux techniques et de la prise en charge continuait de s’améliorer ne se laisseraient pas déborder.

Cacophonie, excès de zèle, absence de coordination ou simple réalité du terrain ? Face la montée d’une seconde phase de l’épidémie de coronavirus que le gouvernement a visiblement du mal à gérer sans faire intervenir la force et les restrictions tous azimuts en dépit de leur caractère peu productif, la communication au sommet de l’État diverge sur la situation liée à la prise en charge des malades. La preuve en a été faite mercredi sur l’émission « Plateau spécial » de Gabon 24 à laquelle étaient invités le ministre de la Santé et son collègue du Commerce pour expliquer et défendre les mesures gouvernementales annoncées le 12 février dernier.

Si une semaine plus tôt, annonçant des décisions complémentaires susceptibles de perturber nos vies quotidiennes, le président de la République avait assuré que face à la nouvelle flambée de la maladie «nos hôpitaux et nos équipes médicales sont prêts à livrer bataille face à cet ennemi», chez nos confrères, le Dr Guy Patrick Obiang Ndong a laissé entendre que ces hôpitaux pourraient bientôt être débordés par le nombre de patients. Curieux quand on se rappelle qu’en mai 2020, le gouvernement avait informé de l’achat de 1000 nouveaux lits dans le but de renforcer les capacités litières dans les structures hospitalières du pays.

Or, au mercredi 17 février, sur les 1 077 cas actifs que compte le Gabon, seulement 90 personnes étaient hospitalisées, dont 15 patients en réanimation, selon les chiffres du Copil. Pourtant, le ministre de la Santé l’assure, «dans les structures sanitaires aussi bien publiques que privées, nous avons un début de saturation. Ça veut dire que la situation est alarmante et inquiétante». Selon le membre du gouvernement, c’est d’ailleurs cette analyse de la situation qui a conduit aux nouvelles restrictions édictées il y a une semaine.

En somme, premier responsable du secteur, le Dr Guy Patrick Obiang Ndong ne semble pas partager l’assertion d’Ali Bongo selon laquelle «la qualité de nos plateaux techniques et de la prise en charge n’a cessé de s’améliorer tout au long de cette bataille». Pour lui, deux mois seulement après la seconde phase de l’épidémie, cette qualité semble même avoir régressé. C’est du moins c’est ce qu’il laisse entendre.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES