spot_imgspot_img

Sécurité alimentaire : Construction d’un hangar de stockage par le Japon

La coopération japonaise a signé un contrat d’un montant de 45.369.616 FCFA pour la construire d’un hangar de stockage, de traitement et de conservation du riz Nerica à Kougouleu à une cinquantaine de kilomètres de Libreville.

C’est le Directeur de l’office national du développement rural (ONADER), Daniel Obame Ondo qui a représenté la partie gabonaise, tandis que le Japon était représenté par son ambassadeur, Motoi Kato. Ce montant, octroyé par le gouvernement japonais, entre dans le cadre de son programme ‘’d’Aide sous forme de don aux micro-projets locaux contribuant à la sécurité humaine (APL)’’.

Rappelons que ce programme d’aide a été introduit suite a une visite au Japon en 1997 du défunt président de la République, Hadj Omar Bongo Ondimba. Et, à ce jour, ce sont 37 projets y compris celui-ci, qui ont bénéficié de cette ligne de crédit dont les interventions s’élèvent à la somme de plus d’un milliard de nos francs.
Le Gabon, soucieux de réduire sa dépense en importation alimentaire s’évaluant à près de 150 milliards de FCFA, s’est lancé dans le domaine de la riziculture en élaborant une nouvelle variété de riz dénommée Nerica. Cette catégorie de riz est issue d’un croisement du riz pluvial qui est une espèce facilement cultivable comme le maïs et le riz bas-fond.

Une espèce de riz plus rentable, en terme de production, mais exigeant un environnement à forte capacité pour retenir l’eau pour se développer et obtenir les résultats escomptés. Selon l’étude d’un expert, le riz Nerica serait la variété la plus adaptée au climat tropicale humide qui sévit dans notre sous région. Ce riz aurait, toujours de l’avis de notre expert, l’avantage de produire trois fois dans l’année.

Ainsi, pour faire démarrer le projet, la coopération Japonaise a octroyé 50 kilogrammes de cette semence, contribuant ainsi à la réduction des dépenses en importation alimentaire. Les 50 Kg de semence traités reçus par le centre du riz collastique et l’ONADER ont permis de produire 1 tonne de riz, dont une partie a été décortiquée pour la séance de dégustation effectuée par l’ensemble des participants. Soulignons que l’expérience dans cette première partie concerne uniquement les provinces de l’Estuaire (Kougouleu et Bikélé), le Haut Ogooué, l’Ogooué-lolo et le Moyen Ogooué.

La construction d’un hangar est, selon les participants au projet, un pas pour le renforcement des capacités de production en vue d’atteindre l’autosuffisance alimentaire, c’est aussi un moyen de vulgarisation de la riziculture dans tout notre pays. Une initiative qui va dans le sens du Gabon Vert, développé par le chef de l’Etat dans son projet de société, qui vise à faire du Gabon un pays émergent.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES