Le président gabonais, Ali Bongo Ondimba s’est adressé dimanche, à New-York, à plus de 150 dirigeants mondiaux réunis au siège de l’ONU pour le sommet consacré à l’adoption du programme de développement durable à l’horizon 2030, indique un communiqué de la communication présidentielle gabonaise parvenu à l’AGP, lundi.

« Mon pays se réjouit de la portée de ce nouveau programme qui traduit cette volonté commune et unanime pour instaurer un nouveau partenariat mondial ; le Gabon, par ma voix, salue la prise en compte dans ce nouvel agenda des priorités de la Position commune africaine adoptée par l’Union africaine en janvier 2014 », a déclaré Ali Bongo Ondimba.

Premier accord mondial établissant un programme d’action universel et global, le programme à l’horizon 2030 comporte un ensemble de 17 Objectifs de développement durable (ODD) qui ont une portée plus large que les 8 Objectifs du millénaire pour le développement : là où ces derniers étaient centrés principalement sur des thématiques sociales, les ODD couvrent l’ensemble des dimensions du développement durable, à savoir la croissance économique, l’intégration sociale et la protection de l’environnement.

« Des objectifs qui, pour la plupart, figurent dans le plan de développement pour faire du Gabon un pays émergent à l’horizon 2025 », s’est félicité le Chef de l’Etat en évoquant les politiques de valorisation de la jeunesse, la stratégie de diversification de l’économie, la lutte contre la corruption et le détournement de deniers publics, l’amélioration du climat des affaires et les engagements du Gabon en matière de lutte contre le changement climatique.

Jaugeant positivement les performances du Gabon face aux Objectifs du millénaire pour le développement 2015, Ali Bongo Ondimba a souhaité relever des avancées significatives : le taux de scolarisation qui a plus de 96% est un des plus élevés en Afrique subsaharienne, la parité fille-garçon au niveau de l’éducation primaire et secondaire, des progrès remarquables dans la réduction de la mortalité maternelle ainsi que dans la baisse de la mortalité des enfants de moins de 5 ans, les tendances du VIH/Sida désormais inversées, la mise en place d’une Stratégie nationale d’investissement humain dotée, entre autres, d’un système d’assurance maladie universelle et l’accès aux minimas sociaux, particulièrement orientée vers les personnes les plus vulnérables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here