spot_imgspot_img

Déclaration du Rectorat sur la situation de crise à l’ UOB

Le rectorat de l’université Omar Bongo Ondimba (UOB)Pierre Nzinzi a éclairé l’opinion publique, à travers un communiqué officiel dont l’AGP a reçu copie, sur la situation qui a prévalu au sein de cet établissement d’enseignement supérieur dont voici la teneur :

Depuis le début de l’année académique, au cours de nombreuses réunions tenues à l’UOB, à l’ENS et au Ministère, les étudiants de l’UOB ont eu plusieurs occasions d’exprimer leurs revendications, allant des conditions de vie et de travail effectivement difficiles, au payement des bourses, en passant par les problèmes académiques, en particulier, ceux liés aux régimes des examens, dans le cadre du système LMD.

Concernant les structures d’accueil, le Gouvernement a réagi en programmant un certain nombre d’actions d’urgence, notamment dans le cadre du budget 2010 ;
•L’assainissement et l’éclairage du site de l’UOB . •La réhabilitation de la Bibliothèque Universitaire, des salles de classes, des amphithéâtres et des résidences universitaires. •La construction de nouvelles structures d’accueil.

Au sujet des bourses, les étudiants ont reçu les assurances sur leur payement qui a commencé effectivement le 11 février 2010. Cependant, une minorité d’entre eux a préféré s’engager dans la perturbation et l’empêchement des activités pédagogiques et scientifiques au sein du Campus de l’UOB et dans l’entrave de la circulation sur les boulevards Léon MBA et Triomphal, selon la chronologie suivante:

• Jeudi 11 février 2010 : Pose des barricades au portail et sur la voie publique autour de 11h, racket des taximen et humiliations des passants. Intervention des forces de l’ordre pour libérer la voie publique; refus des étudiants de libérer la voie publique, obligeant les forces de l’ordre à utiliser des gaz lacrymogènes pour disperser l’attroupement et ainsi rétablir la circulation. Malheureusement, le groupe d’étudiants a délibérément choisi d’affronter la gendarmerie, en lançant des pierres et autres objets.

Entre 14h30 et 15h30, certains étudiants sont blessés dans l’affrontement avec les forces de l’ordre; retranchés à l’intérieur du campus et ne pouvant retourner sur le boulevard Léon Mba, ils réussissent à gagner le boulevard Triomphal, à hauteur de l’Ambassade de Chine, barricadant la voie et y brûlant des pneus. Ces étudiants s’en sont pris aux autres qui ne voulaient pas se mêler à eux, en leur lançant des pierres.

• Vendredi 12 février 2010 : A l’issue d’une assemblée générale, les étudiants, toujours en petit nombre, ont fait le tour du Campus pour faire sortir leurs camarades des salles de classe, en brandissant un panneau qui présente les photos des blessés. Ce groupe d’étudiants n’a pas daigné répondre à J’appel des responsables de l’Université qui les invitaient à une rencontre. Ils ont préféré aller au portail affronter à nouveau les forces de J’ordre qui veillaient sur la libre circulation.

• Lundi 15 février 2010 : un Huissier de justice vient constater le blocage des serrures de plusieurs salles de classes et d’amphithéâtres, empêchant le déroulement régulier des activités pédagogiques. Vers 13 heures, le même groupe d’étudiants termine sa marche au portail de l’Université, dont il interdit l’accès jusque dans la soirée.

Ce mardi 16 février, le même scénario a continué, avec l’irruption dans les salles de classe pour en sortir les enseignants et les étudiants. Depuis quelques temps, un groupuscule d’étudiants organisés autour de la maison des étudiants, perturbe donc les activités pédagogiques au sein de l’institution, par l’organisation intempestive des assemblées générales, au mépris des textes en vigueur.

Le Bilan des affrontements du jeudi 11 février se présente ainsi qu’il suit: 17 étudiants blessés et un (1) agent de l’UOB ; Sur les 17 étudiants blessés, un seul est encore en observation au service de traumatologie du CHL : NGUEMA Arnaud qui devrait en sortir dans les 48 heures. A ce jour, tous les autres ont regagné leur domicile.

Les soins de tous les étudiants ont été pris en charge par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et l’Université Omar BONGO qui ont organisé des visites régulières dans les divers lieux d’hospitalisatiol des étudiants. Contrairement à une rumeur persistante, aucun étudiant n’est décédé à la suite des événements qui se sont produits à l’Université.
En revanche, bien avant le déclenchement de ces événements, deux étudiantes sont décédées des suites de maladie. Il s’agit d’une étudiante de 2e Année de gestion des entreprises à l’IST, le mercredi 10 février 2010, Aude Prisca BOUKANDOU, et d’une étudiante en Licence d’anglais à l’UOB, Elodie Ariane ETSELLA, le samedi 06 février. Pr Pierre NZINZI

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES