spot_imgspot_img

La liberté de la presse muselée au Gabon

Deux journaux suspendus pour avoir évoqué la succession d’Omar Bongo
Le conseil national de la communication (CNC) du Gabon a prononcé samedi dernier, la suspension de deux journaux privés, le Ngange et Ezombolo, accusés de jeter le trouble dans l’esprit des Gabonais en évoquant maladroitement la question de la succession du président Omar Bongo Ondimba. Le journal Ezombolo a écopé de 6 mois de suspension, et le Nganga est frappé d’une suspension de paraitre pour une durée d’un mois. Le CNC les accusent d’avoir « diffusé les informations de nature à semer le trouble dans l’ esprit des Gabonais », et d’être « les supports locaux de la désinformation et de l’intoxication ».

Le CNC a argumenté par ailleurs, en précisant que ces deux journaux « jettent le trouble dans l’opinion en prêtant aux personnalités l’intention d’être candidat à la succession du président gabonais, actuellement en séjour dans un hôpital de Barcelone, en Espagne où « il est en train de faire son bilan de santé avant de rejoindre ses fonctions présidentielles à Libreville ».

Le Conseil national de la communication a rappelé à la presse nationale et internationale que la liberté de la presse doit s’exercer sous réserve de l’ordre public, de la liberté et de la dignité des citoyens. En outre, le CNC a mis en demeure Canal Overseaes et Radio France Internationale (RFI) , pour non respect des clauses signées avec l’Etat gabonais, lesquelles permettent de garantir entre autres le respect de l’ordre public, la sécurité du pays , l’unité nationale , les bonnes mœurs et la dignités des citoyens.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES