spot_imgspot_img

Gabon: Coup de semonce américain sur le Palais du bord de mer

Frank Barney
Frank Barney

Selon nos informations, cinq sénateurs américains (Donald Payne, président du comité Afrique du Congrès, James P. McGovern, Edward R. Royce, Barney Frank et Gwen Moore) – très influents dans la nouvelle politique africaine de Barack Obama – ont adressé le 21 janvier un courrier au vitriol au président Omar Bongo, sur le récent emprisonnement et les poursuites judiciaires contre les principaux leaders de la société civile gabonaise.

Ces sénateurs défendent tout particulièrement Marc Ona Essangui, coordinateur pour le Gabon du réseau international « Publiez ce que vous payez » qui « lutte avec ses amis contre la corruption au Gabon et pour la transparence fiscale ». Les sénateurs s’inquiètent des mesures « d’harcèlement et d’intimidation » menées par les autorités gabonaises contre ces militants des droits de l’homme. Ils relèvent également que Marc Ona est membre de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (EITI, en anglais), qui a le soutien total de Washington.

Enfin, avant de demander le « respect des droits de la défense » pour ces personnalités – libérées mais toujours poursuivies -, les sénateurs s’étonnent que leur avocat, Me Thierry Lévy, n’ait pas été autorisé à embarquer pour Libreville, le 8 janvier. L’ère Obama démarre « chaudement » à Libreville !

NDLR: Pour lire le PDF du document: Cliquez ici. Pour la version française, traduite par le BDP-Gabon Nouveau, Cliquez ici.

Exprimez-vous!

  1. Ne crains rien Papa. Si tu es un homme (normal) tu dois y aller. Pourquoi ne pas t’appuyer sur cette formidable invitation à sortir la tête haute? Si tu écoute ta cours tu va la perdre et souiller ton nom.
    Un piéton.

  2. ça va être tendu niveau pression au bord de mer si le mandat d’Obama commence sur les chapeaux de roues comme ça!! Va y avoir du sport!! Que ceux qui ont les cotes molles s’écrasent!!

  3. C’est un document tres chaud. Ils n’ont oublié aucun point et ils semblent tres bien informés de la situation. A quand une reaction par rapport au nombre (toujours indeterminé) de prisonniers tués lors de la rebellion à la prison de Libreville.

    Ca m’etonnerait que les gendarmes gabonais y soient allés avec le dos de la cuillere, sachant que dehors 3 ministres attendaient avec impatience un dénouement (brutal).

    Wait and see.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES