La 56ème Journée mondiale de la Lèpre a été célébrée ce samedi au centre médical de Nzeng Ayong à Libreville, sous le thème « la lèpre ne tue pas, elle exclut », en présence du ministre de la Santé publique et de l’Hygiène publique Idriss NGARI, du représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Gabon, Dr André Ndikuyeze.

Pour la Directrice nationale du programme de lutte contre la lèpre, Dr Annick Mondjo, « la lèpre favorise la pauvreté, d’où le thème mondiale « la lèpre ne tue pas, elle exclut ». Mais sachez que la chimiothérapie permet de guérir de façon définitive cette maladie à condition que la maladie soit détecté très tôt», a-t-elle indiqué.

Selon les organisateurs de cette Journée, le taux de guérison des cas enregistrés dans la région africaine atteint 70%, tandis que les cas multi bacillaires représentent 69% des nouveaux cas.

« La lèpre est une maladie infectieuse, spécifique, contagieuse et épidémique, causée par la pénétration et la prolifération dans l’organisme d’un microbe qui lui appartient en propre, le bacille de Hansen. », rappelait en 1907 Joseph Nicolas, dermatologue et vénériologue.

Aujourd’hui traitable par les antibiotiques, des efforts de santé publique sont faits pour le traitement des malades, l’équipement en prothèse des sujets guéris et la prévention.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here