spot_imgspot_img

Omar Bongo condamné à rembourser un homme d’affaires

L’homme d’affaires français, René Cardona, avait dû payer une somme de 457.000 euros avant d’être libéré d’une prison au Gabon en 1996, où il avait été emprisonné à la suite d’un litige financier avec le président gabonais.

La cour d’appel de Bordeaux a condamné mardi le président gabonais Omar Bongo à rembourser un homme d’affaires français, René Cardona, qui avait dû payer une somme de 457.000 euros avant d’être libéré d’une prison au Gabon en 1996. Selon le journal Sud-Ouest qui révèle l’affaire mercredi 1er octobre, René Cardona, ancien patron des Pêcheries de Libreville, avait vendu celles-ci à une société dont Omar Bongo et plusieurs membres de sa famille étaient actionnaires.

Virus Ebola

Omar Bongo avait ensuite porté plainte pour escroquerie, estimant que certains bateaux de la flottille étaient en mauvais état. La plainte avait été instruite par un magistrat membre de la famille d’Omar Bongo. René Cardona avait alors été emprisonné et son fils avait dû payer 457.000 euros pour obtenir sa libération d’une prison où sévissait le virus Ebola. Les défenseurs d’Omar Bongo affirment que cela correspondait au règlement du litige concernant l’état de la flottille. Les magistrats bordelais ont estimé qu’il s’agissait d’un paiement indu. Le président Omar Bongo peut se pourvoir en cassation, mais le jugement est exécutoire.

source: nouvelobs

Exprimez-vous!

  1. Bongo pensait qu’il avait une influence sur la France. En Janvier 1976, le cabinet du Ministre Français de la coopération écrivait à propos de Bongo : « le président Bongo pense qu’il peut traiter très largement d’égal à égal avec la France… »

    Bongo est infantile, il n’a jamais compris que si la France passait à ses caprices, c’était uniquement parce que le Gabon avait du pétrole, et que Bongo était le pantin idéal pour la France dans sa volonté de déstabiliser les pays progressistes d’Afrique, ou riches en richesses naturelles et hostiles au néocolonialisme Français en Afrique. (le coup d’état rater contre le Bénin, l’aide aux séparatistes Katanguais, aux séparatistes Biafrais, le coup d’état aux Comores).

    Si la France a approuvée l’assassinat de Germain M’BA par Bongo, c’est parce qu’elle savait qu’il serait bien plus difficile à couillonner que Bongo, car il avait une tête bien pleine contrairement à Bongo.

    Si Bongo refuse de payer, il a 33 résidences en France, il suffira à la France de vendre un de ses appartements pour rembourser René CARDONA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES