spot_imgspot_img

Gabon: La riposte du gouvernement gabonais face à la « campagne pernicieuse » contre la personne du président Bongo

Le gouvernement gabonais a décidé ce mercredi soir de riposter devant « la campagne pernicieuse, indécente et empreinte de préjugés » contre le président de la République, Omar Bongo Ondimba, « dans les médias français tant publics que privés » selon la déclaration lue devant la presse nationale et internationale par le porte-parole du gouvernement, Réné Ndémezo Obiang.

Dans cette déclaration, la première depuis le déclenchement de cet « acharnement médiatique », il y a deux semaines, le gouvernement exprime non seulement sa « profonde indignation » mais estime aussi qu’il s’ « agit clairement d’une entreprise de déstabilisation à travers des attaques infamantes contre la première institution de l’Etat ».

Le porte-parole a énuméré des points illustrant « le battage médiatique » à savoir « les biens immobiliers du président de la République, l’arrestation prétendument illégale des responsables d’ONG gabonaises impliquées dans des activités subversives et la divulgation fortement médiatisée, en violation flagrante du secret bancaire, d’informations sur les comptes du président de la République gabonaise ».

Sur cette lancée, Réné Ndémezo Obiang a précisé que le « Gouvernement gabonais a la forte conviction qu’il existe une collusion entre les médias et certains acteurs aux motivations inavouées ».

Tout en réitérant qu’à l’instar des autres nations démocratiques, « le Gabon est naturellement attaché à la liberté de la presse qui ne saurait, cependant, se confondre avec la licence, ou le non respect des règles d’éthique et de déontologie », le porte-parole du gouvernement a averti que « le Gabon ne saurait tolérer plus longtemps les atteintes à la dignité et à l’honorabilité de son président et de tout un peuple ».

Pour conclure, il a tenu à souligner « le risque que la récurrence d’un tel acharnement complice des médias français et de certains acteurs contre le président de la République ne ternisse gravement les relations historiques qui unissent la France et le Gabon ».

Cette montée au créneau de l’équipe gouvernementale avait été précédée, mercredi après-midi, d’une réunion interministérielle, tout juste après le retour à Libreville du chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, à l’issue d’une longue visite privée au Maroc.

D’autres personnalités gabonaises de premier plan dont Rose Francine Rogombé, nouvelle présidente du Sénat, avait lundi, lors de l’ouverture de la première session ordinaire la Chambre haute du parlement gabonais déclaré qu’« Il est regrettable que certains organes de presse de pays amis se délectent de faits divers pour porter atteinte à la dignité de hautes personnalités étrangères ».

« Le Président Bongo est un homme de parole. Et lorsqu’il a accordé son amitié, il tient parole », avait, pour sa part, rappelé le Secrétaire du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Faustin Boukoubi, constant « une cabale orchestrée contre le président Bongo Ondimba et par ricochet, contre le Gabon ».

Une autre formation de la majorité présidentielle, le Parti social démocrate (PSD) à travers son leader, Pierre Claver Maganga Moussavou, a fait part de sa désapprobation devant « le dénigrement d’un chef d’Etat par des médias français ». Selon lui, « cette attitude frise l’indécence ».

De son côté, la presse gabonaise a également dénoncé « une gigantesque cabale médiatique contre le chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba » à propos du « supposé patrimoine immobilier de notre président en France ».

Pour l’heure, la France officielle garde le mutisme devant les développements de cette « campagne médiatique » touchant un « vieil ami » de Paris, Omar Bongo Ondimba.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES