spot_imgspot_img

Gabon : La morgue de Port-Gentil «est pleine» affirme Kombila

Le président du Rassemblement national des bûcherons (RNB), Pierre André Kombila, aligné derrière Pierre Mamboundou (UPG, opposition) au sein de l’Alliance pour le changement et la démocratie (ACR) à l’élection présidentielle du 30 août, a dénoncé le 8 septembre dernier le black-out des autorités sur le bilan des violences post électorales à Port Gentil. L’ancien ministre de l’Enseignement technique et auparavant directeur générale de la Santé, a affirmé qu’il y aurait au moins 15 personnes tuées pendant les émeutes qui ont suivi l’annonce des résultats officiels.

© D.R. Il y aurait au moins 15 morts à la morgue de l’hôpital de Ntchenguè à Port-Gentil

Alors que les autorités continuent de brandir le bilan officiel de 3 morts durant les trois nuits d’émeutes qui ont suivi l’annonce à Port Gentil des résultats de l’élection présidentielle du 30 août, le président du Rassemblement national des bûcherons (RNB), Pierre André Kombila, a tenu une conférence de presse le 8 septembre au siège de son parti sis au rond-point de la Démocratie, pour dénoncer un bilan bien plus lourd d’au moins 15 morts.

Aligné derrière Pierre Mamboundou (UPG, opposition) au sein de l’Alliance pour le changement et la restauration (ACR), monsieur Kombila a dressé le bilan de son enquête dans les hôpitaux et les morgues de la capitale économique, où l’ACR avait obtenu une large majorité le 30 août dernier.

A l’hôpital de Ntchengue, au Sud de la ville, «il y avait 15 corps», affirme l’ancien ministre, alors qu’«il nous reste à voir celle de l’hôpital Paul Igamba» a-t-il précisé.

D’après ses entretiens avec les témoins des scènes de violences, «il y a eu plusieurs dizaines de morts à Port-Gentil», ajoute monsieur Kombila.

Rapportant une rumeur qui court dans la cité portuaire, le président du RNB colporte que «l’armée prend les corps et les jette en mer en hélicoptère». Il a demandé l’ouverture d’une «enquête internationale» pour établir un bilan réel des pertes humaines à Port-Gentil.

«Il n’y a aucune preuve», rétorque sur la chaîne nationale le porte-parole du gouvernement, René Ndemezo’o Obiang, martelant qu’«à notre connaissance aujourd’hui il n’y a eu que trois morts. Si l’opposition parle de plusieurs morts, il faut qu’elle en apporte les preuves».

«Il y a eu trois morts, décédés à la suite des cambriolages. Il y a un qui s’est coupé les veines sur une vitre, un autre qui est tombé sous le calibre 12 d’un commerçant qui défendait sa boutique, et le troisième c’est dans les mêmes circonstances», affirmait le 6 septembre dernier le Premier ministre Paul Biyoghe Mba.

Même démenti au sujet des personnes interpellées dans le cadre des émeutes. Alors que le ministre de l’Intérieur chargé de la Défense nationale, Jean François Ndongou, annonçait une soixantaine d’arrestations, le député du RNB affirme qu’il y aurait «311 détenus, dont une vingtaine de femmes».

Le bilan sur les violences post-électorales qui ont frappé la capitale économique, bastion de l’opposition, les trois nuits qui ont suivi l’annonce officielle des résultats, reste flou avec de nombreuses voix qui s’élèvent contre les chiffres et les versions officielles.

«Le nombre de morts occasionné par la répression de l’armée est bien plus élevé que ne veut bien le dire le pouvoir», déclarait le 7 septembre dernier le Front de refus du coup de force électoral, rassemblant 15 candidats.

«De ce que je sais, il y a eu au moins neuf morts (…) mais ils ne veulent pas le dire», rapportait également RFI, de sources hospitalières.

Cardiologue émérite, Pierre André Kombila est bien connu du milieu médical gabonais. Il a été chef du service cardiologie du Centre hospitalier de Libreville (CHL) puis directeur de la Santé au ministère de la Santé publique avant son entrée au gouvernement.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES