spot_imgspot_img

Gabon : La Ngounié cueille les premiers fruits de l’IGAD

Les habitants des principales villes de la province de la Ngounié, au sud du pays, ont commencé à consommer les produits maraîchers et les produits d’élevage issus des exploitations agricoles périurbaines mises en place depuis 2006 par l’Institut gabonais d’aide au développement (IGAD). Le développement des activités agricoles dans la périphérie des villes de provinces devrait permettre à terme au pays de réduire la facture de ses importations en produits alimentaires qui plombe chaque année la balance commerciale.

Tomate, laitue, folon, oseille, aubergine, piment, gombo, sont cultivés sur plus de deux hectares autour de Mouila, en sus des cultures vivrières comme le manioc, la banane et l’ananas en plein champs sur plusieurs hectares dans la périphérie de la capitale provinciale.

Ces exploitations ont été mises en place dans le cadre du programme de développement des exploitations agricoles périurbaines initié par l’Institut gabonais d’aide au développement (IGAD), dont les habitants de la province commencent aujourd’hui à goûter les fruits.

«L’IGAD nous encadre et nous donne les intrants ainsi que la possibilité d’avoir un pompage d’eau gratuit. Nous nous sommes donc installés et nous gagnons paisiblement nos vies. Aujourd’hui j’ai un petit compte qui au fil des jours continue à grandir» a déclaré Hugues Toussaint Toumbou, un exploitant agricole de Mouila.

«Il est question d’installer autour des villes une ceinture agricole, un tissu agricole qui soit capable d’approvisionner les villes en produits frais maraîchers et en produits d’élevage» explique le responsable régional de l’IGAD, Charles Ntsego.

«Pour ce faire nous installons des exploitants agricoles, on les forme, on les aide avec un stock d’intrants, de matériels agricoles au départ et ces entrepreneurs agricoles que nous installons sont suivis. Ils sont indépendant, ils sont autonomes et ils gagnent leurs vies en permettant au gens des villes de s’approvisionner en produits maraîchers et en produits d’élevages locaux» a poursuivi monsieur Ntsego.

Présent dans la Ngounié depuis fin 2006, L’IGAD a déjà mis en place 10 exploitations vivrières, 22 hectares d’exploitation maraîchère et deux poulaillers de 22 mètres à Mouila, 30 hectares pour 26 exploitations vivrières à Lébamba pour plus de 60 exploitants agricoles formés dans la province.

Outre le développement de l’activité socio économique en province qui permet de lutter contre la pauvreté et l’exode rural, le développement de ces exploitations agricoles devrait aider le Gabon à réduire le montant de ses importations alimentaires, qui plombent chaque année le budget de l’Etat et rend le pays vulnérable à la crise alimentaire mondiale. La facture des importations alimentaires est actuellement estimée à 150 milliards de F.CFA par an.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES