spot_imgspot_img

Gabon : L’UOB définit un cadre d’échanges universitaires avec l’Université de Johannesburg

Le recteur de l’Université Omar Bongo (UOB), Fidèle Pierre Nzé Nguéma, s’est récemment rendu en Afrique du Sud pour signer un mémorandum de coopération avec l’université de Johannesburg. Ce document vient combler un vide juridique et offre un cadre formel aux échanges universitaires entre les deux pays. Le mémorandum permet notamment de renforcer la coopération estudiantine et enseignante entre l’université de Libreville et celle de Johannesburg, qui accueille chaque année près de 300 étudiants gabonais, toutes filières confondues. Au terme de longues négociations entre les institutions universitaires des deux pays, un mémorandum de coopération vient d’être signé entre l’Université Omar Bongo de Libreville (UOB) et l’Université de Johannesburg, en Afrique du Sud.

A la tête d’une forte délégation, notamment l’ambassadeur du Gabon en Afrique du Sud, Marcel Jules Ondongui-Bonnard, et le directeur des Bourses et Stages, Guillaume Moutou, le recteur de l’UOB, fidèle Nzé Nguéma s’est récemment rendu à Johannesburg pour signer avec la partie sud africaine ce document qui vient combler le vide juridique en la matière.

En dépit de nombreux accords bilatéraux établis entre Libreville et Pretoria dans les domaines culturels, scientifiques et technologiques, le cadre formel des échanges dans le domaine de l’éducation ne jouissait pas encore d’un cadre normatif concret, malgré l’intensité et la régularité des échanges entre les universités gabonaises et sud africaines.

Ce document «offre un prolongement concret de l’accord de coopération culturel, scientifique et technologique qui existe entre le Gabon et l’Afrique du Sud», a souligné le recteur de l’UOB.

Monsieur Nzé Nguéma a expliqué que cette convention présentait «le caractère d’un instrument d’application qui a l’avantage de proposer un dispositif formel, juridique et institutionnel, qui met en relation les équipes d’enseignants et de chercheurs des deux universités, favorise la mobilité et permet aux organes administratifs de travailler à l’harmonisation des cursus, aux préoccupations des étudiants et aux équivalences».

Pour l’ambassadeur du Gabon en Afrique du Sud, Marcel Jules Ondongui-Bonnard, «c’est un pas important franchi dans la série de problèmes à résoudre», au regard des difficultés administratives dans la gestion des quelques 300 étudiants gabonais accueillis chaque année à l’Université de Johannesburg.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES