spot_imgspot_img

Gabon:un système de santé publique « à l’abandon »

« Je suis très fier et très moralement sûr de moi d’avoir au Gabon travaillé pendant trois ans à faire une caisse d’assurance-maladie », a déclaré Bernard Kouchner, le 4 février sur France 2, en riposte aux accusations de mercantilisme contenues dans Le Monde selon K., livre de Pierre Péan. Il a ajouté : « J’ai toujours été du côté des victimes. » Or, selon plusieurs sources gabonaises, le nouveau système de sécurité sociale dont se prévaut le ministre français « n’existe que sur le papier ». »On a distribué quelques cartes d’assuré devant des caméras de la télévision d’Etat, explique un élu local. Mais elles ne donnent droit à rien, tant l’indigence des hôpitaux est dramatique et les financements absents. »

Dans l’entourage du ministre, on explique que M. Kouchner ne peut être tenu pour responsable du sort réservé à ses propositions. « L’expert qu’est M. Kouchner ne peut ignorer que le budget affiché par l’Etat gabonais en matière de santé est virtuel : faute de transparence, il ne parvient pas jusqu’au malade, assure, à Libreville, un opposant. Au Gabon, si vous êtes malade et sans ressource, vous mourez. »

L’ordonnance votée en 2007 au parlement gabonais prévoit le financement d’une « Caisse nationale d’assurance-maladie et de garantie sociale » ouverte aux indigents par l’instauration d’une « redevance obligatoire ». Une taxe sur la téléphonie mobile a été instaurée dans ce but, mais, selon un responsable politique, elle ne fournit que la moitié des ressources nécessaires.

Aujourd’hui, les maux du système de santé publique gabonais ne sont pas guéris. Depuis le 12 janvier, il est paralysé par une grève générale. « On a laissé le secteur à l’abandon depuis de nombreuses années », explique Serghes Mickala Moundanga, du syndicat des personnels de santé gabonais. Le 17 février le gouvernement a annoncé la « suspension » des salaires de février.

Aux revendications salariales s’ajoute la dénonciation d’une situation de « dégradation générale ». « Les plateaux techniques sont obsolètes et nous manquons de tout, matériels et médicaments. Cela fait vingt ans que nous répétons la même chose, peste le docteur Sylvie Mbot, présidente du syndicat Hippocrate des médecins. Bernard Kouchner a fait son travail. Il est passé à la télé avec le chef de l’Etat mais son rapport n’a jamais été rendu public. Qu’il ne prétende pas avoir créé une assurance-maladie universelle : elle n’existe pas ! »

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES