spot_imgspot_img

Gabon: « Après ces premiers résultats, il est difficile de faire des pronostics, il y aura des surprises », Alain Giresse (interview intégrale)

Le sélectionneur national des Panthères du Gabon, le français Alain Giresse, a récemment déclaré sur le site de la Confédération africaine de football (CAF), faisant allusion aux fortunes diverses récoltées par les équipe de la Poule A de la qualification combinée CAN/Coupe du monde 2010, qu’ « après ces premiers résultats, il est difficile de faire des pronostics, il y aura des surprises ». CAF: Le Gabon a causé la première sensation de la deuxième phase des éliminatoires de la CAN /CM 2010 en allant battre le Maroc chez lui. Vous saviez sincèrement possible une victoire chez un adversaire qui est toujours survolté quand pointe à l’horizon la Coupe du monde ?
Alain Giresse: « Pour nous la victoire est inespérée, on pensait faire un résultat mais de là gagner! Donc c’est une grande satisfaction ».

CAF: Dans un succès comme celui-là, quelle est la part des joueurs et quelle est celle du sélectionneur?

Alain Giresse : « Le succès appartient à tous, au coach qui a su choisir la meilleure formule pour que son équipe obtienne le meilleur résultat, aux joueurs qui l’ont parfaitement animé ».

CAF : Vous disposez de très bons joueurs assez peu connus car ils n’évoluent pas dans les championnats les plus médiatisés. Est-ce un atout pour un sélectionneur que cette forme d’anonymat?

Alain Giresse: « L’anonymat dans le football n’existe plus, nous avons disputé 6 matches précédemment qui pouvaient faire connaître tout l’effectif. Par contre l’envie de jouer dans de meilleurs championnats motive également le groupe ».

CAF: Le plus connu, Daniel Cousin n’a d’ailleurs pas joué au Maroc. Sera-t-il avec vous pour les deux matches du mois de juin ?
Alain Giresse : « Daniel était blessé au Maroc, il sera rétabli pour les deux rencontres de juin ».

CAF : L’équipe que vous avez prise en main il y a déjà trois ans, est-elle arrivée à maturité. Que lui manque-t-il encore pour franchir le palier qui conduit au sommet du football continental ?

Alain Giresse: « L’équipe progresse, car les joueurs ont un magnifique état d’esprit et ont envie de réussir une performance. On doit encore s’améliorer dans la maîtrise du match, savoir mieux utiliser nos temps forts, savoir attendre dans les moments difficiles, il reste encore du travail à accomplir ».

CAF: Avez-vous été déçu par l’équipe du Maroc. Si le Gabon s’est imposé à Casablanca, c’est grâce à ses qualités mais aussi, peut-être parce que le Maroc a connu quelques défaillances?

Alain Giresse : « Je me pose pas la question sur le jeu du Maroc, savoir s’ils ont été bons ou pas bons, je n’étais concerné que par mon équipe et son comportement ».

CAF: Vous êtes dans une poule d’enfer avec trois anciens Mondialistes. Vous allez avoir un mois de juin exaltant et terrible à la fois. Vous recevez le Togo puis le Cameroun deux semaines plus tard. C’est là qu’il faut engranger les points à domicile. D’autant que tous pensent à la Coupe du monde mais il faudra aussi terminer dans les trois premiers pour aller à la CAN ?

Alain Giresse : « A ce sujet, je regrette le choix des dates au mois de juin, comme d’autres sélectionneurs d’ailleurs, car il nous oblige à attendre 2 semaines le deuxième match dans une période qui correspond aux vacances des joueurs et qui ne satisfait pas leurs clubs. On ne se pose pas de questions on sait qu’il faut prendre des points dans n’importe quel match, donc il faut répondre présent à chaque rencontre. Il faut éviter la 4ème place ».

CAF : Si vous marquez six points chez vous, vous virerez en tête à mi-parcours. C’est pensable ?

Alain Giresse : « Si effectivement on prend six points on sera en tête, tout est possible, mais on pense d’abord au premier match à bien négocier ».

CAF : En allant gagner à Casablanca, vous vous êtes affirmé non plus comme un empêcheur de tourner en rond mais comme un vrai client. Sur le dos on vous a collé l’étiquette « Candidat à la première place ». C’est une pression nouvelle pour les joueurs. S’ils gagnent à l’extérieur, ils ne peuvent pas ne pas le faire chez eux. Est-ce que trop d’enthousiasme ne risque pas de tétaniser vos joueurs ?

Alain Giresse : « Ce n’est pas un match gagné qui va modifier notre approche de la compétition. Quel que soit son niveau la remise en cause reste le meilleur atout pour rester performants. Par contre ce résultat au Maroc a crée une attente légitime au pays, qu’il faudra utiliser lucidement comme atout supplémentaire dans notre préparation ».

CAF : Voilà trois années que vous avez pris la direction des Panthères du Gabon. Que pensez-vous du football africain actuel et de son évolution ? Question bonus : d’après vous quels seront les cinq qui accompagneront l’Afrique du Sud à la Coupe du monde ?

Alain Giresse : « Le football africain progresse, exemple la CAN 2008, mais si le football des jeunes était mieux organisé, les progrès seraient encore meilleurs. Quand on voit tous ces jeunes passionnés de football, avec un encadrement structuré et adapté à leurs qualités naturelles, le niveau du football africain s’en trouverait bonifié ».

CAF : D’après vous quels seront les cinq qui accompagneront l’Afrique du Sud à la Coupe du monde ?

Alain Giresse : « Après ces premiers résultats, il est difficile de faire des pronostics, il y aura des surprises. Lesquelles ? Je ne peux me prononcer ».

NB: Le Gabon (3 point + 1), occupe la première place du groupe A devant le Togo, le Cameroun et le Maroc. Il affronte le Togo, le 6 juin à Libreville.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES