spot_imgspot_img

Gabon : Le Prince Charles au chevet de la forêt gabonaise

Le ministre gabonais de la Défense, Ali Bongo Ondimba, a récemment conduit la délégation gabonaise qui s’est rendu à Londres pour la réunion convoquée par le Prince Charles sur la mise en œuvre de son projet sur la gestion durable des forêts tropicales humides. Dans le cadre de ce projet de lutte contre le changement climatique, le Gabon a été sélectionné pour représenter l’Afrique centrale en abritant le projet pilote de préservation des écosystèmes à travers la lutte contre la déforestation.

La politique environnementale menée depuis quelques années au Gabon a été récompensée par le Prince Charles dans le cadre de son projet de lutte contre les changements climatiques à travers la gestion durable des forêts tropicales humides, en retenant le Gabon comme pays pilote pour le lancement du projet en Afrique centrale.

A l’occasion de la réunion de concertation qui s’est tenue en marge du sommet du G20 dans la capitale britannique au début du mois d’avril, le ministre gabonais de la Défense, Ali Bongo Ondimba, a conduit une importante délégation gabonaise pour prendre part aux travaux.

Au début de l’année 2008, le Prince Charles avait constitué un groupe d’experts pour l’Afrique qui avait publié un rapport sur la gestion des forêts tropicales dans huit pays du continent, le Gabon, le Congo, la République démocratique du Congo, le Cameroun, le Liberia, la Sierra Leone, la Tanzanie et le Ghana.

Deux de ces pays avaient ensuite été retenus pour accueillir le lancement des projets pilotes, le Libéria pour l’Afrique de l’Ouest, et le Gabon pour l’Afrique centrale.

«La première étape essentielle dans notre lutte contre les changements climatiques est d‘aider les pays à forêts tropicales humides à réduire et éviter la destruction de leurs forêts», a déclaré le Prince Charles, soulignant que «l’arrêt de la déforestation est l’action la plus aisée et à moindre coût qu’il soit possible de prendre à court terme».

«La destruction des forêts tropicales humides émet des quantités massives de CO2 (…) et représente 20% du problème, mais ils pourraient représenter 40% de la solution», a ajouté l’héritier du trône britannique.

Au terme des assises, l’instigateur du projet a salué les progrès réalisés pour la mise en œuvre «d’une stratégie pour lutter contre la dégradation et la destruction des forêts tropicales humides, non seulement dans le but d’une réduction de la pauvreté de millions de personnes de notre planète, mais également pour nous donner le cadeau le plus précieux pour notre lutte contre le changement climatique, à savoir : du temps».

La communauté scientifique prévoit une diminution de 50% de la pluviométrie et de la productivité agricole dans la zone du Sahel au seuil des années 2020 si des mesures importantes de réduction des émissions de gaz à effet de serre ne sont pas prises en compte par la communauté internationale.

Ces conséquences engendreraient de nombreux décès de la faim, ainsi que des masses «réfugiés climatiques» et de violents conflits pour l’accès aux réserves d’eau et de terre fertile.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES