spot_imgspot_img

Gabon: Débat autour du livre, les écrivains gabonais veulent une « véritable politique »

Lors du 7ème salon international du livre qui s’est ouvert jeudi à Libreville, la capitale gabonaise, la corporation des écrivains gabonais a réclamé au gouvernement une « véritable politique du livre » pour mieux vulgariser et implanter la culture de la lecture et du livre dans le pays.
Selon le vice président du 7ème salon du livre, Auguste Eyene, une bonne politique du livre au Gabon présentera une image positive de la réalité des écrivains gabonais. Pour lui, les décideurs doivent tout mettre en place pour promouvoir le livre et la culture de la lecture.

« Le gouvernement doit prendre des initiatives importantes en vue de développer le livre dans notre pays », a-t-il dit.

Au Gabon, les écrivains font face à de multiples problèmes notamment dans le financement et la promotion de leurs œuvres. Avec cette donne, la question devient plus qu’importante puisque le livre, à terme, coûte cher et n’est pas toujours accessible à tous.

Pour M. Eyene cela s’explique par le coût élevé que demandent les maisons d’édition qui doivent calculer au préalable leur marge à gagner et les dépenses à effectuer avant d’accepter d’éditer un ouvrage qui coûtera forcément cher au lecteur. « Le livre doit pouvoir faire vivre, faire profiter l’écrivain et son éditeur », a-t-il ajouté.

Lors de ce salon, les écrivains gabonais continuent de plaider, comme ils l’ont fait par le passé, pour une démarche citoyenne qui puisse permettre aux jeunes d’avoir un rapport direct et franc avec livre en même temps que le gouvernement doit tout faire pour rendre ce puissant outil de développement équitable et accessible à tous.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES