spot_imgspot_img

URGENT ! Une délégation du BDP prochainement en Espagne pour établir la vérité sur l’état de santé d’Omar Bongo

Bongo Fatigué
Bongo Fatigué

Ayant constaté l’absence inexplicablement prolongée d’Omar Bongo du Gabon, et suite à l’incapacité du gouvernement à informer le peuple sur son état de santé depuis près d’un mois, le BDP-Gabon Nouveau a décidé d’envoyer le 13 juin 2009 en Espagne une délégation qui aura pour objectif de :

– s’enquérir directement de l’état de santé d’Omar Bongo aux fins d’éclairer les Gabonais sur le flou organisé qui entoure actuellement sa maladie ;

– interpeller le gouvernement gabonais pour une transparence la plus totale sur la situation de vacance de pouvoir actuelle au Gabon.

Du moment que cette absence a créé un vide institutionnel inacceptable et dangereux qui risque de mener le pays au chaos politique, avec à l’appui l’organisation d’une prise de pouvoir anticonstitutionnelle hors des normes démocratiques par la famille Bongo, le BDP-Gabon Nouveau ne peut laisser perdurer une situation dont la gravité menace de déstabiliser les institutions de la République et de compromettre toute chance de démocratie effective au Gabon. La délégation du mouvement sera conduite par le Dr. Daniel Mengara, Président du BDP-Gabon Nouveau.

Le mouvement profitera de cette occasion pour  faire une déclaration d’envergure nationale.

Fait à Bruxelles, le 1 juin 2009

BDP-Gabon Nouveau
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, New Jersey, 07052, USA
Tel: 973-447-9763
Fax: 973-447-9763


Pour solliciter votre participation à la délégation du BDP en Espagne, remplissez le forumulaire ci-dessous.

 

Exprimez-vous!

  1. Mr Békalé,

    Quel est votre QI ? Comment pouvez vous focaliser à ce point sur Mr Mengara. Essayez un peu d’élargir les angles quand vous interprétez les propos de Mr Mengara. On à déjà vu beaucoup de parti ou mouvement politique changer de nom x fois.
    Mr OBO, à déjà durant sa carrière politique insulter les gens et le peuple Gabonais rien que par sa façon de gérer le pays…
    Alors soyez svp un peu plus perspicace lorsqu’il s’agit de politique, voir politique politicienne. Cela sert à quoi de plernicher ici? Si l’histoire du Gabon doit s’écrire avec le sang des gabonais chose que je ne souhaite pas, cela se fera avec ou sans vous,Dr Mengara et moi!!!!
    A bon entendeur, salut !!!

  2. Chers Amis,

    Je viens de lire tout à l’heure dans l’hebdo (Jeune Afrique) de Béchir Ben Yahmed (l’ami de l’autre) que notre cher « présida » a recommencé à s’alimenter… SEUL, à se lever… SEUL et même à aller au petit c… SEUL, tout en plaisantant sur les rumeurs qui annonçaient déjà son décès.

    Je ne sais pas si l’on doit en rire ou en pleurer.
    Et si oui, pleurer de QUOI. De joie ou de malheur ? Vu que les pleurs sont émotionnellement « hermaphrodites »…

    Personnellement, mon homonymie d’avec le Père de notre Indépendance, Léon MBA-MINKO, me contraint obligatoirement, par consanguinité politique, à devoir verser quelques larmes à la lecture de cette, disons plutôt, de ces quelques nouvelles.

    Des larmes de joie bien sûr ! A quoi vous attendiez-vous d’autre ? Je vous vois d’ici.
    Cyniques va !

    Notre « présida » vient de se re-réveiller enfin, après une hémorragie intestinale qui avait nécessité son transport d’urgence, intubé, dans un avion médicalisé français à destination de Barcelone. Et vous voulez que moi, Petit Léon, je me mettre à pleurer d’« ACTE RATÉ » comme l’ont fait les quatre « futurs », ALI, TOUNGUI, DIDJOB et MAYILA ?
    Non, non, non. Ne comptez pas sur moi.

    Moi je suis un vrai de vrai, moi !
    Je suis un vrai patriote, moi !
    Quand le « présida » souffre, je souffre.
    Quand il pleure, moi aussi je pleure.
    Je ne pleure pas comme les quatre autres « futurs » qui eux pleurent de LAMENTATIONS de ne pas voir enfin leur funeste rêve se réaliser. Je ne suis pas de cette espèce-là, moi.
    Moi je suis un vrai de vrai. Je suis un vrai patriote, moi !

    C’est Ali, Toungui, Didjob et Mayila qui se rongent les ongles tous les jours et se crassent les oreilles à la radio espagnole, en espérant ENFIN que de « BONNES » nouvelles leur parviendront du pays Catalan.

    C’est Ali, Toungui, Didjob et Mayila (dont les salles d’attentes de cabinets ne désemplissent plus de cadres venus leur faire allégeance, au cas où…), qui se tordent le foie et s’électro-choquent le cœur, en espérant (EN VAIN) qu’un bulletin de décès sera « ENFIN » émis par le tout jeune responsable communication de la clinique Quiron, et faisant mention d’un certain… Albert Bernard Bongo. Enfin, je dis Albert Bernard parce que les Catalans étant majoritairement chrétiens, je ne sais pas si leur ordinateur de décès comporte le prénom Hadj Omar…

    Toujours est-il que je souhaite bon rétablissement à notre cher « présida ». Car je ne veux surtout pas qu’il nous fasse le coup d’Eyadéma père, qui avait clamsé à 10 kms au dessus de nos têtes, et à égale distance du plus proche aéroport : celui de Tunis.

    Je veux que yaya Omar reviennent d’abord à la maison. Faire le ménage et transmettre la « harpe sacrée » à l’Ayant Droit – C’EST-À-DIRE LE PEUPLE – avant que de s’en aller.

    Que Tous ces zouaves qui chuchotent et murmurent dans les palais, les temples de bwiti et les officines de magie noires depuis qu’il est parti, sachent que RIEN, je dis bien RIEN, ne favorisera l’érection de leurs funestes projets.

    En 1967, la France nous avait imposé Albert Bernard, pendant que le peuple gabonais était naïf et niai. Les 42 années que ce PEUPLE a pris nous ont donnés une maturité et une clairvoyance à côté desquelles vos gesticulations se trouvent être tellement ridicules. Et même dangereuses pour vos propres vies et celles de vos proches.

    Cessez donc de rêver chers Ali, Toungui, Didjob et Mayila, les thuriféraires et anticonstitutionnels du pays. Ces anti-gabonais qui vivent encore dans les années 60. Où le pouvoir ne se gagnait que par la ruse, la filouterie et la manigance.

    Mais à quelle époque vivez-vous donc ! Réveillez-vous, nom de Dieu. Nous sommes en 2010, pardi !

    Faites plutôt comme le « présida » : Montrez au PEUPLE GABONAIS que vous pouvez gagner démocratiquement les élections… SEUL.

    Petit-Léon MBA-MINKO

  3. je n’ai jamais vu un individu aussi slérosé que ce soit disant dr mengara,a peine a croire que ce type est en proie a des graves desordres psychiques.Mengara aujourd’hui prone un stupide combat pour la démocratie au Gabon.
    mais c »est tout simplement un combat puéril et perdu d’avance,car non seulement la stratégie n’est pas de mise et le plus mesquin ce que c »est un mouvement axé sur un seul individu,la personne de Bongo ne constitue pas la clef de voute de cette democratie.

    non detrompe toi mon Petit mengara,c’est une affaire de tt un pays,de tte une civilisation,de tte une administration enraciné dans le systeme bongo.alors crois moi il ne servira pratiquement a rien de couper la tete du serpent,car c »est un serpent qui a une multitude de tetes.
    tu gagnerais a changer de cap et d’objectif

  4. Tand que les gabonais resteront divise je ne vois pas ce que changrais que Bongo rentre ou pas!Si une famille n’arrive pas à s’entendre le voisin prendra tout cadeau voila ce que fait la france et les chinois et puis les français on ouvert une base chez les arabes ! tout resteras aux chinois quie faire d’autre ? un pays n’arrive pas a s’unir et encore moins à avoir des demandes claires presices et ensemble! on fait encore comment? c’est bien un dire gabonais!

  5. Bonsoir et merci pour vos diverses réflexions prouvant votre attachement indéfectible à notre cher Gabon.

    Interrogeons-nous aussi sur les manœuvres militaires sino- gabonaises prévues pour ce mois de juin(cf Gaboneco)et ce,sous le commandement de qui l’on sait bien,sans doutes.

    Une telle initiative est peut-être opportune,me dira t-on,en cette période de grandes inquiétudes sur la stabilité politique future du pays(Gabon)! Ce qui ferait mériter à Jean Ping,notre exclusive ressource diplomatique vis à vis de la Chine, un Prix Africain pour la Paix et la continuation de la ripaille au Gabon!

    A bientôt!

  6. Si Bongo a vraiment dit qu’il faut remettre le pouvoir aux Fangs, ça confirmerait bien qu’il a toujours pris le Gabon pour un village. Nous sommes au 21éme siècle, et la démocratie est la seule clé pour la construction d’un pays. Les Gabonais doivent depasser les barrières ethniques et asseoir une vraie démocratie dans notre pays. Le DR MENGARA mène un combat pour la dmocratie dans notre pays ,mais pas pour qu’un Fang vienne au pouvoir. Les Gabonais devront accepter celui qui sera mené au pouvoir par les urnes, et rien que les urnes sous l’égide de L’ONU. On ne mène pas tout ce combat aujourd’hui contre le Bongoïsme pour replonger le pays dans l’anarchie +, au point même de regretter Bongo. Dieu seul sait déjà qui conduira notre pays après Bongo. Je souteins le combat du DR MENGARA, mais je ne connais pas encore sa capacité à rassembler les Gabonais. Lorsqu’il sera sur le terrain, je serai fixé sur sa vraie parsonnalité politique et je soutiendrai sa candidature à la présidence s’il incarne tous les Gabonais dans leurs différences ethniques. Un vrai président pour moi doit se sentir bien à Port-Gentil, à Oyem, à Koulamoutou, ou à Bongoville. il doit pouvoir séjourner régulièrement dan les différentes provinces de son pays pour connaître mieux les problèmes de son peuple. Il ne doit pas se contenter du luxe insolent de son palais présidentiel. En restant bloiti dans son palais du bord de mer, Bongo s’est toujours senti en europe et non en Afrique. Il n’a jamais véritablement vécu au Gabon. Vivre au Gabon ce n’est pas faire le parcours Bord de mer- Aéroport- Rabbat- franceville- Brazzaville et Paris en 42 ans de pouvoir, mais c’est faire le tour de toutes les villes du gabon pour connaître les problèmes du peuple et les résoudre. C’est cela que j’attends parsonnellement du futur président du Gabon; Fang, Téké, Punu, Miéné, Ndzébi ou autre, cela m’est égal. Pourvu que ça soit un Gabonais qui aime ses compatriotes sans distinction…

  7. Merci le bdp de ne pas faire oublier aux gabonais l’essentiel .On avait completement oublié avec la fête des cultures et les alcool qui vont avec.Courage je vous fais confiance.

  8. Ne focalisez plus votre attention sur BONGO.c’est une facon de detourner votre attention.IL faut plutot ouvrir les yeux à d’eventuel scénarios de sa succession.Pour l’instant nous devons peser de tout notre poids pour que la constitution s’applique.

    Chaque gabonais doit savoir qu’il est dans une situation telle que:soit son president est mort,soit il est vivant et meme s’il revient au gabon il n’en n’aura plus pour longtemps.dans l’un au l’autre situation sa succession doit etre publiquement évoquée et si possible aller dans la rue pour mieu se faire entendre.

    Tel qu’il est entrain de picer déjà dans les habits et aux dernieres nouvelles semble t il qu’il aurait demandé de rendre le pouvoir aux fangs et que pascaline et Ali qui sont à couteau tiré ne sont pas daccord.Divungui Didjob s’afficherait dejà clairement pour l’application de la consstitution en cas de vacance du pouvoir afin qu’il se presente aux elections.une grande batailles s’annonce car Mabundou maganga moussavou Mayila vont tenter leur chance.Meme jean eyegue ndong se porterait candidat.c’est ca la democratie.

    Mais dire que ali va passer en force,alors la guerre civile sera inévitable .

  9. Dr MENGARA je tien d’abord a vous remercier pour avoir si courageusement sacrifier des heures de délicieuses oisiveté et de contemplation de la nature, pour faire de votre bouche,la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche et de votre voie la liberté de celle qui s’affaisse au cachot du désespoir.Et vous dire par la suite que l’initiative,personnellement,je ne voix pas tous son intérêt.Par contre profiter de la vacance de l’État pour être plus proche des gabonais en vue de savoir avec exactitude ce que les conspirateurs du régime prévoient pour l’intérêt des lobbies nationaux et internationaux.car comme on dit celui qui est devant n’ira pas loin si celui qui est derrière a un pistolet.Fait en sorte que tous les « GONBO » qui font l’actualité au Gabon soient dans votre ligne de mire,car comme le dit un proverbe « Quand le caméléon meurt, le lézard hérite de son sac de kolas ».Je vais finir en disant à ces GONBOISTES:
    Qu’il est écrit que le dictateur qui inscrit son destin en lettre cousue de haine de trahison et de lâcheté paiera au prix cher la sanction de l’histoire.
    Qu’il est aussi écrit qu’on peut tromper tout le temps une partie du peuple,qu’on peut tromper tout le peuple une partie du temps mais que l’on ne pourra jamais tromper tout le peuple tout le temps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES