spot_imgspot_img

Le Gabon dirigé par des Congolais ? Maman Dabany et bébé Ali avouent : « Nous les Bongo Ondimba, nous ne sommes pas Biafrais, nous sommes Congolais »

patience_ali_bongo.jpg
Ces Kongolais qui dirigent... et pillent... le Gabon?

Drôle de cinéma que celui qui se passe actuellement au Gabon. Les « Bongo Ondimba » seraient-ils tombés sur la tête? A moins que ce soit le ciel qui leur soit tombé sur la cabosse ? Fiston Bongo « l’Ali pas Mohamed » et l’ancienne « Mama Bongo » jadis répudiée avec des valises d’argent aux USA semblent s’être tellement acharnés à se sortir d’un trou déjà profond qu’ils se sont, sans s’en rendre compte, enfoncés dans un autre trou, celui-ci encore plus profond que le premier. En voulant tellement prouver aux Gabonais qu’Ali le fiston Bongo n’est pas, comme la rumeur le maintient depuis qu’Ali existe, un Biafrais adopté par les Bongo, « Mama Dabany » et « Bébé Ali pas Baby Doc » ont avoué devant Gabonais ébahis qu’ils sont, en fait, Congolais. Que l’on cesse d’appeler Ali « Biafrais » a martelé avec fureur « Mama ». Il est Congolais !!! a-t-elle finalement avoué.

On se serait cru dans un de ces films américains où l’avocat malin, à force de cuisiner le témoin, le pousse tellement à bout que le témoin, hors de lui, finit par avouer larmes aux yeux: « Oui, c’est moi qui l’ai tuée, ma femme !! » A la chaîne 1 de la radio-télévison gabonaise (RTG1), Mama Dabany, cuisinée par la rumeur devenue insoutenable, a finalement lâché le morceau : « Nous y en a pas Biafrais ! Nous y en a Congolais !! Cessez de nous appeler Biafrais ! Nous y en a descendants dé la famille royale dé Mani Kongo !! Nous pas Gabonais, mais Gabon ya bon car nous pleins dé CFAs cadeau oh !»

Tout a commencé samedi 25 avril dernier lorsque Monsieur le Ministre de la Défense Nationale Ali Ben Bongo (ABB comme Albert Bernard Bongo ou Alain Bernard Bongo-Mon Dieu comme cette famille change de noms !!) décide, une bonne fois pour toutes, de mettre fin aux rumeurs qui accablent sa vie et le rendent misérable depuis que sa misérable enfance gabonaise fut gâchée par la « biafrité » que les mauvaises langues ont cultivée tout autour de lui. Furieux, le petit Alain Bernard devenu Ali Ben déclare samedi : « Certaines prétendent que je serais nigérian? (…) Tout ce que je sais, c’est que je suis né à Brazzaville en 1959. Ceux qui disent ce genre de choses ne connaissent pas l’histoire. La guerre du Biafra a commencé en 1967 et moi je suis né en 1959. Quand je suis né, le Nigeria n’était même pas indépendant avant de l’être l’année suivante. Donc, quand la guerre du Biafra commence, j’avais déjà 8 ans ».

Jusque-là, pas grand-chose à redire, notre « péti » ABB « Ben béni » par les dieux connaît bien l’histoire, et il le prouve aux yeux de tout le monde ébahi par tant de connaissance. Donc, Ali dit vrai : comment peut-on être Nigérian quand le Nigeria n’existe même pas encore et qu’on est né hors ?

Sauf que, pauvre Ali (quel chagrin !!), nous voilà au courant d’un fait qui n’est pas non plus très reluisant pour notre bonhomme. Apparemment, notre « Minisse » de la Défense n’y comprend rien. On ne sait pas vraiment, en fait, s’il a compris pourquoi la rumeur biafraise a fait tant de bruit au Gabon. On a l’impression que ce qui fait le plus mal à Ali, c’est le mot «Biafrais », qui semble lui sonner dans la tête comme une insulte. Dans sa tête, il semble plus acceptable d’être considéré « Congolais » que « Biafrais ». Cependant, ce que notre bonhomme « Ben béni » ne comprend pas, c’est que ce n’est pas, en fait, le fait d’être « Biafrais » ou « Congolais » qui soit le problème des Gabonais. Ce qui fait tiquer les Gabonais, c’est le simple fait d’avoir un « étranger » imposteur à sa tête (l’Omar) et un autre « étranger » imposteur (le Ben) pour contrôler l’armée d’un pays où il n’est pas né, pays dont il n’a pas non plus la nationalité puisque né, de son propre aveu, Congolo-Français, mais pas Gabonais du tout…

Ce que les Gabonais ne veulent pas, c’est de ces mensonges qui durent depuis 49 ans !

Comme si un seul aveu ne suffisait pas, voilà que Maman Dabany vient, ce mardi soir, en rajouter pour clarifier, clouant finalement au pilori toute la famille Bongo qui, de par sa bouche, avoue finalement aux Gabonais son imposture de 49 ans. Ecoutons « Mama Patience » (encore un faux nom !!) : « Mon fils, moi et mon mari qui était sous le drapeau [congolo-français ?] depuis trois ans, libéré [de quel asile ?] et ayant refusé de demeurer à Brazzaville [il a refusé son pays ?], la capitale congolaise, suite à la guerre civile, arrivons à Libreville le 29 octobre 1960 (…). Je suis Batéké [du Congo ?], Bongo est Batéké [de Brazza ?], nous ne sommes pas Nigérians [vraiment ?]».

Ok, on a compris. La seule chose que les Bongo ne sont pas, c’est Gabonais. Ils ont tout été et ils ont tout fait dans leur vie, y compris changer mille fois de nom et de pays, mais ce qu’ils ne reconnaissent pas, c’est leur « gabonité ». Voilà qui est clair (Ah les pauvres bongoïstes qui défendent Bongo becs et ongles en croyant qu’il est Gabonais ! Ils vont se manger les ongles et se couper le bec comme des oisillons avec cette douche froide !).

Alors, donc, revenons à nos moutons : force est de constater que dans leur défense, ni Ali ni Mama Dabany n’ont à aucun moment revendiqué leur citoyenneté gabonaise. Ils ont tout affirmé, sauf leur « gabonité ». C’est bien étrange, non ?

Ce n’est quand-même pas gentil de leur part. On nous enlève un « Biafrais » pour nous donner quoi à la place ? Un « Congolais » ? Mince, c’est pas juste ! Nous voilà mieux servis. Les Nigérians eux au moins, ils savent bricoler quelques vieilles télévisions et réparer les frigos. A quoi va nous servir Ali, maintenant que nous savons que s’il devenait président, il ne pourra rien bricoler comme un vrai Nigérian sait si bien le faire ? On pourrait au moins faire du bon business « clando » et acheter des iPhones trafiqués et bon marché venant des filières « clando » du Biafra. Non, c’est pas juste du tout, zut ! Que va bien pouvoir nous apporter un Congolais vu que les Congolais sont aussi paresseux que les Gabonais, et qu’ils ne connaissent que la sape et les fesses des femmes et le « soukouss » ? Mais bon, laissons ça de côté sinon Aurlus Mabélé que nous aimons bien va se fâcher.

Les Bongo devenus « Ondimbas » sont donc tout-Français, Batéké (du Congo), Congolais-mais jamais « Gabonais » ni « Batékés du Gabon ». Ils s’en défendent devant tout le monde. C’est ce qui sort de leur propre bouche, pas de la bouche trop bavarde du Kongossa. Qu’est-ce que les gens vont encore dire ?

Mais une question demeure : quelle est la belle jambe que cela fait aux Gabonais qu’Ali soit « Biafrais » ou « Congolais » ? Les Gabonais ont-ils une préférence pour l’un ou pour l’autre ? Rien n’est moins sûr.

Depuis toujours, il a toujours couru deux rumeurs indicibles au Gabon. La première rumeur a toujours été que Bongo n’était pas Gabonais, mais Congolais. Cette rumeur, Bongo l’a toujours démentie avec la plus grosse énergie, au point de mettre en prison les quelques Gabonais qui avaient osé le dire. La deuxième a toujours été qu’Ali Bongo n’était pas Gabonais, mais Biafrais. Celle-là aussi pouvait jeter quelqu’un au caveau.

Or, voilà que, pour démentir la rumeur de la « biafrité » du fils, la Mama Dabany monte au créneau et lâche la plus grosse des bombes : elle confirme sans rougir (bon, ok, elle est noire, d’accord) la rumeur de la « congolité » de toute la famille Bongo, famille qui apparaît tout d’un coup comme une famille habituée à l’imposture non seulement des pouvoirs et des noms (trop de noms changés dans cette famille), mais aussi des nationalités (qui sont-ils vraiment, nos chimpanzés ?).

Parlons un peu de leurs impostures, juste pour avoir les idées un peu plus claires :

Imposture No. 1 : Contrairement à ce que Bongo a souvent raconté, « Mama Dabany pas Patience » vient enfin d’avouer que les Bongo ne sont venus au Gabon que le 29 octobre 1960, soit trois mois et demie APRES l’indépendance du Gabon (Ils ne se sont même pas battus pour l’indépendance du Gabon (Mais comment donc, les voyous !)  On se posera donc toujours la question de savoir comment quelqu’un qui est né hors du Gabon (au Congo) en 1959 et qui arrive au Gabon APRES l’indépendance du Gabon peut être autre chose qu’un « étranger » ? Ali et sa famille ne semblent pas capables de comprendre que ce qui dérange les Gabonais n’est pas le fait que notre Ali défenseur national soit Nigérian, Biafrais, Turc ou Eskimo. Ce qui dérange les Gabonais, ce sont les mensonges, les impostures et les entourloupes qui ont toujours entouré les origines de la famille Bongo. Or, de l’aveu de la mère et du fils eux-mêmes, nous venons d’avoir la confirmation que Monsieur Ali Bongo Ondimba est tout sauf Gabonais. Il ne pourra plus nier ses propres paroles ni celles de sa « Mama ». Ah, « lé pauvre péti ».

Mais voilà où Ali a fait la plus grosse erreur de sa « biafrité », pardon, de sa « congolité » : Il n’y a pas de différence aux yeux des Gabonais qu’il soit « Biafrais » ou « Congolais ». Ce qui est important c’est que les Gabonais aient eu la confirmation, et sachent désormais sans l’ombre d’un doute, qu’Ali Bongo est un étranger et que la famille Bongo a toujours été une famille étrangère qui a toujours fait usage de faux et d’imposture pour s’immiscer dans la vie politique gabonaise et prendre le Gabon en otage. C’est donc là terrible imposture et elle est inacceptable pour les Gabonais, surtout si « Bébé Ben » décide de s’imposer aux Gabonais après son père. Nul n’acceptera une telle imposture de plus au Gabon.

Imposture No. 2 : La deuxième imposture des Bongo devenus « Omars » est le fait de se retrouver à la tête du Gabon après avoir été finir le pauvre vieux Léon Mba en France avec l’aide des Français. C’est parce que les Français savaient Bongo étranger qu’ils l’ont installé au pouvoir au Gabon. Ils savaient qu’un étranger comme Bongo ne pourrait jamais aimer son pays comme un vrai Gabonais. La preuve en est aujourd’hui faite : pendant 42 ans, Bongo a pillé le Gabon comme les Français ont pillé le Gabon. Le Gabon n’étant pas son pays, il ne pouvait que le considérer comme un « pilloir » et le détrousser sans merci comme un pirate pillageur le ferait. Bongo pratique au Gabon une politique de la terre brûlée. Il décime et brûle tout sur son passage et ne laissera que cendres et pleurs pour les pauvres Gabonais.

Gabonais par imposture, donc Président et leaders du Gabon par imposture, sans oublier les élections truquées par l’imposture politique, voilà, mesdames et messieurs, la vérité sur les Bongos: Le Gabon est dirigé non pas par des « Biafrais », mais par des Congolais.

Quand la Mama Bongo répudiée par Papa Bongo depuis des années vient mentionner les Batékés à la télé, elle veut nous jouer le même vieux jeu ethnique par lequel son ancien mari a toujours voulu diviser les Gabonais. Ils veulent faire croire aux Batékés du Gabon que les autres Gabonais leur en veulent. La vérité, aujourd’hui, est pourtant limpide. Ce sont les Bongo qui, étant nés Batékés congolais, se sont installés parmi les Batékés du Gabon par imposture. Dès lors, quand les Gabonais disaient à Bongo qu’il n’était pas Gabonais, mais Congolais, Bongo utilisait cela comme une arme ethnique pour faire croire aux Batékés du Gabon que les autres Gabonais les accusaient d’être Congolais. Or, cette stratégie de Bongo était indécente car le Gabon a d’autres ethnies comme les Fangs qui ont des attaches ethniques en Guinée Equatoriale et au Cameroun. Ce n’est pas pour autant qu’on va dire des Fangs du Gabon qu’ils sont Camerounais ou Equato-guinéens. On ne peut pas donc dire que les Batékés du Gabon soient Congolais car les frontières coloniales ont décidé que certains Batékés seraient du Gabon et d’autres du Congo, tout comme certains Fangs sont du Cameroun et d’autres du Gabon. Mais comme les Bongo sont machiavéliques, ils ont fait l’amalgame et ont confondu leur imposture avec le peuple Téké du Gabon et inventé des divisions ethniques là où il ne devrait pas y en avoir. Les Tékés du Gabon sont Gabonais et les Tékés du Congo sont Congolais. C’est aussi simple que cela.

Les Gabonais refusent donc de retomber dans ce piège ethnique que les Bongo aiment à nous tendre.  La « congolité » des Bongo n’engage point et n’a jamais engagé les Batékés du Gabon. Elle concerne les Bongo et uniquement les Bongo. C’est aussi simple que cela.

Mais attention! Nous au Gabon, nous n’avons rien contre nos frères congolais qui souffrent actuellement sous l’imposture politique des Sassou au Congo comme les Gabonais souffrent sous la double imposture des Bongo au Gabon. Mais reconnaissons quand-même que cela nous en bouche un coin que ce soit maintenant un enfant congolais, arrivé au Gabon APRES l’indépendance du Gabon, qui soit maintenant pressenti pour remplacer son propre papa congolais sur le trône du Gabon !!

Nous ne le disons pas par hasard. Si l’on donne le bénéfice du doute à Ali et accepte son explication, force est de constater que cela ne change pas du tout son problème car tout ce que sa maman et lui-même ont réussi à faire, c’est échanger une nationalité étrangère pour une autre. Ce qui revient exactement au même : Ali est étranger, par conséquent, il ne peut briguer la présidence du Gabon. Regardez vous-même :

Le Congo Brazza est devenu indépendant le 15 août 1960, soit deux jours AVANT le Gabon. Donc, en arrivant au Gabon le 29 octobre 1960, soit trois mois et demi après l’indépendance du Congo, Ali Bongo était bel et bien un Congolais avéré car né au Congo AVANT l’INDEPENDANCE du Congo, donc automatiquement Congolais quand le Congo devient indépendant le 15 août 1960. Autrement dit, quand Ali Bongo arrive au Gabon avec sa mère et son père Albert Bernard Bongo trois mois plus tard APRES l’indépendance du Gabon, ils sont tous Congolais depuis trois mois et demi.

Or, il n’existe nulle part au Gabon un seul papier montrant quand Ali Bongo et Omar Bongo se sont naturalisés Gabonais. Ali Bongo n’étant pas né au Gabon, il ne peut, au vu de la Constitution actuelle, devenir Président du Gabon. Son père lui-même aussi, n’étant pas né au Gabon et n’étant arrivé au Gabon qu’après l’indépendance du Gabon, ne peut pas non plus prétendre au trône du Gabon. Aucun des deux ne disposant d’aucun papier de naturalisation, et aucun des deux n’étant Gabonais de première ni de deuxième génération, leur présidence est illégale. Seuls les enfants et petits enfants de Bongo nés au Gabon peuvent prétendre au trône gabonais, pas Ali Bongo, et encore moins Omar Bongo.

Et comme Bongo lui-même a toujours été « rumoré » comme Congolais, on ne peut que saluer l’honnêteté de Mama Dabany qui, en voulant défendre le fils, a finalement avoué la vérité aux Gabonais. Pire, en disant : « Mon fils, moi et mon mari qui était sous le drapeau depuis trois ans, libéré et ayant refusé de demeurer à Brazzaville, la capitale congolaise, suite à la guerre civile, arrivons à Libreville le 29 octobre 1960 (…).je suis Batéké, Bongo est Batéké, nous ne sommes pas Nigérians », Mama Dabany avoue très clairement un autre fait important : Les Bongo n’ont quitté le Congo que parce qu’ils voulaient fuir la guerre civile congolaise. Autrement dit, si le Congo n’avait pas connu la guerre civile, les Bongo seraient restés au Congo Brazza comme Congolais et personne n’aurait jamais entendu parler d’eux au Gabon. Et puis, ne disait-on pas à l’époque que Patience était stérile et qu’elle ne pouvait pas faire d’enfants? Un autre miracle?

Merci donc les Français pour avoir tué notre président bien gabonais Léon Mba pour nous imposer des imposteurs qui n’ont même pas voulu reconnaître le nom de leur papa et grand papa « Ondimba » pendant toute leur vie, et qui ont tous tellement changé de nom qu’on a fini par s’y perdre. Albert Bernard Bongo est devenu Omar Bongo, puis Omar Bongo Ondimba (Une bien tardive reconnaissance du nom de son père !). Alain Bernard Bongo est devenu Ali Ben Bongo puis Ali Ben Bongo Ondimba (trois fois changé de nom !). Mama Dabany est d’abord née Joséphine Nkama Dabany, puis est devenue Joséphine Bongo, avant d’être répudiée par le Bongo et de se fabriquer la nouvelle identité « Patience Dabany ». Elle encore, on peut la comprendre : étant femme, elle était obligée de prendre le nom de son imposteur de mari, et étant chanteuse, il fallait bien faire « cool ». Mais Ali et papa Bongo, pourquoi ces changements de noms comme on change de chaussettes ?

La vérité est donc enfin là : elle est douce comme bonnet blanc et blanc bonnet. Nous avons, au Gabon, des imposteurs qui se font passer pour des Gabonais depuis le 29 octobre 1960 (49 ans d’impostures !!).

Alors, Bongo et Edith-Lucie, c’était finalement quoi ? Une simple affaire de retour aux sources de papa Bongo ?

Mais pour les Gabonais, une seule question demeure. Ali… Biafro ou Kongolo?

Source: BDP-Gabon Nouveau

Exprimez-vous!

  1. bonjour,
    c’est l’article de plus mauvaise qualité que j’ai lu sur ce site et c’est franchement décevant comparer a ce que vous etes habituer a faire.
    selon vous Bongo et toute sa famille seraient d’origine congolaise? non seulement ce sont des faits que vous ne pouvez pas prouver et en plus meme si c’était le cas qui s’en soucient réellement?
    Qu’attendez vouz exactement du peuple gabonais?
    doit on se dire  » ah bon Bongo tu es un congolais? on t’as laissé conduire notre pays vers sa perte pendant une quarantaine d’année pasqu’on croyait que tu étais gabonais! mais maintenant qu’on sait que tu es congolais ca doit changer!! »
    ce discour aurait pu marcher en 1990 ou la xénophobie au Gabon avais atteint des sommet honteux! à l’époque ou « équato » était une insulte!
    mais dites vous bien que les choses ont changé. aulieu de vous fatiguez a faire ce genre de révélations douteuses proposer des plan d’action pour l’apres Bongo.
    je suis sur que vous rectifierez le tir la prochaine fois car cet article ne vous honore pas du tout.
    merci

  2. Bonjour à tous,j’interviens juste pour rappeler à toutes ces personnes à qui cela plairaient sûrement que le GABON s’enfume et s’en brasse que s’ils se sentaient plus gabonais il tiendraient d’autres débats que ceux de la nationalité d’un tel ou un tel.
    Nous sommes tous d’avis qu’il faut que l’ère « bongoïste » s’en aille avec ses partisans mais pas dans un tumulte sans retour.
    Donc sans vouloir jouer le pédant je demanderait aux membres et autres actifs de ce site d’édifier les lecteurs sur l’avenir sans risques qu’il préconise pour le GABON après Bongo en lieu et place de leur guerre contre Bongo et famille.
    Et qu’est-ce qui leur fait croire à toutes ces personnes qu’elles sont vraiment du GABON,j’aimerais bien qu’ils nous disent sur quelle généalogie ils se basent pour se croire plus gabonais que certains
    Merci et bon vent à tous,et ne nous remettons qu’en DIEU et rien d’autres.

    NoirdAfrique

  3. salut chères amis, alors moi je pense que quelque soit l’état actuel de notre président ou de notre chère pays soyons lucides car moi j’ai pas confiance en ces français aujourd’hui le vieux invite au partenariat et ces français eux veulent toujours nous diriger non à la « françafrique » en tout cas s’il veulent nous aider c’est bien de dénoncer les biens de OBO mais qu’ils nous les renvoient, le GABON en a besoin et non qu’ils s’en saisissent car je vous le dis rappellons-nous de ce qui s’est passé en cote d’ivoire et ailleurs!!! ils aiment diriger mais que nous apportent-ils vraiment ces français? Dans tout les cas je prie pour mon pays et espère que tout se passera bien nous ne sommes que 1500000 et plutard le pays aura besoin de nous et non de congolais français senegalais chinois ou autres lol!!!!!!!!!!

  4. J’étais venu sur ce forum pour voir le climat relatif au « faux-départ » de OBO.

    Ce que j’y ai trouvé est, pour moi, débile. Oui débile, parce que un ramassis d’inexactitudes, de mauvaise foi et toute la xénphobie gratuite.

    – Alors, selon vous, le fait d’etre né dans un pays vous fait étranger chez soi ? vraiment le pensez-vous ? Savez-vous que Ségolene Royal est née au Sénégal ?
    – Oubliez-vous (si sans doute etes-vous TOUS de jeunes gens nés après 1960,n’avez-vous jamais étudié meme votre histoire ?? ) que les personnes vivaient alors dans un empire francais : on pouvait tout à fait travailler au Tchad en étant « gabonnais ».
    – Par conséquent, il y a aujourd’hui meme au Gabon des milliers de gens qui sont dans ce cas : ayant travaillé à travers l’AEF. Irez-vous leur nier la gabonité ??
    – Je ne parlerai meme pas des naissances actuelles pour cause de mondialisation. Que de pogroms en perspective !!!

    Pitié.

    Autant je suis comme vous tous profondément révolté par OBO et sa politique, autant je refuse les méthodes que vous utilisez ici, intllectuellement, Malhonnetes.

    D’ailleurs, un dernier point : vous fustigez (à raison peut-etre) la France, mais vous continuez de vous aggripez à des frontières tracées et instaurées par la meme …France. Trouvez l’erreur

    Des frontières tout à fait arbitraires effectuées il y a moins de 60 ans !!!

    Pour ma part, j’aurais préféré redefinir ces frontières ou mieux regrouper nos pays au lieu d’avoir entériné les « barrières » chauvines et égoistes que le colon à érigé entre nous. Nous rendant ainsi étrangers entre nous.

    Ah j’allais oublier : Ne soyez pas méprisables à l’égard des nos voisins. Il n’y pas de mal à etre « Kongo » par exemple comme je l’ai lu ici. On a le droit de ne pas aimer OBO parcequ’il avait pour beau père Sassou. Mais, ceci engage t-il le peuple du Congo pour autant ? Cet arrangement s’est fait entre EUX (personnes privées)au cas où vous ne le sauriez pas. Las-bas également ils ne veulent pas de leur Président, pour votre information.

    La chose super serait que ces peuples se soutiennent plutot pour chasser leurs présidents autoritaires (afin de penser à se mettre au travail pour un combat vers de défis autrement cruciaux, que nous avons oubliés et qui font de nous la risée du monde entier)

    Mais cela, nos « petits » ego nationalistes, nos esprits mesquins ne peuvent pas le concevoir semble t-il. Dommage

    Mbolo

  5. REQUIN, Merci
    S’il a rencontré Mme Borantso, ils ont du se dire des choses. De toutes les façons, les gabonais ne sont pas duppes et quoi qu’ils fassent la fin est proche? Nous devrions nous préparer à quelque chose de très bad dans les jours avenirs. Prions pour que le ministre de la défense n’en profite pas pour faire n’importe quoi. Dans tous les cas, il aura le peuple face à lui, bon week à toi et à lundi, si dieu veut, merci

  6. Magnogni,
    Rien, absolument rien car Bongo est en vacances depuis 1990!!!
    Edith a donné à l’homme un semblant de seconde vie, mais sa mort inattendue est un coup dur. Il s’est réveillé de sa torpeur et c’est maintenant qu’il comprend qu’Edith est bel et bien partie.
    Prions simplement que son veuvage dur à perpétuité!!!!

    Il n’y a pas vacances du pouvoir!!! les Ali, Boukoubi, Mba Obame et autres gèrent le pays depuis. Ils vont tout faire pour trouver une parade même si Bongo tombe dans une incapacité physique.

    On peut retarder la fin d’un règne mais cette fin finie toujours par arriver!!!

    Bon Week End, sister !!

  7. La focalisation sur Bongo et son epouse Edith Lucie Sassou-Nguesso decedee dernierement, de l’actualite par des journalistes en mal d’information finit par tourner en ridicule tout le gabon.
    Le diable, par l’intermediaire de Bongo son serviteur, à moins qu’il n’en soit le fils s’est installé au Gabon.
    Il y a des gens qui comprennent. Il y en a qui ne comprennent pas. Enfin il y a des gens qui ne comprennent pas qu’ils ne comprennent pas. Albert Bernard del hadj Omar Bongo-Ondimba est de cette derniere categorie. Notre Louis XIV natioanl a fait du gabon et des gabonais sa proprièté. L’Etat c’est moi. Imposè par Foccart, et fortement soutenu par la France il est devenu l’ami tres personnel des chefs d’Etats et grands hommes politiques français qu’il tutoie ; tel Jacques Chirac, Giscard d’Estaing, Michel Debrè et sa famille, etc. mais le president gabonais n’est pas eternel ; le pagne dechirable et facilement mis en lambaux que se disputent les membres de la famille Bongo et leurs petits copains d’autres ethnies et d’autres provinces, le petit copinage politique pour une utopique succession fait croire que le gabon est une monarchie absolue de droit divin sans heritier presomptif. Meme l’ex epouse de ce roi-president appelé Bongo, super championne de scandales conjugaux du temps de sa splendeur presidentielle s’en mêle sans honte.
    Il faut que tous ceux-là qui s’agitent fassent preuve de decence, de circonspection, de calme et de reflexion.
    Les candidats à la succession sont trop nombreux.
    Les, pour le moments, outsiders, se taisent. Le frere et la sœur s’etripent pour le pouvoir. La sœur c’est pour son mari.
    Lequel des Bongo est le troisieme pretendant ?

    MANUEL MONESSAKAME

  8. Cher requin,
    Si bongo a quitté le gabon avec autant de monde, cela nous rappelle la situation de la feue édith bongo. Alors l’on peut dès lors et déjà évoquer une vacance de pouvoir, que peut-il se passer dans les heures qui suivent au gabon?

  9. Semble t-il, BONGO se trouverait actuellement en Espagne pour soit se reposer dans un chateau, soit se faire soigner.
    Drôle de veuvage!!! En Afrique, lorsqu’on fait le veuvage, on se rase covo partout pour exprimer la tristesse qu’on ressent et on se prive de toute luxure et autres avnité du monde.

    Mais prendre un vol spécial avec à son bord plein de conseillers et autres personnes de sa basse cours ce n’est point un signe de tristesse ; c’est plutôt un cas de force majeur ou un acte de mépris pour celle qu’on vient de perdre.

    Et si le syndrome Edith a été contagieux et que ces vacances de veuvage n’étaient que le début d’un voyage sans retour???

  10. en voila une qui a perdu une occasion de se taire….. mais au faite pourquoi devrait telle se taire tant la population gabonaise lui voue un culte en achetant et dansant au rythme de sa music insignifiante dont les seul theme etait de recuperer son escroc et dictateur de mari pour couillonner les peuples comme elle sait bien le faire a entendre ces gens parler on ne peut pas etre fiere vu la bassesse et l’absence de discernement des propos de cette sénile que vous avez affectueusement appelé la « mama »oubliant qu’elle fait parti des mechant qui veulent essayer de cosmétiser leurs erreurs du passé par des actions social ,mais a beau fuir le naturelle il revient à patience dabany ,pourquoi justifier sa nationalité congolaise et celle de son odieux fils aujourdhui ,que gagne t’elle a dire qu’il nest pas nigerian ou chinois ,une rumeur vieille comme les 42 annees de dictature qu’ils nous ont imposée rien a foutre quil soit biafrais ou meme descendant du pape sil compte mettre a execution son ambition de futur president il devra compté avc nous pour lui en empecher quand a sa putain de mere qu’elle aille voir du coté de son fameux congo qu’elle reconait d’appartenir si nous sommes .on devrait commencer par les boyicoté tous ces imposteurs

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES