spot_imgspot_img

Le ministre des Travaux publics attend des séminaristes des résultats  »clairvoyants » pour des routes gabonaises

Le ministre gabonais des Travaux publics, des Infrastructures et de la Construction, le général flavien Nzengui Nzoundou, a dit mardi à Libreville, attendre des participants ‘’’des résultats clairvoyants’’, à l’ouverture d’un séminaire sur le thème :  »Quelle organisation, quelle politique et quelles stratégies pour des infrastructures pérennes et sécurisées ? ».

Confiant en ce que ce thème puisse mobiliser la réflexion du plus grand nombre, afin que les perspectives pour l’avenir de son ministère puissent être définies, à partir des propositions émanant des personnels des services internes comme déconcentrés, mais également des personnalités extérieures, M. Nzengui-Nzoundou a indiqué que ‘’’les résultats escomptés devront permettre de faire connaître la force qui soude tous les acteurs du ministère des TP et montrer leur compréhension des changements qu’ils observent, ainsi que des évolutions qu’ils imaginent et espèrent’’.

 »Le gouvernement de la République a la plus grande confiance en vos lumières et je vous assure que personne au Gabon, restera indifférent face aux résultats clairvoyants auxquels vous parviendrez (au terme des travaux, Nldr) (…), car la problématique de la fiabilité de nos infrastructures est inscrite au cœur du projet de société du président de la République : Mon projet, des actes pour le Gabon », a-t-il déclaré.

Dans ce projet, a expliqué le ministre des TP, le président Omar Bongo Ondimba dit qu’il y a lieu ‘’’de tirer les leçons du passé et de revoir la conception et les procédés de construction de nos routes (…), et qu’il est  »anormal » d’être contraint de refaire tous les 3 ou 4 ans le bitumage de certaines portions de route ».

Le chef de l’Etat ajoute que  »nos ingénieurs se doivent de trouver des solutions efficaces afin d’assurer la pérennité de nos voies de communications terrestres ».

Le rail ainsi posé, le ministre des Travaux publics reste préoccupé par les revendications des Gabonais qui veulent des routes praticables en tout temps. C’est pourquoi il a fustigé l’utilisation des  »méthodes déviationnistes et déviantes » conduisant à des dérapages dans le management. Alors que le contribuable attend que son ministère s’emploie au quotidien à traduire en actes et sur le terrain, la politique du gouvernement en matière d’amélioration et de développement des infrastructures routières, ferroviaires, portuaires, aéroportuaires, des bâtiments, des équipements collectifs et de l’assainissement urbain.

Parmi les stratégies qui découlent de cette politique, il a cité une bonne conception des projets, un contrôle efficace pendant l’exécution des travaux par des entreprises qualifiées, un suivi et un entretien permanents des ouvrages livrés à l’utilisation.

Pour lui, une franche collaboration est nécessaire avec les ministères chargés respectivement des Finances, des Investissements et du Développement, de façon à tendre vers une rigueur budgétaire qui visera à inscrire les montants suffisants couvrant des chiffres d’affaires à réaliser pendant l’exécution des travaux, et à assurer le paiement régulier des situations des travaux réalisés dans les échéances et les délais contractuels.

Le ministre poursuit en soulignant que ‘’’l’allègement des procédures budgétaires et de passation des marchés publics devrait sous-tendre ces ambitions’’. Ce qui permettra d’éviter ‘’’le surenchérissement des coûts de construction, conséquence d’intérêts moratoires et d’arrêts intempestifs de chantiers’’ a-t-il indiqué par ailleurs.

Dans cette perspective, il invité les partenaires au développement à un plus de soutien et à une coopération rentable.

 » A la croisée de chemins entre la nécessaire envie des pays du Sud de se développer et l’ascension sans cesse des pays de l’Occident, des pays en développement ont plus que besoin de votre soutien et votre appui », a-t-il confié, estimant qu’une  »coopération rentable passe par la facilitation d’accès aux financements de vos différentes institutions, en enlevant des barrières pesantes des conditionnalités et en mettant en place des mécanismes sûrs de gestion rigoureuse des ressources mises à la disposition des pays en développement ».

Ces assises de Libreville vont se dérouler jusqu’à vendredi prochain et comportent, selon le président du Comité d’organisation, Mme Marguerite Dondias, 19 sujets présentés tour à tour en séances plénières.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES