spot_imgspot_img

Environnement : Le ralentissement de la déforestation pourrait rapporter gros

Un ralentissement de la déforestation de la forêt amazonienne au bassin du Congo pourrait générer des milliards de dollars chaque année pour les nations en développement dans le cadre d’un schéma des Nations Unies pour lutter contre le changement climatique.
Les Nations Unies veulent que la réduction des émissions de la déforestation fasse partie d’un nouveau traité climatique sur le long terme au-delà de 2012 pour éviter plus de sécheresses, de canicules, d’épidémie de maladies et une augmentation du niveau des mers.

L’incendie des forêts par les agriculteurs qui pratiquent la déforestation pour avoir de nouvelles terres cultivables représente près de 20% des émissions totales de gaz à effet de serre.

Une conférence réunissant près de 190 membres des Nations Unies a accepté à Bali en Indonésie en décembre dernier de réfléchir à des façons de récompenser les pays qui ralentissent la déforestation.

Selon une étude menée par des chercheurs britanniques et publiée lundi dernier, le ralentissement de la déforestation pourrait générer des milliards de dollars chaque année pour les nations en développement.

« Même avec des suppositions conservatrices, on peut générer des quantités substantielles d’argent et réduire les émissions de manière conséquente » avec le ralentissement de la déforestation, a déclaré Johannes Ebeling du groupe EcoSecurities à Oxford en Angleterre, faisant référence à une étude réalisée en collaboration avec Mai Yasue de l’université de British Columbia au Canada.

Les chercheurs ont déclaré qu’un déclin de 10% du taux de déforestation pouvait générer un apport financier supplémentaire pour les nations en développement de 1.5 milliards à 9.1 milliards d’euros, en supposant que les prix du carbone soient situés entre 5 et 30 euros par tonne.

De telles réductions représenteraient près de 300 millions de tonnes d’émissions de dioxyde de carbone évitées par an –soit environ le volume de gaz à effet de serre émis par la Turquie, et la moitié du total d’émissions de la France.

Johannes Ebeling a déclaré à Reuters que tout crédit accordé pour un ralentissement de la déforestation devra être atteint par le biais de restrictions dues ailleurs, par exemple en forçant les centrales électriques à charbon ou les usines de ciment à payer pour avoir le droit d’émettre du dioxyde de carbone.

L’étude publiée dans le journal britannique Philosophical Transactions of the Royal Society , a déclaré qu’il était difficile de concevoir un système juste.

Jusqu’à présent, les débats au sein des Nations Unies se sont focalisés sur la façon de récompenser les pays ayant des taux de déforestation élevés et qui ralentissent ce taux, par exemple le Brésil et l’Equateur.

Mais les nations telles que la Guyane et le Suriname ont maintenu une grande superficie de forêts, ou d’autres tels que le Costa Rica et le Chili ont ralenti ou inversé la déforestation.

Il y a également des problèmes tels que l’évaluation du taux de déforestation ou la création de contrôles pour garantir que la protection d’une forêt ne conduit par à la déforestation d’une autre.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,865FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES