spot_imgspot_img

Gabon : La Cour constitutionnelle fait sa rentrée 2009

La Cour constitutionnelle a organisé sa cérémonie officielle de rentrée pour l’exercice 2009 le 14 janvier dernier au siège provisoire de l’institution sis au quartier de la Sablière, à Libreville, en présence du chef de l’Etat Bongo Ondimba. Cette cérémonie a permis à la haute juridiction de dresser le bilan de l’exercice 2008 et de faire le point sur les élections sénatoriales qui se tiendront le 18 janvier prochain, et pour lesquelles la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mbourantsuo, a appelé au strict respect de la loi électorale.

Avec un jour d’avance sur la tradition établie qui fixe la cérémonie au 3e jeudi de janvier, la Cour constitutionnelle a procédé le 14 janvier dernier à Libreville à sa rentrée officielle pour l’exercice 2009.

La cérémonie s’est déroulée au siège provisoire de la haute juridiction sis au quartier de la Sablière, à Libreville, en présence du chef de l’Etat, Bongo Ondimba, à la tête d’une forte délégation constituée du vice-président de la République, Didjob Divungi Di Ndinge, du premier ministre et des présidents des autres corps constitués du Gabon ainsi que de nombreux parlementaires.
La Cour a saisi cette occasion pour dresser un bilan des activités de la session écoulée fortement marquée par les élections locales d’avril et la longue procédure d’examen des contentieux électoraux.
La Cour a annoncé à cet effet qu’elle remettrait au Chef de l’Etat et aux présidents des deux chambres du parlement, le Sénat et l’Assemblée nationale, un rapport bilan des activités de l’année 2008 sur le plan juridictionnel, administratif et institutionnel.
Eu égard aux complications survenues lors des dernières élections, notamment les cas de violences et de fraudes électorales enregistrées dans différentes circonscriptions, la président de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mbourantsuo, a interpellé l’assistance sur l’organisation imminente du scrutin des élections sénatoriales qui aura lieu le 18 janvier prochain.

«Dans moins d’une semaine auront lieu les élections en vue du renouvellement des membres du Sénat. Il s’agit là d’une élection au suffrage universel indirecte, en ce sens que ce n’est pas le peuple qui sera appelé à choisir directement les sénateurs, mais les grands électeurs que sont les députés, les conseillers départementaux et les conseillers municipaux», a expliqué la présidente de la Cour constitutionnelle.

«Au regard de la particularité du scrutin pour l’élection des sénateurs, due au caractère restreint du collège électoral, nous osons croire que, conscient du rôle qui est le leur, ils s’en tiendront à une juste application de la loi électorale», a déclaré la président de l’institution.

«Il serait dommage que la Cour sanctionne tel ou tel d’inéligibilité, ce qu’au demeurant elle n’hésitera pas à faire le cas échéant, soit parce qu’une urne aura été cassée, soit parce que des électeurs auront été séquestrés, ou encore parce que des violences ou d’autres forfaits auront été commis dans les bureaux de vote ou aux alentours de ceux-ci», a enfin averti madame Mbourantsuo.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES