spot_imgspot_img

Gabon : La Libye s’exprime sur Africa n°1

La ministre gabonaise de la Communication, Laure Olga Gondjout, a reçu le 10 février dernier à Libreville l’ambassadeur libyen, Abdel Hakim Al Cherif, pour faire le point sur la situation de la radio Africa n°1, dont les Libyens sont détenteurs de 52% des parts depuis 2006. Le rachat de la radio panafricaine avait entraîné de nombreuses protestations suite à la violation du protocole d’accord signé entre les employés et le comité de privatisation, qui n’avait finalement versé que moins de 10% du montant prévu pour les primes de licenciement des agents.

L’ambassadeur de Libye au Gabon, Abdel Hakim Al Cherif, a été reçu le 10 février dernier à Libreville par la ministre gabonaise de la Communication, Laure Olga Gondjout, pour le suivi du processus de redressement de la radio Africa n°1, dont le douloureux processus de privatisation entamé en 2006 avait mis à mal son fonctionnement.

«Nous avons traités de certains problèmes d’Africa n°1 et nous avons également beaucoup parlé des solutions éventuelles», a rapporté le diplomate libyen.

Le processus de privatisation de la radio panafricaine prévoyait le licenciement protocolaire de l’ensemble des agents de la station avant l’organisation de nouveaux recrutements. Ce licenciement était assorti d’un plan social concocté par le comité de privatisation arrêté à la somme de 6 milliards de F CFA. Mais le comité de privatisation s’était déjugé en juillet 2008, en annonçant l’octroi de seulement 400 millions aux agents, soit moins de 10% de la somme initialement annoncée.

A ce sujet, l’ambassadeur de Libye au Gabon a évoqué de «petits problèmes du budget» de la Libyan Jamahiriya Broadcasting (LGB) qui s’est porté acquéreur du média, «des actionnaires», qui détiennent encore 13% des parts de la radio.

«Nous avons discutés de ces problèmes avec madame le ministre et vous verrez que dans les jours à venir nous trouverons des solutions pour la radio Africa n°1», a assuré Abdel Hakim Al Chérif.

Africa n°1 a été vendue en juin 2006 au groupe Libyan Jamahiriya Broadcasting, qui en est devenu l’actionnaire majoritaire avec 52% des actions, laissant 35 % des actions à l’Etat gabonais et 13% aux actionnaires privés gabonais.

«Nous comptons beaucoup sur cette radio panafricaine. La Libye compte beaucoup sur cette radio et le Gabon aussi», a souligné l’ambassadeur libyen au Gabon., expliquant qu’«Africa n°1, c’est la radio que l’on peut écouter dans les 50 pays africains».

Si la Libye veut réellement instrumentaliser ce média au service du vaste projet d’unification africaine si cher à son président, elle devra impérativement résoudre les problèmes qui minent ses relations avec les agents de la radio et entravent son fonctionnement optimal.

La radio Africa n°1 avait été créée en 1974 par le chef de l’Etat gabonais afin d’équiper le pays d’un centre d’émission international de grande puissance à travers les ondes courtes radiophoniques. Il aura fallu attendre 1981 pour que le Gabon, associé à des investisseurs privés et à la Société financière de radiodiffusion (SOFIRAD) lance la première radio panafricaine, AFRICA n°1.

Africa n°1 a été la première radio francophone du continent africain à avoir un bouquet numérique qui couvre l’Afrique, le Moyen-Orient, la côte Est des Etats-Unis et l’Europe. Ce bouquet numérique aura par ailleurs facilité la mise en œuvre des émissions de service public des radiodiffusions et télévisions nationales de plusieurs pays africains.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES