spot_imgspot_img

Gabon: CEMAC/ Les dirigeants de la sous-région face aux défis de l’intégration

Réunis, pendant deux jours, à Yaoundé, la capitale politique du Cameroun, à l‘occasion de la 9ème Conférence des Chefs d’Etat de la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale), les dirigeants de la sous-région tardent encore à matérialiser un certain nombre de projets importants à même de booster et de renforcer véritablement l’intégration sous-régionale, notamment l’instauration d’un marché financier unique, la mise en circulation du passeport CEMAC et le premier vol d’Air CEMAC, sans oublier la paix et la stabilité politique tant recherchées, particulièrement, au Tchad où les affrontements armés entre rebelles et armée gouvernementale, occasionnent des turbulences qui affectent, d’une manière ou d’une autre, toute la sous-région, a constaté GABONEWS.

Pour nombre d’observateurs et experts en la matière, contrairement à ce qui se fait en ce moment avec la Douala Stock Exchange à Douala au Cameroun et la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC) créée en 2001, basée à Libreville au Gabon, l’existence des deux bourses de valeurs en zone CEMAC ne doit pas perdurer dans la mesure où celle-ci ne dispose pas de ressources nécessaires pour cela.

Le passeport CEMAC devant faciliter la circulation des ressortissants de la sous-région dans « leur » espace, pourtant institué depuis 2001, demeure jusqu’alors au stade de simple projet.

Cette libre circulation est davantage entravée par le retard accusé par Air CEMAC, dont le premier décollage est toujours attendu dix ans après la mise sur pied de ce projet.

L’autre défi majeur de l’intégration sous-régionale, est celui d’un climat de paix et de stabilité politique partagé dans tout l’espace CEMAC. Or, pendant qu’en République centrafricaine, on parle d’un retour à la paix, le Tchad voisin, est en butte à une rébellion armée dont les ondes ne sont pas sans incidences au-delà de ses frontières.

Le président en exercice de la CEMAC, Paul Biya, a si bien rappelé l’enjeu de ces défis à ses pairs en affirmant que « le mieux être des populations de la sous-région passe par une intégration plus harmonieuse de nos pays dans l’économie mondiale, par un développement durable et une réduction plus rapide de la pauvreté (…) et par le maintien de la paix dans l’espace CEMAC ».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,855FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES