spot_imgspot_img

Gabon : Les détracteurs français de Bongo Ondimba indexés à Libreville

Plus de 2000 personnes ont manifesté le 4 octobre à Libreville pour protester contre certaines ONG et associations françaises qui dénoncent l’acquisition de luxueux biens immobiliers par le chef de l’Etat gabonais en France. Organisée par la CODEP, une plateforme d’ONG, cette marche est la toute première action de ce mouvement dont la vocation première est de protéger le chef de l’Etat. Ce dernier se propose également de porter plainte en France contre ceux qui attaquent la « première institution du pays ».

«Touche pas à mon président, touche pas à mon pays», c’est le cri de ralliement de plus de 2000 personnes qui ont battu le bitume le 04 octobre à Libreville pour prendre la défense de Bongo Ondimba face aux attaques répétées de certains ONG et médias français.
Réunies sous la bannière d’une coalition baptisée Communication, développement et participation (CODEP), près de 2000 personnes issues de la société civile, de certains syndicats, du fan club Bongo Ondimba, de l’Union des jeunes africains ainsi que du mouvement «Bongo doit rester» ont marché dans les rues de Libreville jusqu’à l’esplanade de la mosquée Hassan II où des motions de soutien au président ont été lues.

Selon les organisateurs, cette marche de protestation à travers les rues de la capitale gabonaise a été organisée pour dénoncer l’acharnement des médias et juristes français contre le chef de l’Etat Bongo Ondimba.
«La société civile gabonaise ne veut pas de défenseurs autoproclamés. Nous n’avons pas besoin d’eux ni en France ni ailleurs», a déclaré Ghislain Etoughet, président du mouvement, porteur d’un manifeste de soutien dont il a remis copie à la présidence à Libreville.

«Nous tenons à marquer notre condamnation la plus ferme vis-à-vis des actions tendancieuses et périlleuses que mènent ces ONG et associations françaises», stipule notamment le manifeste.
L’ONG Transparence International France (TI) avait déposé en juillet dernier une plainte contre X visant cinq chefs d’Etat africains, notamment le président Bongo Ondimba, qu’elle accuse de posséder en France des biens immobiliers financés par de l’argent public détourné.

Une première plainte avait déjà été déposée en mars 2007 par trois associations françaises, qui avait entraîné l’ouverture d’une enquête préliminaire sur le patrimoine de ces chefs d’Etat, finalement classée sans suite en novembre suivant.
Les médias publics français rapportent notamment que le président Bongo et sa famille possèderaient en France 33 résidences, dont un hôtel particulier à Paris acheté en 2007 pour 18,8 millions d’euros.

Le reportage sur les avoirs du président Bongo réalisé par France 2 et relayé en mars dernier par France 24 et TV5 monde avait été considéré par Libreville comme un acte destiné à nuire à l’honorabilité du président du Gabon. Pour une frange de la population, il s’est agit d’une vraie cabale orchestrée par certaines instances françaises pour attaquer frontalement un homme qui a rendu d’énormes services à la France.

Si le gouvernement gabonais, à travers une déclaration, a exprimé son indignation face à la cabale faite contre le chef de l’Etat Omar Bongo Ondimba, la colère diplomatique creuse depuis peu le ressentiment des populations gabonaises.

Les relations diplomatiques entre Paris et Libreville n’étaient revenues à la normale qu’après l’éviction de l’ancien ministre français à la Coopération, Jean Marie Bockel, pour ses propos maladroits qui avaient envenimé la situation.

A la fin du mois d’août dernier, la CODEP avait annoncé qu’elle comptait porter plainte contre ces ONG «pour outrage» au président Bongo Ondimba, et les dirigeants ont confirmé lors de la marche du 4 octobre qu’ils se rendraient prochainement en France déposer une plainte et saisir la justice.

Cette marche intervient alors que la justice française vient de confirmer le 29 septembre la condamnation du président gabonais Bongo Ondimba à verser 457 347 euros, près de 300 millions de francs CFA, au fils d’un ressortissant français qui avait dû payer cette somme pour faire libérer son père détenu dans une prison de Libreville en 1996.

Exprimez-vous!

  1. Pouvez-vous me dire que Bongo est tout ce que les Gabonais ont pu trouver comme seul président capable de diriger le Gabon? C’est insensé que des mendiants comme ça marchent pour un fou.

  2. Qu’est-ce que vous voulez? On soutire un peu de sou par ci par là au vieux maboule de Bongo qui ne sait même plus ce qu’il fait. Il faut le chasser de là. Qu’il aille mourir au village tranquillement.

  3. Comme c’est nul tout ceci! Bongo a t-il reellement besoin qu’on marche pour lui. La mendicite a vraiment atteint des proportions alarmantes au Gabon au point meme qu’on doive travestir son intelligence a ce point. On vous eclaire sur l’utilisation que Bongo et sa famille font de l’argent du contribuable et vous, au service de vos seuls interets, vous entreprenez des marches avec un theme aussi honteux. Avez-vous marche pour un amenagement des routes, contre l’insecurite, le manque d’urbanisation, d’hopitaux, d’ecoles, de securite sociale d’une maniere generale. Comme vous avez besoin d’un VX, vous allez soutenir ce genre d’action. Vous serez juges au meme titre que Bongo, peut etre meme pire que lui!

  4. C’est des hypocrites ces manifestants!
    Ce sont les memes qui demanderont demain les comptes à Bongo si jamais il venait à abandonner le pouvoir.C’est des Bongo-cfa qu’ils ont besoin, attention!
    Aux français, après plus de 40ans d’exercice de pouvoir dans un pays aussi riche que la Floride, Bongo mérite plus que ça ! bande de jaloux! .D’ailleurs rendez nous d’abord tout ce que vous nous aviez volé après un siècle de colonisation au lieu de s’acharner sur le pauvre Bongo qui a sacrifié sa vie pour le gabon. L’italie a commencé à rembourser en Libye et la france , on dit quoi? N’importe quoi!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES