spot_imgspot_img

Gabon : Le front social prolonge la trêve

La suspension des mouvements de grève dans les différents secteurs d’activité du pays pour observer le deuil national décrété le 14 mars dernier suite au décès de la première dame du Gabon se prolonge depuis le 23 mars dernier après l’inhumation de la défunte et la reprise du travail à Libreville. Les deux principaux fronts, à savoir la santé et l’éducation, ont expliqué que par respect pour la famille présidentielle, les mouvements de grève étaient encore en suspend dans l’attente des prochaines assemblées générales qui devront statuer sur la suite des événements.

L’ensemble des syndicats qui attisaient le front social jusqu’au 14 mars dernier, ont maintenu depuis le 23 mars dernier la suspension de leurs mouvements de grève, malgré l’inhumation la veille dans le nord du Congo de la première dame du Gabon, Edith Lucie Bongo Ondimba, et la reprise du travail dès le lendemain.

A l’annonce du décès de la première dame du Gabon le 14 mars dernier, les différents secteurs d’activités en grève avaient suspendu leurs mouvements pour rendre hommage à l’épouse du chef de l’Etat.

Dans le secteur de la santé, le secrétaire général du Syndicat national du personnel de santé (SYNAPS), Serges Mickala Moundanga, a expliqué que pour accompagner le chef de l’Etat gabonais dans son deuil, sa structure attendrait avril prochain pour relancer ses activités.

Chez les enseignants, le secrétaire général du Syndicat de l’éducation nationale (SENA), membre de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’Education (CONASYSED), Fridolin Mvé Messa, a déclaré que son syndicat observait un moment d’accalmie jusqu’à la tenue le 28 mars prochain à Libreville d’une assemblée générale qui décidera de la reprise ou non de leur grève.

Le troisième secrétaire général du Syndicat national de la Fonction publique et de la Réforme administrative (SYNAFOPRA), Timothée Malemba, a pour sa part indiqué que son syndicat n’avait pas suspendu son mouvement de grève durant la période de deuil, mais plutôt banni toute intervention dans les médias, ainsi que l’organisation d’une quelconque assemblée.

Il a rappelé à cet effet qu’un service minimum était effectué au sein de leur ministère et que son syndicat attendait un signal fort de la part du gouvernement gabonais, auquel deux projets de textes ont été remis pour la revalorisation de l’aide à la propriété, avec l’alignement de la prime de logement sur les barèmes des ministères de la Santé et de l’Education nationale, ainsi que pour la prime d’incitation.

A la Radiodiffusion télévision gabonaise chaîne 1 (RTG1) où les agents étaient entrés en grève depuis le 11 mars dernier, les programmes spéciaux aménagés durant le deuil national ont été prolongés les 23 et 24 mars.

La Première Dame du Gabon est décédée le 14 mars 2009 à Rabat, au Maroc. Après les hommages solennels de la population gabonaise les 18 et 19 mars derniers, sa dépouille a été transférée à Brazzaville, au Congo, pour recevoir les derniers hommages de la nation congolaise, puis à Edu, dans le Nord du pays, où Edith-Lucie Bongo Ondimba a été inhumée le 22 mars dernier en présence de nombreux chefs d’Etat.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES