spot_imgspot_img

Gabon : Didjob Di Ndingue plaide pour l’agriculture et l’environnement à l’ONU

Le vice président gabonais, Didjob Divungi Di Ndingue, s’est adressé à la 63e assemblée générale des Nations Unies le 22 septembre à New-York au sujet de la crise alimentaire mondiale et des changements climatiques. Dans son plaidoyer, le représentant du Gabon a notamment remis en cause la prédominance des cultures bio énergétiques sur les cultures vivrières, en dépit des recommandations de Maputo et Abuja qui appellent le continent à une révolution agricole pour atteindre l’autosuffisance alimentaire.
Présent à New-York, aux Etats-Unis, pour prendre part à la 63e assemblée générale des Nations-Unies ouverte le 16 septembre dernier, le vice président gabonais, Didjob Divungi Di Ndingue, a pris la parole le 22 septembre pour remettre en cause la situation du secteur agricole africain face à la crise alimentaire mondiale.

Prenant la parole après le président de la Tanzanie, Le vice-président gabonais a mis en cause la prédominance des cultures bio énergétiques sur les cultures vivrières ainsi que les politiques commerciales qui s’appuient sur les subventions et les restrictions des exportations.

Selon monsieur Divungi, les cultures des plantes destinées à l’élaboration des biocarburants sont devenues trop importantes sur le continent par rapport aux cultures vivrières qui sont sensées faire tendre les pays africain vers l’autosuffisance alimentaire. Il a également remis en question les systèmes de subventions et de restrictions des exportations, qui auraient un impact désastreux sur la sécurité alimentaire en Afrique.

Dans son plaidoyer, il a expliqué que les émeutes contre la faim qui ont touché nombre de pays africains, notamment le Gabon, ont révélé l’impérieuse nécessité de mettre en place une politique agricole commune et des procédures de facilitation internationale afin de garantir l’accès des produits alimentaires de base au plus grand nombre.

Au nom du président gabonais, monsieur Divungi a appelé la communauté internationale à «une réponse durable à la crise alimentaire en mettant en œuvre une action collective au niveau mondial pour l’enrayer et assurer aux populations les plus vulnérables la sécurité alimentaire»

Concernant la situation du secteur agricole en Afrique, Didjob Divungi Di Ndingue a demandé la mise en œuvre effective de la déclaration de Maputo, au Mozambique, de juillet 2003 pour l’accélération du développement agricole et de la sécurité alimentaire ainsi que de celle d’Abuja, au Nigéria, de 2006 qui avait appelé à la révolution verte en Afrique.

Le vice président Divungi a rappelé que le Gabon avait perdu dix milliards de francs CFA dans la crise alimentaire, notamment avec les mesures fiscales et budgétaires visant à protéger le pouvoir d’achat des gabonais.

Au chapitre des changements climatiques et de la protection de l’environnement mondial, il a rappelé la situation géographique du Gabon, qui fait partie du deuxième poumon écologique de la planète après l’Amazonie. Il a érigé le Gabon en exemple au titre de l’éco-responsabilité des autorités qui a permis de consacrer 11% du territoire national à la création de 13 parcs nationaux protégés.

Divungi Di Ndingue a réclamé l’entrée des forêts gabonaises dans les mécanismes de marché du carbone et l’octroi aux pays africains de mesures compensatoires des pays industrialisés.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES