spot_imgspot_img

Gabon : Les députés veulent rectifier le budget 2009 face à la crise

Face à la dégradation de la conjoncture économique mondiale et de ses répercussions sur l’économique gabonaise, le président de l’Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama, a exhorté le gouvernement à proposer une nouvelle loi de finances rectificative plus en phase avec les nouvelles réalités de l’activité dans les différents secteurs clés de l’économie nationale. La rentrée parlementaire 2009 a été l’occasion pour le président de l’Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama, de revenir sur les événements intervenus pendant l’intercession au niveau politique, économique et social.

La crise économique mondiale a tenu une large place dans le bilan dressé par le président de l’Assemblée nationale, pour laquelle il s’est accordé à prévenir, comme l’avait fait le président de la Banque Robert B. Zoellick, qu’elle «menace de devenir une crise humanitaire dans de nombreux pays en voie de développement».

«La crise qui sévit aujourd’hui a pris des dimensions sans précédents dans de nombreux pays, comme le montre le déséquilibre accru dans les balances de paiement, le ralentissement substantiel de l’activité et de la croissance, détérioration des termes de l’échange, le chômage, le sous emploi et la précarité», a expliqué Guy Nzouba Ndama.

Les retombées d’abord minimisées de cette crise sur l’économie nationale sont aujourd’hui bel et bien palpables dans de nombreux secteurs et les pays qui subissent ces dommages collatéraux se dessinent aujourd’hui comme les «vraies victimes» de cette crise, en ce qu’elles «n’entrevoient pas de reprise dans un futur immédiat».

«Le ciel gabonais s’est considérablement couvert ces derniers temps, obscurcissant le chemin de notre développement durable et suscitant, parallèlement, l’inquiétude des populations attachées de manière séculaire à la paix et à la stabilité politique dans notre pays», a relevé le président de l’Assemblée nationale.

Guy Nzouba Ndama a exhorté le gouvernement à élaborer un nouveau projet de loi des finances rectificative «qui tienne compte de la situation économique mondiale et ne fasse pas saliver inutilement diverses catégories socio professionnelles».

Les députés gabonais avaient déjà adopté le 26 novembre dernier à Libreville un projet de loi révisé à la baisse d’environ 28,6%, au regard du nouvel environnement économique mondial créé par la crise financière internationale.

Précédemment établi à 2 485,5 milliards de francs CFA, ce projet de loi de finances 2009 avait finalement été ramené à 1 773,8 milliards de francs CFA face à la dégradation de la conjoncture économique mondiale.

Depuis, des secteurs clés de l’économie nationale comme le bois, le manganèse, pétrole ont été durement touchés par la crise.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES