spot_imgspot_img

Communiqué: Le BDP-Gabon Nouveau invite les Gabonais à un « pacte de salut national »

Le BDP-Gabon Nouveau, toujours dans la perspective qui consiste à consolider l’opinion politique gabonaise autour des grandes idées qui entourent son combat politique, invite les Gabonais à se rallier à ce que l’on appellera désormais les « dix commandements du BDP », dans le cadre d’un « pacte de salut national ».

Pour le mouvement, la nécessité d’établir un tel pacte se fait de plus en plus ressentir au vu des derniers développements politiques au Gabon : arrestation de membres du BDP toujours en prison, modification unilatérale de la constitution en vue de maintenir indéfiniment le régime dictatorial d’Omar Bongo au pouvoir, gouvernance irrémédiablement mafieuse du pays et achat des consciences. A travers ce pacte, le mouvement espère rallier les Gabonais autour de 10 idées maîtresses au travers desquelles tous les patriotes avides de changement et de renouveau devraient pouvoir et toujours se reconnaître. Vu que le régime Bongo refuse de plus en plus de se démocratiser, il apparaît à tous aujourd’hui que le changement au Gabon ne viendra plus par les urnes. Il est donc temps que les Gabonais se rassemblent et se mobilisent autour d’une plateforme politique dont la finalité est le changement immédiat au Gabon et par tous les moyens possibles.

LES DIX COMMANDEMENTS DU BDP

PACTE DE SALUT NATIONAL

Nous, Gabonais de tous bords politiques recherchant activement le changement, la réforme, la transparence politique et la gestion responsable de nos ressources dans un climat de paix et de dialogue national, sans distinction de sexe, d’ethnie, de race, de classe ou d’origine et sans obligation mais avec dévotion, courage, patriotisme et dignité, adhérons volontairement, sans retenue, calcul ou intérêt personnel, au présent pacte de salut national et aux dix commandements du BDP-Gabon Nouveau qui suivent et proclamons que :

1) Rien de bon ne peut plus arriver au Gabon tant qu’Omar Bongo est au pouvoir. Si Omar Bongo n’a pas pu réformer et développer le Gabon en 36 ans, ce n’est pas dans les 5 ou 10 ans qu’il lui reste à vivre qu’il va le faire. Toutes les propositions de refondation et de rénovation refondues du régime Bongo doivent donc être rejetées comme nulles et non avenues.

2) La condition préalable à tout changement positif et réel au Gabon passe avant tout par le départ d’Omar Bongo et de son régime du pouvoir. Puisque le régime Bongo a bloqué le progrès du Gabon pendant 36 ans et continuera à le bloquer dans l’avenir, l’idée « Bongo Doit Partir » reste la règle d’or qui conditionne tout processus de démocratisation au Gabon. Le BDP-Gabon Nouveau et le peuple gabonais se doivent donc de rechercher le départ du régime Bongo du pouvoir par tous les moyens possibles pour éviter la prise d’otage de notre pays et l’enracinement permanent de la dictature bongoïste au Gabon.

3) Omar Bongo n’est pas excusable en tant que personne et la faute du désastre gabonais ne peut être rejetée uniquement sur son entourage. L?adage selon lequel « Bongo est bon, c’est son entourage qui est mauvais » n’a pas de valeur au sein du BDP. Quand votre chien mord l’enfant du voisin, on vous tient responsable de l’acte de votre chien. Or, Omar Bongo laisse les « chiens » de son régime « mordre » les Gabonais en toute impunité depuis 36 ans. Il se fait donc ainsi le complice de leurs crimes, crimes qui s’ajoutent aux siens propres et qui ne sont jamais punis. Parce qu’Omar Bongo laisse faire ses complices, récompense ceux qui détournent et ne punit pas leurs crimes, Omar Bongo est le premier criminel du Gabon et doit donc être tenu personnellement responsable de la débâcle et de la déchéance politique, économique, sociale et culturelle de notre pays.

4) Aucune élection ne doit se tenir au Gabon tant qu’il n’y a pas eu de réelles réformes et aucun Gabonais ne doit plus se rendre aux urnes pour voter dans des élections organisées par le régime Bongo. Mieux, tout gabonais patriote devra, le moment venu, tout faire pour non seulement boycotter, mais aussi empêcher physiquement la tenue de toute élection organisée unilatéralement par le régime Bongo et ses complices de la convivialité. Quand le moment sera venu, le BDP et tous les partisans du changement organiseront eux-mêmes des élections dignes de ce nom au Gabon. Bongo n’est pas l’état et les Gabonais n’ont pas besoin de Bongo pour organiser des élections libres et démocratiques dans leur pays.

5) Les Gabonais doivent rejeter avec force toute idée de refondation proposée par le régime Bongo. Si le régime Bongo n’a pas pu se « refondre » en 36 ans, il ne pourra pas le faire en l’espace d’un meeting politique ou d’un discours vide de substance. On ne doit plus faire confiance à ce régime, ni lui permettre de continuer à brimer le peuple en toute impunité. La seule idée valable au Gabon aujourd’hui est celle d’une véritable réforme décidée par le peuple gabonais au travers d’une conférence nationale souveraine qui, seule et en consultation référendaire avec le peuple, pourrait réviser la constitution et réformer le système politique gabonais de manière durable, consensuelle et progressiste. Le fait que Bongo et son régime aient unilatéralement changé la constitution sans consulter les Gabonais montre que Bongo n’est pas démocrate et qu’il a peur de la sanction électorale du peuple gabonais à un moment où le bongoïsme ne représente plus que 5% de la population gabonaise. Quand le moment sera venu, le BDP et tous les partisans du changement se chargeront eux-mêmes d’organiser une conférence nationale digne de ce nom qui décidera, une bonne fois pour toutes, de l’avenir du pays dans un esprit de paix, de dialogue et de réconciliation nationale. Le Gabon n’a pas besoin de l’accord de Bongo pour organiser une conférence nationale souveraine.

6) Le BDP ne reconnaît pas la légitimité de l’Etat mafia d’Omar Bongo. Nous considérons qu’Omar Bongo n’a jamais gagné d’élection au Gabon, qu’il est donc un président illégal et illégitime, et que nous sommes au Gabon dirigé par un dictateur imposteur qui s’est imposé à notre peuple pendant 36 ans, dictateur qui aujourd’hui fait tout pour devenir le roi du Gabon et mourir au pouvoir tout en s’assurant que ses enfants et complices continueront sa tache de destruction permanente de la nation gabonaise. Omar Bongo est un dictateur féroce pire que Saddam Hussein. Son régime devra donc être démantelé par tous les moyens possibles si le Gabon veut un jour retrouver sa dignité. Les Gabonais disent donc « non » à l’état « manioc » d’Omar Bongo.

7) Aucun membre du BDP n’est autorisé à rencontrer dans un cadre politique un représentant du régime Bongo ou négocier quoique ce soit avec Omar Bongo sans l’accord de la direction américaine du BDP-Gabon Nouveau. Toute personne qui rencontrerait ou pactiserait ouvertement ou en secret avec Omar Bongo et son régime ne peut être vue comme un membre du BDP et doit être considérée comme un traître ayant vendu la nation gabonaise à Omar Bongo. Le BDP-Gabon Nouveau et les Gabonais n’ont pas besoin de rencontrer Bongo, de négocier avec lui ou de le consulter pour changer le Gabon. Le Gabon se changera et se démocratisera, que Bongo le veuille ou pas.

8) Le BDP-Gabon Nouveau est un et indivisible, tout comme est une et indivisible la nation gabonaise. L?idéal du BDP, c’est le bien-être du Gabon et de tous les Gabonais, quelque soit leur appartenance politique, économique, raciale, sexuelle ou ethnique. Le BDP défend avec force l’idée de l’unité nationale dans un cadre qui permette à chacun de nos citoyens de s’épanouir et de rechercher librement et sans entraves le bonheur et le bien-être auxquels il a droit. Aucun régime ne doit et ne peut les priver de cette liberté de s’épanouir sur la base de leur créativité et de leurs aspirations. Parce que le régime Bongo constitue une entrave à l’épanouissement du Gabon et des Gabonais, tous les Gabonais qui pensent aujourd’hui que Bongo doit partir sont forcément du BDP.

9) Le BDP-Gabon Nouveau soutient que Bongo et son régime sont la principale cause du sous-développement au Gabon et qu’ils ont intentionnellement maintenu le Gabon dans un état de privation multiforme afin d’assouvir les rêves de puissance et d’enrichissement personnel de quelques familles. Ils ont ainsi transformé l’état gabonais en état mafia et menti aux Gabonais en leur disant que les caisses de l’état sont vides. Le BDP dit que c’est faux. L?argent des Gabonais est dans les comptes suisse de la famille Bongo et de leurs complices politiques. Il y a encore assez d’argent au Gabon pour faire en 5 ans ce que le régime Bongo n’a pas pu faire en 36 ans de pouvoir sans partage. Pour que notre peuple puisse vivre dans la décence et la dignité, les Gabonais disent désormais que « Bongo Doit Partir ».

10) Le BDP-Gabon Nouveau refuse la corruption et la trahison, car la corruption est un crime. Quand un responsable politique abandonne ses idéaux politiques pour prendre les 300 millions que lui donne Bongo pour le faire taire, ce responsable a pris l’argent qui aurait pu servir à sauver la vie des Gabonais. Donc, quand un enfant meurt de paludisme parce qu’il n’y a pas de médicaments à l’hôpital ou de dispensaire dans son village, on doit conclure que c’est Omar Bongo et ses complices corrompus qui l’ont tué. Quand un Gabonais meurt dans un accident de voiture parce que les routes gabonaises sont mauvaises, on doit conclure que c’est Omar Bongo et sa mafia gouvernementale qui l’ont tué. Quand une jeune fille de 12 ans est obligée de se prostituer pour survivre dans un pays comme le Gabon où le revenu par habitant est supérieur à celui de la Chine, alors on doit conclure qu’Omar Bongo et ses complices sont responsables de cette déchéance. La corruption est donc un crime car elle détourne l’argent du pays, tue les enfants, animalise le peuple et condamne les Gabonais à mort.

En conséquence, et en vertu de l’esprit patriotique qui nous anime, nous Gabonais de toutes origines et appartenances politiques et ethniques nous engageons à protéger les intérêts supérieurs de la nation gabonaise en barrant le chemin du bongoïsme dictatorial et mafieux au Gabon par tous les moyens possibles. Nous déclarons donc, devant la nation et devant l’histoire, que « Bongo Doit Partir, pour la construction d’un Gabon Nouveau ».

Fait le 5 août 2003 à Montclair, New Jersey, USA

BDP-Gabon Nouveau
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, New Jersey 07052, USA
Tel: 973-655-5143 / 973-233-1652
Fax: 973-233-1652 / 973-655-7909
Site: https://www.bdpgabon.org

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES