spot_imgspot_img

Gabon : Rentrée politique du groupe parlementaire PDG

Le groupe parlementaire du Parti démocratique gabonais (PDG) à l’Assemblée nationale a procédé à sa cinquième rentrée politique le 8 octobre à Libreville, occasion pour les députés du parti de débattre des grands dossiers de l’exercice 2008-2009. Cette réunion de deux jours a permis au groupe parlementaire majoritaire de l’Assemblée nationale d’examiner l’avancement des dossiers sur la nationalisation de l’économie, l’autosuffisance alimentaire, le système d’assurance maladie ou encore la flambée des prix des produits de première nécessité.

Pour étudier les dossiers qui constitueront les points d’orgues de l’année parlementaire à 2008-2009, les députés du groupe parlementaire du Parti démocratique gabonais (PDG) se sont réunis les 8 et 9 octobre à Libreville à l’occasion de leur 5e rentrée politique.

Réunis à l’annexe du ministère des Finances, l’immeuble Arambo sis au boulevard Triomphal, les députés PDG ont tenu quatre importantes conférences abordant «le bilan de la gabonisation de l’économie vingt ans après» ; «comment permettre d’atteindre l’autosuffisance alimentaire» ; «comment lutter contre la vie chère et garantir la qualité des produits» et «l’assurance maladie au service de la solidarité nationale».

«C’est au cours de ces journées que nous essayons d’aborder les sujets qui concernent la vie des populations au quotidien», a déclaré le président du groupe parlementaire PDG à l’Assemblée nationale, Luc Marat Abyla.

Concernant «le premier thème abordé par le ministre des Finances concerne la gabonisation de l’économie gabonaise. Nous souhaitons faire un bilan de la gabonisation vingt après que le président de la République ait demandé à ce que l’économie gabonaise soit prise en main par les nationaux», a expliqué monsieur Marat Abyla.

Dans l’après-midi du 8 octobre dernier, les députés ont examiné «le sujet qui traite de l’autosuffisance alimentaire. Le Gabon importe pour 100 milliards de francs CFA de vivres et de denrées alimentaires. Nous estimons que ce chiffre est trop élevé et nous pensons que le gouvernement de la République peut mettre en place une politique qui peut amener les populations à se prendre en charge», a également préciser le président du groupe parlementaire PDG à l’Assemblée nationale.

«Jeudi, nous aborderons le troisième thème, qui concerne la vie chère. Les Gabonais se plaignent du fait que la vie coûte de plus en plus chère. Nous interpellons le ministre des Finances pour qu’il vienne nous expliquer pourquoi la vie est chère au Gabon», a poursuivi le député Marat Abyla.

Au titre des communications concernant l’assurance maladie, Luc Marat Abyla a expliqué que cet outil a été mis en place «par la création de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS). Nous interrogerons le ministre du Travail, Jean François Ndongou, pour qu’il nous fasse le point sur la mise en place de cette structure».

Ces «deux journées sont ouvertes à tout le monde, nous souhaitons vivement que le public vienne prendre part à ces journées de manière à suivre les réponses qui seront données par les différents orateurs» sur ces problèmes de première importance pour les populations, avait enfin annoncé le président du groupe parlementaire PDG à l’Assemblée nationale.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES