spot_imgspot_img

Des ONG dénoncent une « Françafrique décomplexée »

A la veille d’une tournée éclair de Nicolas Sarkozy en Afrique, plusieurs ONG dénoncent une dérive commerciale. Plusieurs ONG ont dénoncé mercredi 25 mars, à la veille d’une tournée éclair de Nicolas Sarkozy en République démocratique du Congo (RDC), au Congo et au Niger, une « Françafrique décomplexée » très éloignée des discours présidentiels sur une « rupture » avec les pratiques du passé.

Fabrice Tarrit, secrétaire national de l’association Survie, s’est inquiété au cours d’une conférence de presse de voir « les intérêts économiques de grandes entreprises françaises primer sur les questions de démocratie et de droits de l’Homme dans le cadre de ce que l’on peut appeler une Françafrique décomplexée ».

Motivations diplomatiques ou humanistes ?


Les 12 ONG de la plateforme citoyenne France-Afrique souhaitent que la défense des droits de l’Homme, la promotion de la démocratie et de la bonne gouvernance et le soutien à la société civile constituent les axes principaux de la politique française sur le continent.

Elles demandent par ailleurs un contrôle parlementaire de la politique française en Afrique et regrettent que les modalités de la réforme de la coopération militaire « restent floues ».
Ces ONG, parmi lesquelles le Comité catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD-Terre solidaire), Oxfam France-Agir Ici et le Secours Catholique-Caritas, se sont montrées particulièrement sévères concernant l’escale de Nicolas Sarkozy au Congo-Brazzaville.

« Quelles peuvent être les motivations diplomatiques ou humanistes du président français qui justifieraient cette visite à un des dirigeants les moins recommandables du continent? », a martelé Grégoire Niaudet, chargé de projet Afrique centrale au Secours catholique.

« Soutien à des régimes autoritaires et corrompus »


Le passage de Nicolas Sarkozy au Congo, dirigé par Denis Sassou Nguesso, « permet d’éclairer le rôle des entreprises françaises en Afrique, notamment de Total, Bolloré et la BNP-Paribas, et le soutien français à des régimes autoritaires et corrompus », a-t-il ajouté.

Un véritable changement de cap consisterait pour le président français à « annoncer le gel des avoirs immobiliers et bancaires en France détournés par le clan Sassou Nguesso », a poursuivi Grégoire Niaudet.
« Nous serons très attentifs au discours de Nicolas Sarkozy à Brazzaville », a souligné Fabrice Tarrit, « dans un contexte où se profilent des élections présidentielles à haut risque en juillet ».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES