Gabon : Bongo veut un gouvernement de large ouverture et conquérant

Dans son traditionnel discours à la Nation l’occasion du nouvel an, le président Bongo Ondimba a annoncé la formation dans les semaines qui viennent d’un gouvernement de large ouverture animé par« des hommes et des femmes de bonne volonté ». Le gouvernement de « mission » que conduit le premier ministre Jean Eyéghé Ndong, que le chef de l’Etat avait souhaité resserré pour traduire dans les faits son projet de société a-t-il échoué ?

Le président gabonais, Omar Bongo Ondimba, a annoncé dans son message de vœux à la Nation, le 31 décembre à 20h, la formation prochaine d’un « gouvernement de large ouverture ».

« Ce gouvernement, je le veux de large ouverture. C’est pourquoi, j’invite tous les chefs des partis politiques de me faire des propositions des personnalités, chefs de partis ou membres susceptibles de faire partie de cette nouvelle équipe « , a déclaré le Chef de l’Etat.

« J’avais dit en 2007 gouvernement de mission. Je dis encore aujourd’hui, gouvernement de mission ouvert et conquérant, collé aux réalités, n’ayant pour seuls objectifs que ceux de ma politique, pour seule ambition, le bonheur du peuple gabonais « , a-t-il ajouté avant souhaiter ses meilleurs vœux à la population gabonaise.

Cette prescription claire du chef de l’Etat suggère-t-elle que l’équipe gouvernementale actuelle n’a pas su traduire dans les faits le projet de société de l’hôte du palais de bord de mer?

Il est vrai que la veille déjà, à l’occasion de la cérémonie de commémoration de son 73e anniversaire, Bongo Ondimba avait exprimé son mécontentement face à la non-application par plusieurs ministres de la feuille de route conçue par le chef du gouvernement. Une attitude qui contrarie l’application de son projet de société, « Mon projet, les actes pour le Gabon »

Ce d’autant que, le 28 décembre marquait les douze mois d’exercice du cabinet de « mission » que le président Bongo Ondimba, dans son discours du 1er décembre 2007 souhaitait « resserré, ouvert à tous les vrais patriotes et mis en place pour des objectifs précis » : améliorer sensiblement les conditions de vie de Gabonais. Son souhait de remanier cette équipe indique clairement que les résultats obtenus sont en deçà de ses espérances.

Déjà au mois d’aout dernier, lors de son discours à la Nation à l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance, la posture du président de la République n’avait guère varié. Il avait promis une amélioration des conditions de vie des Gabonais et a sollicité leur patience pour laisser le temps au gouvernement de travailler. Apparemment ce dernier n’a pas su combler les minima de ces attentes avant le début de la troisième année du septennat déjà marqué par la crispation du front social.

Mais que signifie un gouvernement de large ouverture quand on sait que l’essentiel des partis politiques gabonais participe déjà au gouvernement de mission en place depuis le 28 décembre 2007 ? L’appel du 31 décembre s’adresse probablement à l’UPG de Pierre Mamboundou et à l’UGDD de Zacharie Myboto, les seules formations politiques de poids qui incarnent l’opposition au Gabon.

Si ces deux partis intégraient le gouvernement, Bongo Ondimba aura réussi le tour de force de créer une véritable « union sacrée » autour de lui pour exécuter au pas de course son programme de société en quatre ans. Trouvera-t-il seulement un chef de gouvernement capable de fédérer les énergies de ces différentes personnalités pour faire de ce cabinet une machine conquérante capable de servir aux Gabonais au moins deux repas par jour?

Exprimez-vous!

  1. il est des fois Où je crois que le peuple gabonais restera idiot à jamais.le discours du président de la république n’a pas sa place à une période où le peuple gabonais vit un calvaire depuis 4o ans.pour quel but,parle t-il de gouvernement de largement ouverture? En reponse à cette question , dison simplement que notre président-ROI n’a plus le contrôle des fauves de détournement des fonds de l’ Etat qu’il a formé.Quelle opposition pour quel Gabon,quel « gouvernement de large ouverture »? QU ‘entend- il par là? commençons par la 1ere interrrogation, on ne peut plus parler d’ oppostion dans notre pays dès lors que tous les leaders de cette dernière mange à la même que lui(bref).Concernant la deuxième quetion,le GABON n’ est plus une République ,mais un royaume pour BONGO.Quant à la dernière , disons simplement que ce ne sont pas des compétences qui manquent au gouvernement qui sera destitué d’ici quelques temps,le président est un fein politicien et il sait lui même que notre peuple est un béni oui-oui à l’ instar de tous les peuples africains.SENGHOR n’ avait il pas dit que le nègre est émotif? et bien , le peuple gabonais l’ est encore plus, se rejouit et dort sur son lorier en gobant depuis 40 ans les mêmes discours.Enfin,tant qu’il ya pas l’impunité au GABON,le peuple souffrira toujours car ce ne sont ni MYBOTO ni MAMBOUNDOU qui viendront éradiquer la souffrance en moins de 4ans ce que tout le régime BONGO n’ a pu faire en 40 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....