spot_imgspot_img

Gabon : Les Gabonais attendent la suite du Chronogramme d'ALI.

Entamé vendredi, le périple d’ALI BONGO sous fonds publics l’a conduit successivement à Yaoundé (Cameroun), Brazzaville (Congo), N’Djamena (Tchad), Kinshasa (RDC), à Luanda (Angola) et Sao Tomé et Principe.

Le peuple attend maintenant la suite du programme. Pris au dépourvus par l’organisation et les plans d’ALI BONGO qui les ont conduits vers des élections « bidon » les Gabonais découvrent au fil du temps que ce monsieur, avait mis en place toute une succession d’actions devant le mener au fauteuil présidentielle.

Alors que le peuple était encore choqué par le décès du chef de l’Etat et son épouse, il a été précipité aux élections présidentielles dont l’issue était totalement programmée.

Jean Joelle, membre du comité central du PDG, avoue qu’il n’a rien compris, lui aussi à cette course. Alors que la constitution permettait à Madame Rose ROGOMBE de terminer le mandat du Président défunt, le PDG étant majoritaire dans la quasi totalité des organes d’Etat, il revenait simplement à la cour constitutionnelle de constater le vide juridique et l’incapacité du gouvernement d’organiser les élections dans les délais prévus, comme l’a d’ailleurs souhaité l’opposition, afin de revoir certaines choses, telles que les listes électorales, en gros toute l’organisation.

Au regard des mouvements sociaux, on pensait que le Président par intérim allait d’abord traiter ces dossiers brullants. Il n’en a rien été. D’ailleurs, souligne -t-il son passage à la magistrature suprême sera vite oublié. « Elle n’a rien fait, c’est vrai, mais il y a une explication à ça ».

La pression était tellement forte, des élections rien que des élections et maintenant.

Chacun essaye de remonter le fil de l’histoire en tout pas trop loin, pour découvrir « le pot au rose » .
Déclarations mensongères de la mère nourrissière, sur la nationalité sans que quelqu’un ait posé la question ; fermeture des frontières lors du décès du défunt Président, éviction d’André MBA OBAME du ministère de l’intérieur, bagarre et reconcialition avec Pascaline et Paul, bagarre et éviction de Casimir OYE MBA et Jean EYEGUE NDONG du PDG et du gouvernement, autoproclamation candidat du PDG, à l’élection présidentielle, appropriation des moyens de communication de l’Etat, campagne électorale en trombe, destruction des moyens de communication de l’opposition, coup d’état électoral suivi des violences sur les personnes entrainant la mort, interdiction de sortie du territoire aux opposants,tournée présidentielle dans la sous-région.

Entamé vendredi, le périple d’ALI l’ a conduit successivement à Yaoundé (Cameroun), Brazzaville (Congo), N’Djamena (Tchad), Kinshasa (RDC), à Luanda (Angola) et Sao Tomé et Principe.

Après son arrivé, M. Bongo Ondimba ALI BEN a été reçu en audience par le président santoméen, Fradique De Menezes avec qui, il a eu un long entretien axé essentiellement sur le coup d’état électoral et les incidents ayant entrainé la mort d’une centaine de Gabonais ainsi que le rejet dont il fait l’objet par le peuple. Il chercherait selon l’opinion, une légitimité auprès de ces chefs d’Etat qui avaient de l’amitié pour son défunt père adoptif.

Avant Sao Tomé, M. Bongo Ondimba était à Luanda à Angola.

Entamé vendredi, le périple du président élu lui a conduit successivement à Yaoundé (Cameroun), Brazzaville (Congo), N’Djamena (Tchad), Kinshasa (RDC), à Luanda (Angola) et Sao Tomé et Principe.

                          source: lvdpg

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES