spot_imgspot_img

Gabon : Bongo obtient un B du cabinet de notation S&P

Le cabinet international de notation de la gestion des finances publiques, Standard & Poor’s Ratings Services (S&P), vient de confirmer l’attribution des notes B à court terme et BB- à long terme, assorti de la mention stable. Ces notes tiennent notamment compte de l’avancement du programme d’assainissement des finances publiques, du niveau d’endettement, de la diversification de l’économie nationale et de la stabilité politico-financière du pays.Le cabinet Standard & Poor’s Ratings Services a récemment confirmé les notes attribuées au Gabon dans la gestion des finances publiques, avec un B à court terme et un BB- à long terme, assortie de la mention stable au titre des perspectives d’évolution.

La faible diversification de l’économie gabonaise, encore fortement dépendante du secteur pétrolier, a été un facteur contraignant pour cette notation, le secteur contribuant encore pour moitié au Produit Intérieur Brut(PIB), à laquelle s’ajoutent de fortes disparités de revenus au sein de la population.
Les notes du Gabon ont également été plombées par certains antécédents de politiques budgétaires pro-cycliques lors desquelles le pays n’avait pas tenu ses engagements financiers.

Les incertitudes liées à la succession du président Bongo Ondimba ont également pesées sur les prévisions de la stabilité politico financière du Gabon. Les performances macroéconomiques et budgétaires du pays présentent en revanche des critères positifs pour cette évaluation.

Le budget 2009 basé sur un cours du pétrole à 67 dollars environ le baril et les prévisions du gouvernement de limiter ses dépenses dans l’administration publique permettent d’octroyer une flexibilité budgétaire suffisante aux finances publiques du pays, qui devrait permettre au budget de rester excédentaire.

Dans l’hypothèse critique où les cours du baril de pétrole tomberaient un peu en dessous de 50 dollars, accompagnée d’une augmentation des dépenses légèrement plus élevées que prévue, le budget devrait tout de même rester en équilibre. Il serait néanmoins moins excédentaire que ces trois dernières années où le surplus a avoisiné 10% du PIB par an en moyenne.

Standard & Poor’s s’attend également à ce que la dette du Gabon diminue cette année, notamment grâce à l’opération de rachat auprès du Club de Paris qui permet de l’estimer à 19% du PIB d’ici fin 2008 contre 68% du PIB il y a cinq ans.

La relative prospérité du Gabon reste un facteur positif pour sa notation par le cabinent d’expert international. Le PIB national est estimé à 8 300 dollars par habitant en 2008, soit 4 374 100 francs CFA.

Les perspectives de croissance économique restent-elles aussi encourageantes puisque la croissance devrait se maintenir entre 4 et 6 % à moyen terme, grâce notamment au dynamisme du secteur minier et à des exportations de pétrole qui devraient rester soutenues.

La production de pétrole pourrait par ailleurs continuer de croître à court et à moyen terme en raison de l’exploitation de nouveaux champs, mais la diversification de l’économie demeure un des défis majeurs de l’économie gabonaise pour préparer la réduction attendue de la production pétrolière sur le long terme.

Les notes du pays sont également soutenues par l’effort de réformes économiques et financières du gouvernement, à travers notamment l’amélioration de la gestion de la dette, des finances publiques et par les récentes privatisations dans le cadre de différents programmes dans lesquels le pays s’est engagé avec le Fond Monétaire International (FMI) depuis 2003.

La perspective qui a reçu la mention «stable» car elle reflète l’équilibre entre les récents progrès du gouvernement en matière de gestion des finances publiques, les abondantes ressources naturelles du Gabon malgré les défis économiques et l’historique de mauvaise gestion des finances publiques du pays.

La qualité de crédit pourrait ainsi s’améliorer si le gouvernement poursuivait de façon durable l’effort qu’il a entrepris en matière de réformes et de diversification de l’économie non-pétrolière, même dans le contexte du ralentissement de l’économie mondiale.

Les notes du Gabon pourraient cependant être révisées à la baisse en cas de détérioration des finances publiques, particulièrement en cas de dépenses excessives et non-prioritaires.

Les notes pourraient également être dégradées si le gouvernement n’effectuait pas régulièrement les versements au fonds d’amortissement créés dans le cadre de l’émission de l’emprunt obligataire d’un milliard de dollars en 2007 sur les marchés de capitaux internationaux.

Le manquement à l’un de ces paiements pourrait conduire à l’abaissement immédiat des notes du Gabon, suggérant que les efforts d’amélioration dans la gestion de la dette menée par les autorités, ne seraient pas aussi solides que nous le cabinet d’experts ne l’anticipent.

Standard & Poor’s prévient enfin que les notes du Gabon pourraient être revues à la baisse si la succession de l’actuel président devait remettre en cause la stabilité du pays.

source: leader Africa

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES