Le régime de Mouammar Kadhafi est prêt à discuter de tout si ses interlocuteurs ne posent aucune condition préalable au dialogue, a déclaré lundi son porte-parole.
Ibrahim Moussa a déclaré que des représentants du gouvernement libyen avaient rencontré des responsables américains samedi en Tunisie.

En déplacement en Inde avec la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton, un responsable du département d’Etat a dit que cette rencontre ne constituait pas des négociations et qu’elle avait permis aux Etats-Unis de transmettre à des émissaires de Mouammar Kadhafi le message “clair et ferme” que le dirigeant libyen devait se retirer.

“Nous soutenons tout dialogue, toute initiative de paix tant que l’avenir de la Libye n’est pas décidé à l’extérieur du pays mais à l’intérieur du pays”, a dit Ibrahim Moussa à des journalistes à Tripoli. “Tout dialogue avec les Français, les Américains, les Britanniques est le bienvenu. Nous sommes prêts à discuter”, a-t-il poursuivi en allusion à trois pays impliqués dans les bombardements de l’Otan contre le régime de Mouammar Kadhafi, confronté depuis février à une insurrection armée.

“Si un pays impliqué dans cette agression contre nous souhaite revoir sa position et désire sincèrement la paix et la démocratie en Libye, qu’il nous contacte et nous discuterons de tout mais ne posez aucune condition à vos pourparlers de paix. Laissez les Libyens décider de leur avenir”, a dit Ibrahim Moussa.

Le département d’Etat américain a dit que la rencontre avait été organisée à la suite de contacts répétés de la part d’émissaires de Mouammar Kadhafi montrant que Tripoli souhaitait des précisions quant à la position des Etats-Unis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here