La doyenne des juges du pôle financier de Paris a jugé recevable la plainte qui vise Denis Sassou Nguesso (Congo), Omar Bongo (Gabon) et Teodoro Obiang (Guinée Equatoriale) – plainte pour recel de détournement de fonds publics, blanchiment et abus de bien sociale, entre autres.

C’est une longue bataille judiciaire qui va (peut-être) s’ouvrir. Celle menée à bout de bras par l’association Transparence international France (TI), spécialisée dans la lutte contre la corruption.
L’association avait porté plainte, le 2 décembre dernier, une plainte qui visait “les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France par Denis Sassou Nguesso (Congo), Omar Bongo (Gabon) et Teodoro Obiang (Guinée Equatoriale) ainsi que des membres de leur entourage”.

Recel de détournement de fonds publics, blanchiment, abus de bien social, abus de confiance et complicités, évoquait à l’époque l’association.

Un juge – et pas n’importe lequel – a décidé aujourd’hui d’instruire cette plainte. La doyenne des juges du pôle financier de Paris l’a jugée recevable. Le parquet de Paris, qui s’était déjà prononcé contre l’ouverture d’une information judiciaire, dispose désormais de cinq jours pour faire appel.
Dans ses réquisitions prises courant avril, le procureur avait demandé à la doyenne des juges d’instruction de constater l’irrecevabilité de la plainte.
Déjà, dans le passé, le parquet de Paris avait classé sans suite, à deux reprises, en novembre 2007 et septembre 2008, des plaintes simples visant les trois chefs d’Etat africains.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here